Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Borgeaud, Exercices d’histoire des religions. Comparaison, rites, mythes et émotions

Leyde, Boston, Brill, 2016, 362 p.
Sylvie Taussig
p. 277-278
Référence(s) :

Philippe Borgeaud, Exercices d’histoire des religions. Comparaison, rites, mythes et émotions. Textes réunis et édités par Daniel Barbu et Philippe Matthey, Leyde, Boston, Brill, 2016, 362 p.

Texte intégral

1Le volume reprend dix-neuf essais écrits par Philippe Borgeaud entre 1986 et 2011. La simple reprise fait qu’il y a parfois des répétitions, non seulement de la pensée, mais même des phrases qui se retrouvent d’un article à l’autre. C’est la seule critique que je formulerais à l’endroit du volume, qui aurait pu être mieux préparé. Ce sont des disciples qui ont rédigé l’avant-propos, pour mettre en perspective la carrière et les travaux de l’auteur, de façon précise et utile, dégageant les grandes articulations qui dessinent les frontières d’une œuvre et ses enjeux théoriques, allant jusqu’à une réflexion sur les écueils et nécessités de l’enseignement du « fait religieux ». Il est néanmoins vrai que l’on regrette que l’auteur n’ait pas lui-même ressaisi ses articles, en une élaboration rétrospective. Si bien qu’il revient à la recension de formuler l’évidence d’une trajectoire dont les intuitions sont présentes dès le premier article et résumée ici en deux moments (Comparaison et histoire des religions et Rite, mythe et émotion). En effet, Philippe Borgeaud produit au fil des années une réflexion théorique sur sa discipline qui est considérable et dont les différentes étapes sont bien retracées ici, en particulier par la description et l’analyse des chaires d’histoire des religions (dont la première fut créée à Genève) et des différents savants qui ont illustré la discipline (la liste est trop longue pour être donnée ici), jusqu’à contester, avec Lévi-Strauss, la pertinence de la définition de la religion sur la base du christianisme. Philippe Borgeaud indique donc, en constituant cette histoire de l’histoire des religions, une rupture épistémologique, récente, qui fait que le concept de religion ne recouvre plus sa définition marquée par la vision ethnocentrique chrétienne. Mais, loin de vouloir éliminer le terme, comme les penseurs du postsécularisme dans la lignée de Talal Asad, il propose de le prendre dans son acception préchrétienne, qu’il explore ici longuement, de pratique rituelle scrupuleuse. Cette acception permet de rapprocher l’histoire des religions du thème antique de l’interprétation et de faire de la discipline, ainsi décolonisée (sic), le lieu d’une aventure collective et d’un dialogue amical entre savants et disciplines, dont en particulier l’histoire, l’anthropologie, la philologie, etc. Au fil des articles, l’histoire des religions s’affirme comme un comparatisme, et cela sur la très longue durée, en commençant par ses origines préacadémiques que Philippe Borgeaud identifie dans l’antiquité, quand il s’agissait d’interpréter la religion de « l’autre » et de constituer des généalogies fussent-elles mythologiques – par exemple la source égyptienne des dieux grecs. L’auteur détermine ainsi un triangle théologique (Égypte, Grèce, Jérusalem) dont les principaux aspects, dument étudiés, lui permettent de critiquer la notion chrétienne de religion (comme identifications de blocs culturels quasi étanches) et de lui subsitutuer des notions relatives. En effet, ces notions n’ont été absolutisées que lorsque la dimension de vérité a été introduite, avec le christianisme. Auparavant, comme il est bien connu, les anciens « ne croyaient pas à leurs dieux » ; religion et superstition valaient relativement, comme la différence entre nous et l’autre, et c’est ce triangle qu’explorent les différents articles rassemblés ici, directement enracinés dans son terrain de prédilection, l’antiquité grecque replacée dans le « triangle théologique », autour de thèmes ambivalents, comme le parfum ou les interdits alimentaires. La réélaboration de la notion de religion, explorée en particulier par le biais d’une formule célèbre de Cicéron (Sua cuique civitati religio est nostra nobis), dont les différentes interprétations, y compris celle qui fait faussement signe vers l’antijudaïsme, sont passées en revue, permet de dégager ce qui a été perçu de la fonction rituelle de l’émotion et de remettre au centre la notion de « crainte » comme la part maudite du rituel, en même temps que d’expliquer pourquoi il y avait une méfiance envers la crainte institutionnalisée, contraire aux finalités profondes de la religion. Si, d’accord avec l’anthropologie dont elle devient une compagne attitrée, l’histoire des religions fait droit à la superstition en un sens relatif à la religion et rend intelligible la distribution de l’éloge et du blâme, ou du sacré et du profane, par exemple, elle donne sens aussi au mythos comme la plus ancienne mémoire du monde et à ses mutations, où le monde comme répertoire laisse place à l’idée d’un répertoire pour la littérature. Une fois encore, on voit que la croyance ou la vérité n’entrent pas en ligne de compte ; c’est le nomos qui est basileus, et l’auteur s’emploie à faire comprendre la dimension sociale, politique, culturelle, collective de la religion antique. Cette intelligence de l’antiquité débouche sur une position tranchante pour le présent, dans un article percutant sur le « retour du religieux » et la posture que doit adopter l’historien des religions, qui s’oppose totalement à celle des penseurs post-séculiers pour qui seul est légitime à parler d’une religion celui qui en parle de l’intérieur.

2Le volume est ainsi passionnant à la fois pour la description qu’il fournit des religions antiques, dans le triangle théologique dynamique qu’il définit et qu’il articule à la pensée de l’altérité, et pour la solidité théorique de sa démonstration qu’il est légitime de poursuivre le travail critique de l’histoire des religions, qui s’est elle-même affranchie de la conception chrétienne de la religion et s’entend comme un comparatisme travaillant sur les ressemblances et les différences. L’enjeu de la « décolonisation » est capital, à penser en termes d’altérité et d’ouverture – et peut-être de collaboration amicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Taussig, « Philippe Borgeaud, Exercices d’histoire des religions. Comparaison, rites, mythes et émotions », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 277-278.

Référence électronique

Sylvie Taussig, « Philippe Borgeaud, Exercices d’histoire des religions. Comparaison, rites, mythes et émotions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48559

Haut de page

Auteur

Sylvie Taussig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals