Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yann Celton, Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne, Yvon Tranvouez (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 655 p.
Claude Langlois
p. 294-295
Référence(s) :

Yann Celton, Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne, Yvon Tranvouez (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 655 p.

Texte intégral

1En 2012 était publié un Dictionnaire des lycées publics de Bretagne ; six ans plus tard paraissait son alter ego catholique, avec la bénédiction des autorités régionales tant civiles que religieuses. Il est vrai qu’un peu plus de 40 % des lycéens bretons sont scolarisés dans l’enseignement catholique. Ce bel objet est destiné d’abord à permettre, pour chaque acheteur potentiel, d’identifier son lycée, visible par des photographies alléchantes destinées à le mettre en valeur alternant avec une iconographie plus ancienne. L’entreprise éditoriale a été conduite par trois historiens universitaires de Brest (Frédéric Le Moigne et Yvon Tranvouez, maître d’œuvre de l’ouvrage) et de Rennes (Samuel Gicquel) ainsi que par le responsable de la célèbre bibliothèque numérique du diocèse de Quimper (Yann Celton). L’ouvrage propose une somme de connaissances de première main sur une longue histoire éclairée par une cartographie rigoureuse et fort lisible. Particularité remarquable : aux 109 notices consacrées aux établissements, rédigées le plus souvent par des praticiens ou des proches des l’établissements, s’ajoutent 113 notices thématiques, dues pour l’essentiel à des historiens, en grande partie aux quatre éditeurs de l’ouvrage. Celles-ci sont fort variées comme le montre la seule lettre C : caractère propre, carrière, cercle d’études, chapelles, charité et solidarité, chrétiens contre l’école libre, cinéma, collèges d’Ancien régime, comité diocésain de l’enseignement catholique, communication, concours et prix dans l’enseignement catholique, congrégations enseignantes, conseil régional (relations avec), contrats, cour [espace ludique], coût des études. Ces notices, d’inégale longueur – celles sur les « collèges d’Ancien régime » et les « congrégations » sont particulièrement abondantes et soignées – offrent, en plus d’informations transversales précieuses, des pistes de recherche pour qui voudrait mener une semblable enquête dans un autre espace géographique ou à une autre échelle. Un seul regret, la faible part faite à la conflictualité antérieure entre les établissements catholiques et publics, mais celle-ci avait été traitée par Yvon Tranvouez à l’article « concurrence » du Dictionnaire des lycées publics, ce qui montre bien la complémentarité des deux entreprises. On a aussi du mal à savoir si le modèle consumériste, mis en avant depuis une vingtaine d’années pour expliquer l’attractivité, parfois momentanée, des écoles libres, sur les parents, jouait de la même façon dans un contexte géographique et social plus singulier.

2Il serait toutefois mal venu de cantonner les monographies à la glorification du présent et à la quête, souvent complexe, des origines : la lecture attentive de plusieurs d’entre elles montre toute la complexité des années 1930-1980, à bien des égards période de transition qui serait vite vouée à l’oubli sans ces rappels documentés. Chaque spécialiste peut y découvrir son bien selon l’intérêt qu’il porte aux transformations du système éducatif et aux personnes qui les ont portées. Attentif à la mise en place d’un véritable enseignement secondaire féminin, j’y ai trouvé des informations précieuses qui assurément mériteraient une enquête plus systématique ainsi qu’une attention préalable au sort des archives qui risquent d’avoir été souvent dispersées, si elles n’ont pas été détruites, à la suite du retrait progressif des congrégations enseignantes.

3Ainsi cet imposant ouvrage, à la fois savant et plaisant, donne largement à réfléchir. L’objet étudié dans ce site si particulier qu’est la Bretagne oblige d’abord à restituer à la sécularisation son double sens. Selon le premier, plus juridique, elle signifie le passage de relais, ici réussi, des prêtres, religieux et religieuses enseignantes, qui abandonnent progressivement l’enseignement et la direction, à des laïcs, hommes et femmes, qui continuent, sans heurt apparent, et avec une évidente efficacité, un investissement ancien. Le second, plus sociologique, qui nous est plus familier aussi, indique une perte d’emprise des croyances, marquée notamment par la maigre fréquentation des aumôneries des lycées catholiques. Resterait à mieux comprendre comment ces deux sécularisations interagissent, cumulant leurs effets ou se neutralisant parfois l’une l’autre.

4Ce qui n’empêche pas la constitution de pôles catholiques géographiquement identifiables, comme la petite ville (moins de 10 000 habitants) de Ploërmel (Morbihan), « capitale scolaire » catholique où, chaque matin et chaque soir, cinquante cars transportent les jeunes des environs. Et en son cœur, enclave importante dans le tissu urbain, le lycée La Mennais, qui cumule deux siècles d’histoire – la maison mère d’une florissante congrégation de frères enseignants fondée en 1819-1820 – avec un présent dynamique, puisque le lycée inclut en amont une troisième de rattrapage prépa-métiers, et en aval, son BTS et son Bachelor. Dans les années 1960, une centaine de chercheurs, souvent parisiens, se ruait sur Plozévet, isolat en pays bigouden, pour une auscultation généralisée. Soixante ans plus tard, l’observation de Ploërmel, avec certes d’autres moyens, mériterait une égale attention.

5À un moment où le catholicisme vit dans la tourmente de la pédophilie cléricale, il paraît utile, non d’en montrer un visage plus avenant, mais d’interroger une réalité qui bouscule les analyses habituelles. Certes, le Morbihan, dans la Bretagne, constituait déjà une exception dans les années 1970 quand je finissais mon terrain archivistique sur le diocèse de Vannes au lendemain de la Révolution. Je découvrais la singularité de ce département, unique en France, où la population scolaire catholique était supérieure à la laïque. C’est dire de quelle aide précieuse a été, pour moi, l’ancien responsable de l’enseignement diocésain qui me prit alors sous son aile et m’ouvrit bien des portes qui autrement me seraient restées closes.

6Dieu change en Bretagne (Yves Lambert, 1985), mais l’enseignement catholique y demeure stable. Réalité ou apparence ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Langlois, « Yann Celton, Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne, Yvon Tranvouez (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 294-295.

Référence électronique

Claude Langlois, « Yann Celton, Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne, Yvon Tranvouez (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48685

Haut de page

Auteur

Claude Langlois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals