Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Cohen, Un monde à réparer. Le livre de Job. Nouvelle traduction commentée

Paris, Albin Michel, 2017, 653 p.
Mira Niculescu
p. 300-302
Référence(s) :

Isabelle Cohen, Un monde à réparer. Le livre de Job. Nouvelle traduction commentée, Paris, Albin Michel, 2017, 653 p.

Texte intégral

1Ce livre est le fruit de dix ans d’étude d’un texte biblique par Isabelle Cohen. Cette chargée de mission à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et étudiante assidue des textes de la tradition juive, auprès du professeur André Caquot notamment, a décidé de se consacrer au livre de Job à la mort de son maître. Le « fil » intellectuel qu’elle poursuit se croise avec une quête personnelle : en se penchant sur la trajectoire d’un homme juste qui se voit soudain victime des pires souffrances à la suite d’un pari entre le Dieu d’Israël et le Satan testeur des hommes, c’est l’histoire de sa famille dans la Shoah que Cohen tente d’élucider.

2Au terme de dix ans d’une étude approfondie et systématique, à la fois dans une perspective comparatiste historico-critique et dans une perspective herméneutique et philologique puisant aux textes de la pensée juive au fil des siècles, des commentaires bibliques classiques aux travaux hassidiques en passant par l’éclairage kabbalistique et par la pensée philosophique moderne, l’auteure en vient à comprendre que le livre de Job « ne traite pas de la shoah » : parce qu’il porte sur une trajectoire individuelle et appelle au travail de l’homme sur lui-même, l’exemple de Job, conclut-elle dans l’essai qui suit sa traduction commentée du texte, ne parle pas des catastrophes collectives, mais de la dimension individuelle du destin humain. En même temps, comme elle le souligne elle-même ailleurs, c’est bien une parabole universelle qu’incarne Job – figure ailleurs omniprésente, sous diverses formes, dans les textes de la haute antiquité moyen-orientale : celle du « juste souffrant ». Sans compter que c’est bien à la dimension collective que semble appeler le titre donné à l’essai : « réparer le monde ». Certes la notion de réparation du monde (Tikkun Olam), centrale dans la pensée mystique juive, est réputée s’opérer à travers chaque individu, par le travail de reprise de soi. Mais dans l’essai qui suit une traduction volontairement très littérale – et de ce fait pas toujours évidente pour le lecteur peu au fait de l’hébreu biblique –, le lien entre les divers sens de la notion reste ténu.

3La trajectoire de Job, sur laquelle l’autrice se focalise exclusivement, est celle du « juste imparfait » : celui dont les souffrances, contrairement à ce que prédisent ses (faux) amis, ne s’expliquent pas par de prétendues fautes – les obstacles que l’homme ordinaire, au contraire, met inconsciemment devant lui-même, mais par l’« épreuve ». Dieu, disent certains textes de la tradition judaïque, soumet le juste à l’épreuve afin qu’il puisse se parfaire. Or cette épreuve, pour Cohen, ne se fait pas in abstracto, par le seul jeu d’un pari entre Dieu et, pourrait-on dire, son sbire, pour éprouver la gratuité de la piété du juste. Elle serait justifiée par un manque en Job : le manque d’amour. Le livre de Job serait une É-ducation (pour reprendre le jeu de mot de l’auteure) à l’amour, amour auquel aura accès Job au terme d’un cycle complet transformateur : du désespoir à la colère contre Dieu, avant le « lâcher prise », comme le dit le langage courant, au terme du double discours d’Elihou, puis de Dieu lui-même, discours qui lui rappellent sa petitesse et la largesse du créateur, et surtout, que rien ne lui est dû et que tout, surtout ce qu’il n’avait pas vu, lui avait a été donné. Alors seulement Job sera capable, selon Cohen, de remplacer la « peur » par « l’amour » – équivalents, selon elle, à travers une traduction interprétative que l’on peut discuter, des qualités de din (jugement) et de chessed (amour-générosité). Et alors seulement il accèdera au statut de « juste parfait » (tsadik gamor).

4La souffrance, dans cette perspective, et tout le livre de Job, seraient pour l’exégète une « éducation au bien », et, comme elle le rappelle à plusieurs reprises dans son ouvrage, notamment dans le « septuple viatique » qu’elle en tire, une invitation pour l’homme à l’auto-examen permanent, à l’examen de conscience, un examen de type psychanalytique, lit-on entre les lignes, qui permettrait à chacun de démêler les « causes souterraines » de ses souffrances, et de réparer ses manques. C’est à cette « connaissance » que Cohen appelle dans son introduction – pas le type de connaissance intellectuelle que semble y lire le grand rabbin de France qui, dans sa préface à l’ouvrage, se référant à la piété simple des ‘hassidim (les « hommes pieux »), rappelle l’importance de l’action juste plutôt que de l’intellection. Or il semble que ce soit plutôt à une connaissance de type philosophique, le « connais-toi toi-même » socratique, que selon Cohen, le livre de Job appelle. Elle semble ainsi appeler à lire Job comme un plaidoyer pour une religiosité « éclairée » : celle qui articulerait un rapport de l’homme à Dieu mû par la lumière de l’introspection et par celle de l’amour gratuit, les deux ailes de toute relation saine. Une religiosité, surtout, comme il est rappelé tout au long du livre, qui appellerait un rapport de l’homme à Dieu délivré de toute idée de « doctrine de la rétribution » à laquelle semblent vouloir ramener sans cesse les amis de Job, dans leur piété de la carotte et du bâton.

5Pourtant, tout en se posant en porte-à-faux contre la doctrine de la rétribution, notamment en insistant sur le caractère inexplicable de l’épreuve que subit Job, le raisonnement proposé semble confirmer une telle logique : ce sont bien des raisons à cette épreuve qui sont données, lorsque celle-ci est expliquée par un manque d’amour, et une récompense qui est donnée, lorsque le sort de l’éprouvé se dénouera, celui-ci ayant prouvé la constance de sa piété, une fois par une « récompense » : la restauration de Job dans sa famille et dans ses biens. Un tel cycle d’épreuve pour l’amélioration du caractère, puis de récompense pour celui qui l’a dépassée avec succès, semble donc parler d’une logique de rétribution.

6De même, dans un déplacement focal prometteur, l’auteure proposait que le problème posé par le livre de Job ne soit pas lié à la théodicée, à la question de la justice divine, mais à l’anthropodicée, à la justice humaine. Or, bien que l’invitation à la remise en question soit plus que louable, en voulant insister sur la responsabilité de l’homme vis-à-vis de de ce qui lui arrive, s’installe le risque de passer à côté du message qui a tant touché les lecteurs de Job, juifs et non juifs, pendant des siècles : le point d’interrogation qui reste, contrairement à la fin heureuse du livre, sans réponse – celui, non pas du juste éprouvé, car il n’est pas question de morale dans la réalité du vécu, mais celui de l’innocent souffrant. Celui de ce nourrisson hospitalisé entre la vie et la mort pendant plusieurs mois, et dont la mère, la théologienne protestante Marion Müller, tirera un court essai lumineux sur l’arbitraire de la souffrance humaine, en s’appuyant, justement, sur le livre de Job. Ou celui de cette enfant cachée parmi les enfants d’Isieux lors de la seconde guerre mondiale et qui, contrairement à Job, loin d’intenter un procès à Dieu pour la disparition brutale de ses parents, lui écrivit une lettre d’amour et de confiance, reportée dans un numéro récent dans le magazine Tenou’a.

7De telles références à des exemples tirés de la vie réelle et à d’autres ouvrages contemporains prenant appui sur le livre de Job, ou qui résonnent avec lui, comme le procès de Shamgorod par Élie Wiesel, où des prisonniers de camp de concentration décident d’intenter un procès à Dieu, mais aussi des réflexions plus personnelles auraient enrichi cet essai théorique très documenté, en l’ancrant dans l’expérience humaine. Car c’est bien à un tel projet qu’il est fait allusion dès l’ouverture, avec une superbe citation de Léon Ashkénazi, sur le sacrifice expiatoire que Dieu devait apporter à chaque lune au temple : expiatoire de la faute de dieu face à l’absurde de la souffrance humaine. C’est pourquoi l’on ne peut que se féliciter de la publication d’un tel ouvrage dont l’exhaustivité des sources sera d’une grande richesse pour le passionné d’étude juive comme pour celui des questions existentielles sur la condition humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mira Niculescu, « Isabelle Cohen, Un monde à réparer. Le livre de Job. Nouvelle traduction commentée », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 300-302.

Référence électronique

Mira Niculescu, « Isabelle Cohen, Un monde à réparer. Le livre de Job. Nouvelle traduction commentée », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48745

Haut de page

Auteur

Mira Niculescu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals