Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’École de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles)

Perpignan, Artège-Lethielleux, 2018, 793 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 303
Référence(s) :

Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’École de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles), Perpignan, Artège-Lethielleux, 2018, 793 p.

Texte intégral

1L’histoire de la théologie catholique à la période moderne, en France en particulier et spécifiquement aux xviie et xviiie siècles, a placé bien souvent l’augustinisme au cœur des préoccupations des historiens et, au-delà, la question du jansénisme et des débats qui en découlent. L’apport essentiel de cet ouvrage qui, pour la plus grande satisfaction de l’historien, reprend une quinzaine de contributions publiées par l’auteur dans différentes revues et ouvrages collectifs entre 2006 et 2014, est profondément différent. Il envisage, comme fil conducteur de cette longue et complexe histoire, la place de l’École de saint Thomas et le recours au thomisme comme justifications et légitimations d’une orthodoxie théologique et religieuse, principalement entre la fin du xvie siècle et la Révolution. Dans une longue introduction, bien entendu inédite, l’auteur rappelle la dimension identitaire de l’affirmation d’un rattachement d’un ordre religieux à une autorité, mais aussi la concurrence vive autour du recours à la figure de Thomas d’Aquin au cœur de la querelle de la grâce. Certes, les dominicains se considèrent comme les dépositaires naturels de cet héritage, pour autant les jésuites aussi affirment leur qualité de vrais disciples de saint Thomas. Plus encore les jansénistes insistent aussi sur leur attachement et leur fidélité au thomisme. L’auteur présente donc, en particulier autour de la question de la grâce, les différentes doctrines théologiques en présence et leurs postérités jusque dans un long xixe siècle. Ce voume envisage donc, à la faveur de multiples exemples, l'histoire des controverses et des débats autour des rapports entre thomisme et jansénisme à l’époque moderne, mais aussi une réflexion autour de l’émergence et de la consolidation contemporaine de la notion d’École théologique.

2Cette double perspective générale se décline en trois parties. Une première envisage de définir le thomisme au cœur du débat théologique. Comment reconnait-on, au xviie siècle, un auteur thomiste au-delà de sa seule appartenance à l’ordre des frères prêcheurs ? En définitive, au xviie siècle comme au xixe siècle, théologiens et historiens témoignent d’une certaine porosité des frontières entre thomistes et augustinistes par exemple, mais aussi, au cœur des controverses, de la manifestation forte d’un sentiment parfois identitaire. Une série d’exemples illustre cette évolution complexe, faisant dialoguer les grands textes et mesures du magistère romain (les congrégations de Auxiliis, par exemple) et des textes et auteurs représentatifs des grands courants théologiques ou des querelles spécifiques. Bien entendu, le début de la période est aussi celui de la fixation, sur ordre de Pie V en 1570, du corpus thomasien dont les rééditions rythment l’histoire des débats théologiques modernes et contemporains.

3La seconde partie s’insère dans cette évolution chronologique et historique globale, en rappelant certains aspects pour mieux contextualiser les débats et les cas évoqués en suivant les étapes du « péril doctrinal de la crise janséniste. » Les Provinciales sont resituées dans ces débats, tout comme est envisagée la stratégie de repli janséniste sous la protection du système thomiste chez Pierre Nicole, le philothomisme augustinien incarné par Jacques Fouillou et François-Laurent Boursier au début du xviiie siècle.

4Enfin, même s’il est difficile, voire impossible de clore une controverse, sinon par épuisement et lassitude ou acte d’autorité du magistère, la dernière partie envisage l’évolution de la querelle de la grâce au xviiie siècle. Contre la vision historiquement dépassée d'un jansénisme qui se réduirait alors à sa dimension poliitique, Sylvio de Franceschi montre la permanence des débats théologiques au xviiie siècle. À travers trois contributions, il revalorise l’antijansénisme de Fénelon et son attitude par rapport au thomisme et aux thomistes avant d’examiner l’œuvre du dominicain Jean-Pierre Viou autour des années 1740 et le maintien, dans un cadre pacifié, des débats dans le contexte de la suppression des jésuites, en particulier sous la plume de deux bénédictins, les Pères Jamin et Mougenot. Indubitablement, ce livre enrichit notablement l’histoire de la théologie moderne et celle de l’influence de ses évolutions et controverses dans la construction théologique et historiographique contemporaine, au moins jusque dans les années 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’École de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 303.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’École de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48769

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals