Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire : histoire sociale (xvie-xviiie siècle)

Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2018, VIII+315 p.
Willem Frijhoff
p. 283-285
Référence(s) :

Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire : histoire sociale (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 2018, VIII+315 p.

Texte intégral

1Le Saint-Empire en tant que tel est mal connu. Son morcellement politique et religieux, et le manque d’un principe unificateur autre qu’une conception assez abstraite ou plutôt cérémonielle du pouvoir impérial, ainsi que les phases guerrières qui ont plongé ses composantes dans des catastrophes à répétition, ont conduit à une historiographie assez particulière qui gêne autant une vision unitaire globale que la comparaison avec les autres grandes nations. La composition longtemps hétéroclite de l’Empire a conduit par phases successives à l’autonomisation puis l’indépendance de ses territoires périphériques : l’Italie du Nord, la Suisse, la frange orientale de la France actuelle avec la Savoie, la Franche-Comté et la Lorraine, la principauté d’Orange dans le sud de la France, les Provinces-Unies, etc. De ce fait, la tradition historiographique allemande a eu tendance à s’appuyer plus ou moins consciemment sur une équivalence entre l’Empire et la « nation allemande », ou plus exactement sur l’idée d’un « Empire-État complémentaire de la nation allemande » (p. 17). Cela revient souvent à assimiler l’Empire à la forme prise par l’État allemand au xixe siècle, en en convoquant une acception tour à tour catholique et protestante, voire à le réduire aux dimensions restreintes de l’Allemagne contemporaine, postérieure à la Seconde Guerre mondiale. Tout en dressant la genèse de cette équivalence dans l’introduction (où Matthias Schnettger fournit une bonne mise au point historiographique), ce recueil d’articles prend lui aussi l’Empire, sans beaucoup plus d’explication, dans sa forme étroite, préfigurant l’Allemagne actuelle, bien qu’au cours de la première moitié de la période couverte ici cet Empire ait encore englobé plusieurs autres territoires promis à l’indépendance. Ce parti pris correspond probablement aux nécessités actuelles de l’histoire vécue en Allemagne, tout comme l’histoire de France néglige bien souvent l’appartenance ancienne de sa frange orientale au Saint-Empire.

2La nouveauté de ce recueil est donc dans l’approche même de cette histoire. Les auteurs s’opposent, en effet, à l’orientation politique prédominante de cette longue tradition historiographique nationale. Il est vrai qu’un tournant révisionniste et un élargissement de cette dimension « politique » avaient déjà été amorcés depuis quelques décennies par de nombreux historiens allemands, parmi lesquels on peut citer Volker Press, Peter Moraw, Wolfgang Reinhard ou Heinz Schilling, ou, en France, Étienne François. Mais ce volume vise à une révision globale. Il souhaite remplacer l’approche politique par une vision multi­dimensionnelle plus entière. Plusieurs auteurs s’en expliquent clairement, en renvoyant notamment à l’insertion de l’historiographie dans l’histoire contemporaine de l’Allemagne dont eux-mêmes sont aussi largement tributaires. Cet effort constitue à lui seul la valeur de ce volume, porté par une nouvelle génération d’historiens qui a été formée pour l’essentiel dans les années 1980, voire plus récemment, et dont plusieurs se situent dans l’orbite de l’EHESS de Paris. Dans les parties théoriques et conceptuelles de ce recueil, ils s’opposent poliment, mais fermement à la génération ancienne obsédée par la particularité du « monstre politique » qu’était le Saint-Empire. D’une part, ils introduisent la notion de « fractalité » pour rendre compte de la complexité territoriale du Saint-Empire. D’autre part, ils évitent de prendre comme angle d’attaque l’histoire politique ou religieuse (en fait confessionnelle) dans son acception ancienne, isolée, et prennent le parti d’une « histoire sociale » comprise ici en quelque sorte comme une histoire totale, puisqu’elle sert à lier entre eux les différents domaines et dimensions de l’histoire du Saint-Empire.

3Le recueil comprend quinze articles, dont certains jettent un regard neuf sur des questions globales, tandis que d’autres fournissent des études ponctuelles qui illustrent de manière utile cette nouvelle approche. Il est divisé en quatre parties : la communication dans l’Empire comme base du système, avec notamment un bel article d’André Krischer sur les parrainages politiques ; l’histoire économique et sociale, domaine mal connu hors de l’historiographie allemande et sur lequel Guillaume Garner offre une excellente mise au point ; les pratiques de l’espace, à propos desquelles Falk Bretschneider introduit et explique la notion de fractalité de l’espace et son bon usage ; enfin la section « Religion, politique et société : les espaces confessionnels du Saint-Empire », sur laquelle on revient ici plus en détail.

4En effet, dans la tradition allemande, l’histoire religieuse est fermement liée à l’histoire politique. L’événement clé demeure la Réforme protestante qui a définitivement changé la physionomie de l’Empire, comme l’a rappelé l’avalanche de publications lors du demi-millénaire de la Thesenanschlag de Martin Luther (1517). Mais, qu’elle soit reléguée dans les facultés de théologie des universités allemandes, dispersée entre des disciplines traditionnelles comme la Landesgeschichte ou la Volkskunde proche du folklorisme, ou plus récentes comme l’Alltagsgeschichte, l’histoire religieuse allemande peine à s’intégrer à une histoire plus générale ou plus globale.

5C’est dire l’importance de ce livre collectif. On soulignera d’abord la très utile mise au point, par Christophe Duhamelle, sur l’historiographie de la coexistence confessionnelle dans l’Empire. Il souligne à quel point le morcellement confessionnel du territoire a fait de cette coexistence un phénomène quotidien et une charge inéluctable pour de très nombreux Allemands de l’époque. Il s’interroge aussi sur les raisons pour lesquelles les historiens allemands ont eu tendance à négliger cette problématique, à la différence de leurs homologues français, et sur les conséquences historiographiques de ce délaissement. Outre le problème posé dans le monde du savoir allemand par les délimitations disciplinaires évoquées plus haut, Duhamelle remarque combien le thème de la coexistence confessionnelle a souffert de la rigidité du paradigme déjà bien établi de la confessionnalisation, développé en Allemagne même à la suite des travaux de Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling. En privilégiant l’approche politique, ce paradigme a empêché en fait de concevoir la coexistence confessionnelle sous l’angle de l’interaction et de la rencontre dans le quotidien des croyants. Aussi est-elle devenue un objet marginal dans la pratique allemande de l’histoire, inscrit à la marge des confessions elles-mêmes comme à la marge de tout l’univers social du Saint-Empire. Il faut donc rendre sa place essentielle à la relation entre les confessions, en la désenclavant de l’approche politique dominante, tout en développant les approches pluridisciplinaires de l’identité confessionnelle, de ses formes concrètes et de ses appropriations, et sans oublier de repenser sa chronologie, toujours complexe dans l’Empire où l’on a tendance à surévaluer l’importance de la Paix de Westphalie (1648) comme événement ayant fixé une fois pour toutes les rapports confessionnels.

6L’auteur conclut à raison que ces nouvelles pistes de recherche supposent « une articulation rigoureuse entre la nécessité d’études de cas […] et la réflexion générale sur le système spatial, juridique et politique du Saint-Empire » (p. 228). Son propre ouvrage, La Frontière au village (Paris, 2010), qui portait sur la construction des identités confessionnelles dans l’Allemagne du xviiie siècle, avait d’ailleurs déjà tracé la voie d’un renouveau de la problématique. Quant à l’écart entre les historiographies allemande et française en la matière, Duhamelle le renvoie d’abord au travail fondateur d’Étienne François sur Augsbourg (1991), inspirateur de nombreux travaux français, tout en estimant que c’est au fond la méthode comparative qui manque aux historiens allemands.

7Si l’on peut formuler une critique ponctuelle à propos de cette synthèse à la fois limpide et stimulante, c’est qu’elle reste très centrée sur l’Allemagne, alors même que les travaux sur la coexistence confessionnelle, ses conceptions, ses pratiques et ses aspects démographiques se sont, depuis quelques décennies, accumulés dans un grand nombre de pays européens. Une approche comparative des situations, des usages et des évolutions dans des pays et des territoires différents, y compris ceux qui jadis faisaient partie de l’Empire, pourrait renouveler ou du moins rafraîchir la problématique. Mentionnons simplement l’ouvrage collectif dirigé notamment par l’historien allemand Horst Lademacher, Ablehnung – Duldung – Anerkennung. Toleranz in den Niederlanden und in Deutschland. Ein ­historischer und aktueller Vergleich (Münster, 2004), ignoré dans ce volume. Ou les études sur le multiconfessionalisme dont on trouvera des exemples, y compris quelques-uns pour le Saint-Empire, dans A Companion to Multiconfessionalism in the Early Modern World, sous la direction de Thomas Max Safley (Leyde, Boston, 2011), également absent.

8Les deux autres contributions de cette section sont des études ponctuelles. Marc Mudrak illustre le cas précis du sort, des pratiques et des espoirs des « vieux-croyants » – ceux qui en sont restés à leur vieille religion catholique – à la suite de la Réforme d’une ville, en l’occurrence Ulm. Naïma Ghermani examine les migrations religieuses dans le Saint-Empire en proposant une nouvelle approche permettant de substituer à « l’histoire confessionnalisée » traditionnelle, centrée sur l’appartenance confessionnelle et ce qu’elle implique, une « histoire sociale de l’exil », davantage axée sur les stratégies de mouvement et d’intégration des exilés eux-mêmes. Dans cette perspective, ces derniers ne sont plus compris comme de simples victimes de décisions et mouvements qui les dépassent. Cette révision est d’ailleurs déjà en cours pour l’histoire des huguenots français qui ont quitté la France à la suite de la Révocation.

9Pour faire droit à l’importance de l’image et du visuel lorsqu’il s’agit de renouveler nos conceptions et nos pratiques de l’histoire, on évoquera enfin le passionnant article d’Axelle Chassagnette sur la perception de l’espace germanique dans la pratique d’enluminure des cartes géographiques de l’époque moderne, notoirement connues pour la richesse de leurs coloris, que favorisait le morcellement même de l’Empire ! Mais on regrettera en retour la qualité absolument déplorable des illustrations dans ce volume, alors qu’elles jouent un rôle majeur dans la démonstration. Elles sont, de surcroît, uniquement en noir – en fait un gris – et blanc, ce qui donne un résultat illisible et nuit à la compréhension. Le lecteur verra (p. 209) le peu qui reste de la superbe carte de l’Allemagne par Joan Blaeu (1662) ! Ce manque me semble inacceptable dans les conditions actuelles de l’édition. Il ne rend pas justice du travail méticuleux fourni par les chercheurs, et cela alors même que l’ouvrage bénéficie par ailleurs d’une impression soignée et agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Willem Frijhoff, « Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire : histoire sociale (xvie-xviiie siècle) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 283-285.

Référence électronique

Willem Frijhoff, « Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire : histoire sociale (xvie-xviiie siècle) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48601

Haut de page

Auteur

Willem Frijhoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals