Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Desmette, Philippe Martin (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale

Paris, Hémisphères éditions, 2018, 339 p.
Xavier Boniface
p. 307-308
Référence(s) :

Philippe Desmette, Philippe Martin (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale, Paris, Hémisphères éditions, 2018, 339 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu de deux colloques organisés à Lyon et Bruxelles en 2017, s’attache à la notion de « miracle » dans le contexte de conflits armés. Ce thème a déjà été mentionné depuis les années 1990 dans l’abondante historiographie sur l’anthropologie du religieux et du sacré en temps de guerre, notamment à la suite des travaux d’Alphonse Dupront et du renouvellement de la production sur 1914-1918. Il rejoint aussi en partie des sujets liés aux saints guerriers (Esther Dehoux, d’ailleurs contributrice de l’ouvrage, avec les Saints guerriers […] dans la France médiévale, xie-xiiie siècle, 2014) ou à l’irrationnel dans la guerre (Marion Trévisi et Laurent Vissière, dir., Le feu et la folie. L’irrationnel et la guerre, 2016). Mais la nouveauté et l’intérêt de ce livre sur le miracle de guerre, c’est d’en approfondir et d’en préciser les formes, les significations et les représentations.

2L’ouvrage couvre un vaste spectre chronologique allant du haut Moyen Âge jusqu’au milieu du xxe siècle. Cette perspective sur la très longue durée permet de mettre en évidence, sinon des continuités, du moins des analogies, voire des invariants, au-delà des différences de contexte. Celles-ci justifient l’adoption d’un plan chronologique, classiquement construit autour des périodes médiévale, moderne et contemporaine. Compte tenu de la spécialité des deux directeurs de l’ouvrage, l’histoire moderne représente près de la moitié des textes. Le cadre spatial et culturel retenu est celui de la « chrétienté occidentale », c’est-à-dire l’Europe occidentale marquée par l’héritage du christianisme, même si la notion ne s’applique pas à la période contemporaine. Les conflits abordés dans les études de cas sont d’ampleurs et d’échelles très variées, du simple combat localisé, voire de l’expérience individuelle, à la guerre mondiale, en passant par des sièges de villes et des campagnes militaires.

3Il ne s’agira pas de résumer les 24 contributions, dues à des historiens d’une demi-douzaine de pays, mais de repérer les lignes de force qui en ressortent. Quatre types de guerres peuvent être différenciés en fonction de la question religieuse : les conflits entre États ou souverains catholiques, les conflits entre catholiques et protestants, les conflits entre chrétiens et non-chrétiens – principalement musulmans – et enfin des guerres dont la dimension confessionnelle n’est pas première, mais d’où le religieux n’est pas non plus absent, comme à l’époque contemporaine. Dans tous ces conflits, des cas de miracle sont mentionnés, qu’ils soient ou non reconnus par l’Église. Il est parfois aussi envisagé en contre-point la dépréciation, par l’adversaire, de ce que l’autre belligérant qualifie de prodige. Plusieurs études de cas ont par ailleurs un caractère comparatif, entre époques ou espaces différents, ce qui fait tout leur intérêt, comme celles sur le début du Moyen Âge, sur les « saints du champ de bataille (xie-xiiie siècle) » ou sur « les saint libérateurs » à l’époque moderne. D’autres reviennent sur des dossiers déjà bien connus, comme les « anges de Mons » en 1914 ou les miracles prêtés à Thérèse de Lisieux pendant la Grande Guerre.

4L’ouvrage n’entend pas tant définir le miracle, entendu comme une forme d’intervention surnaturelle dans un monde bouleversé par la guerre, qu'étudier les manières dont les hommes et les sociétés en guerre l’affirment, (se) le représentent ou l’instrumentalisent. L’un des préalables méthodologiques consiste à l’aborder à travers sa mise en récit, dans des écrits privés, des chroniques, des ex-voto, des articles de presse, des poèmes ou des chants, voire des images – l’ouvrage comporte quelques reproductions iconographiques – qui s’appuient à la fois sur des traditions locales, des textes de circonstances et des archétypes tirés de recueils de miracles ou de la Bible. Ainsi, le siège de Paris en 1590 est vécu par quelques ligueurs comme celui de Jérusalem par Nabuchodonosor. Certains récits sont largement postérieurs aux faits relatés, jusqu’à plusieurs siècles parfois, ce qui révèle leur récupération idéologique. Un autre aspect porte sur ce que la notion de miracle recouvre en termes de croyances notamment. Une approche anthropologique large a été retenue, qui va jusqu’à intégrer « le recours aux pratiques magiques » en 1914-1918, avec l’exemple des fétiches de Nénette et Rintintin. Le phénomène se retrouve dans les différentes confessions chrétiennes, y compris chez les protestants qui déconsidèrent pourtant habituellement la notion de miracle, comme les réformés genevois à propos de « l’Escalade » (1602). Aussi, des typologies sont nécessaires pour appréhender au mieux ce qu’est le miracle de guerre, comme celles que propose notamment la remarquable conclusion de l’ouvrage, autour de ses créateurs, de ses prescripteurs et de ses récepteurs.

5Dieu, à l’origine du miracle, passe par des intercesseurs que les croyants invoquent à travers leur image. Suivant les périodes, chaque peuple, armée ou parti a ses protecteurs privilégiés, mais certains sont plus souvent associés aux miracles de guerre que d’autres, comme les saints guerriers, tels Maurice, Georges, Michel ou Jacques le Matamore, tandis que la Vierge, protectrice et victorieuse, est de plus en plus mentionnée à partir de la fin du Moyen Âge, en parallèle avec l’essor de la dévotion mariale. Un quart des contributions de l’ouvrage traitent d’ailleurs spécifiquement de miracles qui lui sont attribués (dont « La Vierge et les frontières contestées du monde hispanique (1565-1648) », « la Vierge du Pilar […] lors des sièges de Saragosse (1808-1809) » ou « guerre et apparitions mariales en Europe (1930-1950) »). De ce point de vue, un index général des noms eût été utile pour repérer plus aisément les intercesseurs généraux ou locaux. Quels prodiges accomplissent-ils ? Des auteurs distinguent une catégorie de « miracles militaires », mais la plupart des phénomènes ne se limitent pas au seul sort des armes. Il en existe au contraire de plusieurs types, qui pourraient être regroupés en deux volets, les miracles collectifs au profit d’un pays, d’une armée ou d’une cité, et les miracles individuels. Les premiers consistent en encouragements surnaturels prodigués à ceux qui se battent (« anges de Mons »), en l’obtention d’une victoire inattendue (la Marne en 1914), ou encore en des signes providentiels témoignant du soutien divin à une cause ou à un groupe, quand bien même celui-ci a subi une défaite ou un échec. Les miracles individuels concernent le fait d’échapper à la mort, la délivrance merveilleuse de prisonniers, voire des situations de non-dits – ou de non-miracles apparents –, mais que le croyant interprète à sa manière. Cette typologie insiste sur la réception du miracle par les hommes, mais il en est une autre qui distingue les différentes formes d’intervention divine. Enfin, ce sont les significations dévotionnelle, mythologique, politique, théologique et pédagogique du miracle qui sont interrogées, parce qu’elles éclairent ses multiples représentations.

6Tout ouvrage collectif invite à approfondir les questions qu’il a soulevées. Il pourrait ainsi être intéressant de partir des formes et des significations des miracles pour préciser encore leur typologie. Des comparaisons avec des catastrophes civiles seraient également possibles. Une image récurrente des prodiges de guerre fait état de statues ou d’images ayant échappé miraculeusement aux destructions des sanctuaires qui les abritaient : elle n’est pas sans rappeler celle de la croix glorieuse du chœur de Notre-Dame de Paris dont il a été affirmé qu’elle aurait échappé par miracle à l’incendie de la cathédrale en avril 2019. Ces réflexions et ces études de cas font donc de cet ouvrage une pièce historiographique importante dans le champ de l’anthropologie du fait religieux en guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Boniface, « Philippe Desmette, Philippe Martin (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 307-308.

Référence électronique

Xavier Boniface, « Philippe Desmette, Philippe Martin (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48793

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals