Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. 1912 à nos jours. Histoire et influence

Paris, Honoré Champion, 2017, 348 p.
Michel Ostenc
p. 281-283
Référence(s) :

Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. 1912 à nos jours. Histoire et influence, Paris, Honoré Champion, 2017, 348 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente en trois parties consacrées à l’histoire de la Jeune République (1912-1985), à un dictionnaire des Jeunes Républicains et à une série de documents. La fondation de la Ligue de la Jeune République (1912) fut probablement liée à la lettre apostolique de Pie X qui incita Marc Sangnier à reconnaître certaines erreurs du « Sillon » tout en insistant sur la légitimité de son choix républicain. Parmi les idées novatrices du nouveau mouvement politique figuraient la décentralisation de l’État, le droit de vote des femmes, le scrutin proportionnel, la transformation du Sénat en chambre professionnelle et le recours au referendum comme contrepoids à la Chambre des députés. La Ligue avait vocation à devenir un foyer de vie républicaine animé d’esprit chrétien. Son programme social entendait remettre le capital au service du travail ; mais le cloisonnement de la politique de la iiie République et sa bipolarisation entre la droite et la gauche ne laissaient aucune place à la Jeune République. Une étape indispensable passait donc par un rassemblement des démocrates-chrétiens ; mais Sangnier mit fin à une initiative dans ce sens du secrétaire de la Ligue Georges Hoog (1916).

2Après la Grande Guerre, la Jeune République adhéra au Bloc National qui promettait une laïcité compatible avec les droits et les libertés des citoyens et Marc Sangnier fut élu député de Paris (novembre 1919). Le succès du Parti Populaire Italien incita le Vatican à encourager le courant démocrate-chrétien en France où les divisions se perpétuaient. À la Chambre, les élus Républicains démocrates issus du catholicisme social et ceux de la Jeune République se dispersèrent entre les différents groupes parlementaires au lieu d’en créer un. La Jeune République prit ses distances avec le nationalisme anti-allemand pour incarner une politique de paix inspirée des messages pontificaux. Sangnier prônait un « désarmement des haines » que les Républicains démocrates considéraient comme un pacifisme idéaliste trop éloigné des réalités de la paix. En juin 1922, la Jeune République se retira de la Ligue Nationale de la Démocratie qui s’efforçait de créer un parti démocrate-chrétien. À nouveau coincée entre la Droite nationaliste et la Gauche radicale, elle fut laminée aux élections de 1924. Sangnier se consacra à la recherche de la paix dans des congrès dont Georges Hoog fut le maître d’œuvre de 1921 à 1932.

3Les élections de 1932 posaient la question de la capacité de la Jeune République à s’imposer dans l’arène électorale. Elle les aborda avec un programme de démocratie économique fondé sur un secteur coopératif qui s’insérait dans la tradition du catholicisme social. La Jeune République n’eut qu’un seul élu, mais l’attitude des radicaux rendait possible la naissance d’une nouvelle Gauche. Telle ne fut pas l’opinion de Sangnier qui incita les Jeunes Républicains à renoncer à la lutte électorale pour se consacrer au combat pour la paix. Il s’éloigna de la Jeune République et se lança dans des initiatives comme les Auberges de jeunesse. Il fut aidé par des fidèles comme Germaine Malaterre-Sellier, une infirmière héroïque de la Grande guerre. Son départ de la Jeune République ne fut pas vraiment une rupture, leur collaboration se maintenant au niveau de l’action pacifique. Le nouveau programme de la Jeune République restait fidèle à une transformation sociale fondée sur les coopératives ; mais le socle jeune républicain se situait dans la paysannerie et la petite bourgeoisie plus que dans le monde ouvrier. La Jeune République collabora dès 1934 avec des néo-socialistes comme Marcel Déat ou des radicaux comme Pierre Cot sans parvenir à entraîner les grandes formations politiques de gauche dans son sillage.

4La Jeune République fut entraînée vers le Front Populaire par des militants comme Maurice Lacroix qui avait adhéré au Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes. Le problème de l’adhésion posait celui d’une collaboration avec les communistes, mais il fut surmonté au nom de la « défense républicaine ». La Jeune République caressait toujours l’espoir d’une refondation de la gauche. Elle obtint 6 élus à la Chambre qui se montrèrent soucieux des questions sociales, des problèmes agricoles et des relations internationales. Ils défendirent une politique qui s’inscrivait dans la tradition du catholicisme social et s’engagèrent dans la défense de la Société des Nations. L’un des principaux promoteurs de la Jeune République, Philippe Serre, entra au gouvernement comme sous-secrétaire d’État au Travail, puis à la présidence du Conseil (juin 1937-avril 1938). Les divergences entre les Jeunes Républicains et les Républicains démocrates subsistaient, obéissant à des sensibilités politiques différentes. Les uns s’avéraient pacifistes et progressistes en matière économique et sociale, les autres étaient plus conservateurs et plus réalistes en politique internationale. Le dernier fait d’armes de la Jeune République se situa à Vichy où ses députés figurèrent parmi les « quatre-vingts » qui refusèrent des pouvoirs constituants au maréchal Pétain.

5À l’exception de Georges Hoog, séduit par la Charte du Travail de l’État français, la Jeune République a été un vivier de résistants et Paris fut le foyer où les démocrates-chrétiens se mobilisèrent. Marcel Renet lança le mouvement « Résistance » sous le pseudonyme de Jacques Destrées (octobre 1942). Déporté en Allemagne (septembre 1943), il dirigea ensuite le journal « Jeune République » (1945) avant de rejoindre le Mouvement Républicain Populaire, puis le Rassemblement du Peuple Français. Dans les journaux clandestins, les anciens de la Jeune République imaginaient une démocratie nouvelle. Leurs références à la Révolution française s’inscrivaient dans le sillage de la République girondine plus que dans celui de la Convention montagnarde. Ils se réclamaient sans cesse de l’idéal démocratique et critiquaient les partis traditionnels. Ils affichaient leur volonté de réformer le capitalisme et axaient leur réflexion autour d’un projet d’Europe fédérale. À la Libération, la Jeune République pouvait s’enorgueillir d’avoir activement lutté contre l’occupant et le régime de Vichy, cet engagement prolongeant son combat pour la paix de l’entre-deux-guerres.

6En dépit de l’entrée de Sangnier au Palais Bourbon et du mouvement unitaire qui présida à la formation du MRP, la Jeune République maintint son indépendance dans la crainte d’une dérive à droite du nouveau parti. Certains de ses membres voyaient pourtant dans un rapprochement avec les démocrates-chrétiens l’ébauche d’un grand parti travailliste ; mais ce grand projet issu du Conseil National de la Résistance achoppa sur l’ancrage laïciste de la SFIO et sur la volonté des démocrates-chrétiens de fonder une force autonome. Le choix entre une structure politique puissante et le maintien d’une petite formation presque intimiste posa un vrai problème à la Jeune République qui perdit une trentaine de ses membres les plus influents au profit du MRP (août 1946) ; mais la volonté de constituer un « havre de conscience et de pureté » au milieu des trahisons et des turpitudes de la vie politique finit par l’emporter. La Libération ne permit donc pas à la Jeune République de s’imposer comme un grand parti, ni de favoriser un regroupement politique sur lequel elle aurait pu peser.

7Dans l’opposition au Tripartisme, la Jeune République appartenait désormais à la « gauche non communiste ». Anti-colonialiste et anti-atlantiste, elle dénonçait aussi la politique économique et sociale des gouvernements de « Troisième force » en préconisant une démocratie économique reposant sur la planification et les nationalisations. La Jeune République sortit de l’ombre à l’époque de Pierre Mendes-France auquel elle apporta un soutien loyal et sincère. Elle lutta contre la guerre d’Algérie et le marché commun. Une fois de plus, elle affirma sa spécificité lors de la constitution de l’Union de la Gauche Socialiste (UGS) (1957) et en paya le prix avec le départ de nombreux transfuges décidés à s’investir dans un processus d’unification de la gauche dissidente. Elle se divisa à nouveau sur la question du retour de De Gaulle au pouvoir. Cette fois, les partisans du maintien de la Jeune République redoutaient le laïcisme dogmatique du Parti Socialiste Autonome (PSA). Sous la ive République, la Jeune République était passée de la tradition républicaine à la tradition socialiste. Elle y ajoutait une dimension morale inspirée du personnalisme d’Emmanuel Mounier, respectueuse de la laïcité, mais imprégnée des valeurs chrétiennes.

8Dans les années 1960, les héritiers de Marc Sangnier continuèrent à s’inscrire dans des démarches destinées à regrouper la gauche ; mais la Jeune République refusa d’intégrer la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste (FGDS) de François Mitterand, en raison de la présence de radicaux trop modérés. Elle refusa même tout contact avec le mouvement « Vie Nouvelle » qui se réclamait pourtant de la pensée d’Emmanuel Mounier ; mais elle lui reprochait un engagement trop religieux. Simultanément, la Jeune République se montrait très méfiante envers un marxisme réformé par Althusser qui devenait une méthode scientifique d’ouverture sur le réel pour beaucoup de chrétiens de gauche des années 1960-1970. Les héritiers de Sangnier refusèrent une adhésion individuelle au Parti Socialiste après le congrès d’Epinay et ils restèrent hermétiques à l’autogestion qui servait de lieu de rencontre entre les chrétiens et une partie de la Gauche. Cette intransigeance faite de rigueur morale plus que de préjugés dogmatiques s’accommodait mal avec les compromis du monde politique. Elle conduisit la Jeune République à une marginalisation la vouant à l’échec (1974-1985).

9L’ouvrage s’achève sur une conclusion sévère présentant la Jeune République finissante comme la « butte témoin d’un catholicisme social démodé dont l’isolement finit par causer la disparition » (p. 129). Les disciples de Sangnier cultivaient une morale de l’absolu. Ce rigorisme leur fut fatal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. 1912 à nos jours. Histoire et influence », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 281-283.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. 1912 à nos jours. Histoire et influence », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48595

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals