Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Henri Burin des Roziers, Les crucifiés de la terre. Lettres du Brésil et d’Amérique centrale (1978-1995)

Édition critique établie par Sabine Rousseau avec la collaboration de Claude Billot, Nancy, Arbre Bleu éditions, 2018, 366 p.
Michael Löwy
p. 292
Référence(s) :

Henri Burin des Roziers, Les crucifiés de la terre. Lettres du Brésil et d’Amérique centrale (1978-1995). Édition critique établie par Sabine Rousseau avec la collaboration de Claude Billot, Nancy, Arbre Bleu éditions, 2018, 366 p.

Texte intégral

1Voici un recueil de lettres envoyées à ses parents – catholiques conservateurs – par le Frère dominicain de la Province de France Henri Burin des Roziers, parti comme missionnaire en Amazonie brésilienne en 1978. Participant à la Commission Pastorale de la Terre, une des initiatives le plus radicales de l’épiscopat brésilien, le Frère Henri deviendra bientôt l’avocat des paysans sans terre victimes des gros propriétaires terriens et de leurs pistoleiros (tueurs à gages). Son combat pour les « crucifiés de la terre » et contre l’impunité des assassins de militants syndicaux agraires l’a transformé en bête noire des latifundistes, qui ont mis sa tête à prix… À l’inverse, le Mouvement des Sans Terre (MST) l’a pris pour héros, donnant son nom à un des campements du mouvement ; une photo de 2012, à la dernière page du livre, le montre en compagnie de militants paysans devant une grande affiche « Acampamento Frei Henri de Roisiers [sic], MST ». À sa demande, c’est d’ailleurs que reposent, depuis avril 2018, ses cendres.

2À l’exception d’une courte période en Amérique centrale en 1990, les lettres concernent le Brésil : des Roziers décrit à ses parents sa vie quotidienne, la joie de la rencontre avec le peuple, les difficultés juridiques des procès contre les fazendeiros (propriétaires ruraux). Il n’est pas porté aux réflexions théologiques – même la théologie de la libération n’est mentionnée que rarement –, mais il oppose deux façons de concevoir la religion : la religion « spiritualiste et superstitieuse », avec ses discours « éthérés et pieusards », et la religion portée par une révolution évangélique, qui ne peut venir que d’en bas, du peuple des pauvres. Le contact avec les Communautés Ecclésiales de Base (CEBs) a été déterminant pour lui : ce sont elles qui l’ont convaincu que le travail de défense juridique des pauvres était plus important que l’œuvre paroissiale. Dans une des lettres, il explique à sa mère que le travail comme avocat des pauvres lui prend beaucoup de temps, et par conséquent « mon travail explicitement religieux se limite à aider les curés pour les célébrations dominicales ». On peut interpréter cette affirmation comme une reconnaissance du caractère « implicitement religieux » de son activité sociale. Le mot « Dieu » apparaît rarement dans ces lettres, et souvent en référence à la foi des CEBs : « Les communautés méditent souvent la Bible, la libération du Peuple de Dieu, esclave en Égypte. »

3Sa grande référence pour un engagement social des dominicains – qu’il oppose à la « mentalité abstraite, désincarnée et installée » de tant de ses confrères –, c’est l’esprit prophétique de Bartholomé de las Casas, le protecteur des indiens au xvie siècle. Les critiques les plus dures de Frère Henri à l’encontre de l’Ordre des Dominicains et de l’Église catholique ne figurent pas dans les lettres à ses parents, mais dans une longue missive à Xaviel Plassat, un autre dominicain français qui partageait son engagement. Il faut critiquer radicalement, écrivait-il, la structure objectivement répressive de l’Église et de l’Ordre : cette structure est une force considérable « qui récupère ou neutralise, sans peine, ce que nous faisons. » Et il regrette que beaucoup de jeunes dominicains, qui font un travail de base excellent « s’accommodent de la structure de l’Église » et s’y résignent.

4Le recueil des lettres est complété par une série de documents divers : lettres de dénonciations d’évêques brésiliens, des protestations collectives d’agriculteurs, des interviews de Frère Henri, des circulaires du Comité Rio Maria (État du Pará) de la CPT sur des procès contre des pistoleiros, et même une lettre de soutien à Frère Henri du Supérieur de l’Ordre des Dominicains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « Henri Burin des Roziers, Les crucifiés de la terre. Lettres du Brésil et d’Amérique centrale (1978-1995) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 292.

Référence électronique

Michael Löwy, « Henri Burin des Roziers, Les crucifiés de la terre. Lettres du Brésil et d’Amérique centrale (1978-1995) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48655

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals