Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Dubray (éd.), Correspondance de l’abbé Grégoire avec son clergé du Loir-et-Cher. Tome II, 1796-1797

Paris, Classiques Garnier, 2018, 318 p.
Yvon Tranvouez
p. 312-313
Référence(s) :

Jean Dubray (éd.), Correspondance de l’abbé Grégoire avec son clergé du Loir-et-Cher. Tome II, 1796-1797, Paris, Classiques Garnier, 2018, 318 p.

Texte intégral

1Deuxième volume d’une correspondance dont on a déjà dit ici tout l’intérêt à l’occasion de la parution du premier. L’auteur ayant présenté l’ensemble du corpus dans le tome précédent, l’introduction est logiquement réduite aux compléments nécessaires à l’intelligence des deux années concernées, qui sont celles de la reprise de la vie religieuse grâce à la liberté recouvrée de l’exercice des cultes. Cette correspondance est désormais suffisamment abondante et continue pour voir au plus près les problèmes de cette période méconnue. Personnalité politique de premier plan, Grégoire vit à Paris. Il fait un séjour de deux mois et demi dans son diocèse à l’automne 1796 : c’est seulement la deuxième fois qu’il y vient depuis son élection en 1791. Il en repart avec un relatif optimisme et quantité de sollicitations individuelles qu’attire logiquement sa réputation d’homme qui a le bras long. Mais sa préoccupation première est de relancer l’Église constitutionnelle en organisant, dans la logique gallicane qui lui est chère, un premier concile national qui se tient à Paris d’août à septembre 1797.

2Aidé par des collaborateurs efficaces, l’évêque doit aussi gérer sur le terrain quantité de problèmes dont il dresse, début septembre 1796, un inventaire à la Prévert : une cinquantaine de points dont l’un des premiers porte, significativement, sur la position délicate des prêtres en situation irrégulière depuis la Terreur. Peu d’apostats, qui de toute façon ne posent plus de problème. Mais des prêtres mariés qu’on ne voit décidément pas comment récupérer, et surtout des abdicataires, voire des traditeurs (qui ont, au-delà de l’abdication de leurs fonctions, remis leurs lettres de prêtrise) : le manque de personnel incite à les réintégrer, au prix d’une confession publique, en considérant que le climat de l’an II rendait ces défaillances compréhensibles. « Vous me direz peut-être que j’aurais dû être plus ferme, mais la circonstance était terrible », avance, pour sa défense, un prêtre traditeur rappelé benoîtement par ses paroissiens en toute illégalité canonique (p. 36). Grégoire s’emploie aussi à rationaliser l’espace diocésain en créant des archiprêtrés regroupant huit à dix paroisses.

3Reste que la situation demeure pénible pour les prêtres assermentés, qui vivent souvent dans la gêne et peinent à récupérer les lieux de culte vandalisés ou affectés à d’autres usages sous la Terreur. Ils sont encore ponctuellement en butte aux menées des jacobins hostiles à la religion, et ils ont parfois du mal à rassembler leurs ouailles, dont certaines sont sensibles aux sirènes des insermentés qui célèbrent désormais à découvert dans des maisons particulières ou dans des granges. « Les femmes, moitié par curiosité moitié par attachement à leurs commères, se laissent entraîner aux messes des grangistes », se désole le curé de Beauchêne en mai 1797 (p. 203). « Nos prêtres rétractés et réfractaires sortent de leurs tanières, triomphants, orgueilleux, médisants, calomniateurs et plus délirants que jamais. […] Ils sont plus dangereux pour la religion et pour les vrais ministres que les Voltaire, les Diderot et la séquelle philosophisante… », fait écho le curé de Saint-Aignan un mois plus tard (p. 209). On déplore aussi que l’ébranlement de l’institution ait favorisé l’essor de la superstition. Tout cela est aggravé par l’instabilité politique du Directoire : menacé sur sa gauche par le complot babouviste en 1796, le régime est ensuite ébranlé par la poussée royaliste aux élections du printemps 1797, elle-même enrayée par le coup d’État jacobin du 18 Fructidor (4 septembre 1797). Ces fluctuations incitent les autorités locales à la prudence, d’autant plus qu’elles se trouvent, comme le note fort justement Jean Dubray, « ballottées entre des lois et des règlements changeants et contradictoires » (p. 278). Cette incertitude pèse aussi sur la pratique religieuse : « Le culte extérieur se fait […] aussi librement qu’il se peut exercer suivant la loi, écrit le curé de Villavard en mars 1796. Nos églises sont bien fréquentées pour la messe ; peu pour vêpres ; presque point ou très peu de sacrements, si ce n’est à l’approche de la mort. On attend, dit-on, un temps plus tranquille » (p. 34).

4Jean Dubray estime, à la suite de Grégoire lui-même, que « ce n’est ni le Concordat de 1801, ni l’indéniable mouvement culturel impulsé par le Génie du christianisme qui ont suscité, en cette fin de siècle, le retour du religieux, mais la demande très forte des populations locales, frustrées momentanément de la pratique de leur foi et dépossédées de leurs repères collectifs » (p. 12). J’avoue n’en être qu’à moitié convaincu : il fallait bien « un temps plus tranquille » et sans doute aussi un effet de mode chez les élites pour assurer ce retour. Et dans l’entre-temps révolutionnaire un détachement religieux sans retour s’était opéré dans certaines campagnes, y compris dans le Loir-et-Cher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Jean Dubray (éd.), Correspondance de l’abbé Grégoire avec son clergé du Loir-et-Cher. Tome II, 1796-1797 », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 312-313.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Jean Dubray (éd.), Correspondance de l’abbé Grégoire avec son clergé du Loir-et-Cher. Tome II, 1796-1797 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48847

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals