Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bruno Dumons, Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards sur le catholicisme français contemporain (1980-2017)

Paris, Éditions Karthala, 2017, 331 p.
Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 313-315
Référence(s) :

Bruno Dumons, Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Éditions Karthala, 2017, 331 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage important est le résultat d’une large enquête visant à caractériser les mutations du catholicisme contemporain. Il a été précédé d’un Catholicisme en tensions, paru en 2012, qui visait à épingler les forces centripètes et centrifuges qui travaillent les membres de cette confession décidément polymorphe. Ici, la force observée est plus spécifiquement celle qui nourrit le bras de fer sociologique, symbolique, religieux, rhétorique et politique entre les catholiques d’identité/d’ouverture, de droite/de gauche, de tradition/de progrès, intransigeants/transigeants, zélateurs d’un régime de certitude/de témoignage. Les auteurs qui l’ont observée sont partis du constat d’un basculement opéré dans des années 1980 « marquées par un épuisement et un vieillissement des catholiques d’ouverture au profit de ceux qui se situent du côté de l’identité » (Béraud, p. 6). Qui sont ces catholiques « d’identité » ? que veulent-ils ? que croient-il et quels moyens se donnent-ils pour se faire entendre et voir sont les questions des auteurs de ce livre réellement collectif. Pour y répondre, ils ont observé des terrains précis : le clergé et les paroisses, les communautés, la liturgie, les revues, les réseaux et instances de socialisation et des mobilisations militantes récentes (les Sentinelles, la Manif pour tous).

2L’analyse des formes de présence au monde de tous ces lieux laisse apercevoir des constantes fortes dans les mobiles et les circonstances de l’engagement. La première est certainement le rapport à l’événement, en termes de réaction ou de création. Comme le montre Étienne Fouilloux, la création de la revue Communio (1969) est née de l’idée de « créer un périodique capable d’endiguer la vague contestataire en réaffirmant les fondamentaux de la foi catholique » (p. 20) dans le contexte de l’après Vatican ii et des événements de mai 68. C’est également un esprit de réaction, une volonté d’affirmer le positionnement « romain » après « l’errance de la période postconciliaire » qui inspire les rédacteurs de la revue Famille chrétienne étudiée par Yann Raison du Cleuziou (p. 173). L’importance du facteur événementiel incite nombre de groupes, dès lors, à « faire » événement. C’est clairement l’objectif des mobilisations contre les « blasphèmes en images » dont Isabelle Saint-Martin dresse le portrait. La sortie de films jugés blasphématoires tels que La dernière tentation du Christ de Scorsess ou l’exposition d’œuvres d’art contemporain qui explorent la figure du Christ d’une manière hétérodoxe (Nona Ora de Maurizio Cattelan, Les pieds en avant de Martin Kippenberg, Piss Christ d’Andres Serrano) sont des occasions de créer la polémique et de donner voix et publicité à un discours intégriste. Dans tous ces cas, le coup de force peut se révéler dangereux puisqu’il suppose une lecture univoque d’œuvres d’art qui par vocation proposent une multitude d’interprétations. C’est alors risquer de prendre « en otage, d’une certaine manière, l’opinion catholique sommée soudain de se prononcer pour ou contre une œuvre d’art qu’elle aurait ignoré » (p. 237).

3À la question du rapport à l’événement s’en arrime une autre qui est celle du rapport à la temporalité et qui constitue la deuxième constante des terrains explorés dans l’ouvrage. C’est clairement le cas dans la musique. Comme le montre Olivier Landron, dans les années 1965-1975, le catholicisme d’identité a trouvé à se distinguer par une réappropriation des chants grégoriens, de la polyphonie du xvie siècle et par de l’utilisation de l’orgue ; autant de genres et instruments délaissés après Vatican ii. Dans les années 1980-2000, les répertoires des communautés nouvelles privilégient les chants de louange. Mais il s’agit évidemment de revisiter les pratiques anciennes, de les intégrer dans un langage musical actuel. Le chanteur rock chrétien français Daniel Facéria mêle art des troubadours et accent rock. Cette pratique participe à l’obsession de nombreux catholiques, travaillés par une dialectique obsédante entre le désir de retourner aux sources, aux origines imaginaires du christianisme, et celui d’innover pour mieux toucher le monde moderne. Dans son article qui se veut une ethnographie d’une communauté cléricale, Josselin Tricou utilise le terme de restitutionnisme pour désigner les efforts des hommes qu’il a interviewés pour ancrer leurs pratiques dans un passé légitimant. Pourtant, à y regarder de plus près, ce restitutionnisme « est plus de l’ordre du braconnage dans les ressources ecclésiales en fonction d’un projet d’avenir qu’un retour à un passé cohérent à respecter en bloc » (p. 115). Un phénomène à certains égards analogue est observé par Vincent Petit dans le Nouveau mouvement liturgique. Ses partisans dénoncent tant les options réformatrices que « l’archéologisme et l’intégrisme qui cherchent un fondement dans le passé » (p. 124) et proposent dès lors une troisième voie qui les dépasse. Dans un genre plus populaire, le chanteur du groupe Glorious étudié par Valérie Aubourg parle, lui aussi, d’une troisième voie pour qualifier sa musique, laquelle puise à la fois dans le répertoire évangélique et dans celui des rituels catholiques plus classiques.

4Une troisième constante, elle aussi liée au temps, est l’émergence et la survivance des générations. Dans son article « Quelques hypothèses sur l’étrange “déclin du catholicisme d’ouverture” », Guillaume Cuchet examine les trajectoires différenciées des catholiques d’identité et d’ouverture après la rupture que constitue mai 68. Il propose trois paramètres principaux pour expliquer le déclin de ces derniers : primo, le taux de conservation intragénérationnel de la foi, incertain chez les catholiques d’ouverture ; secundo, le taux de transmission intergénérationnel de la foi, beaucoup plus élevé en milieu conservateur et, tertio, la capacité relative à susciter des vocations sacerdotales et religieuses, lui aussi supérieur dans les familles traditionnelles. On peut en conclure que, d’un point de vue démographique, le catholicisme d’identité a été plus efficace dans la reproduction de ses modèles d’être au monde (foi, prière, choix politique, etc.). Comme une réponse à ces hypothèses, Paul Airiau souligne la capacité de la communauté Aïn Karem à s’enraciner dans plusieurs strates historiques (Action catholique, paroisse d’œuvres des années 1930, pastorale étudiante des années 1950, pastorale d’un sanctuaire des années 1960, Action catholique) qui ont pu assurer la survivance d’un mouvement dans lequel le phénomène générationnel est très visible. Le « portrait de groupe » de l’épiscopat français depuis Vatican II dressé par Christian Sorrel met également en exergue le phénomène de la reproduction intergénérationnelle, aboutissement et cause de la relative homogénéité de ce groupe social. Issus pour la plupart des classes moyennes supérieures, de familles aux valeurs traditionnelles, le plus souvent rurales, ils ont en partage des expériences de sociabilité religieuses comparables (scoutismes, séminaires).

5Ces effets sociologiques ne suffiraient sans doute pas à agréger tous ces groupes s’ils n’avaient un credo commun. La force d’attractivité et la capacité à réussir des coups de force médiatiques des initiatives militantes dépendent de leur aptitude à générer et diffuser des valeurs à la fois rassembleuses et suffisamment polysémiques pour ne pas cliver. La famille est de celles-là. Sa défense a été la cause réunificatrice lors de la Manif pour tous en 2013. Sophie Rétif décrit la puissance mobilisatrice et le large éventail d’interventions de la Confédération nationale des associations familiales catholiques, qui rassemble aujourd’hui en France 35 000 familles. Romain Carnac souligne que c’est au nom de la défense de la famille que les organisateurs de la Manif pour tous parviennent à convaincre des musulmans de les rejoindre. Joue en outre un sentiment de « solidarité réciproque entre des représentants et des militants catholiques et musulmans » qui contribue à « renforcer, chez les uns et chez les autres, l’idée selon laquelle ils ont en commun d’appartenir à des groupes confessionnels minoritaires dont les droits à la différence, au respect et à la dignité sont bafoués » (p. 290). Le groupe des Vigiles debout scruté par Magali Della Sudda dilue davantage son appartenance confessionnelle, mais parvient à incorporer autour des valeurs familiales traditionnelles des individus appartenant à des groupes engagés dans des organisations à spectre idéologico-religieux aussi large que nébuleux. Les Vigiles réussissent à associer des participants à ses actions en mêlant défense des valeurs traditionnelles et dispositifs de mobilisations qui revisitent les répertoires classiques des interventions dans l’espace urbain (manifestations ludiques inspirées des processions, utilisation des réseaux sociaux). Dans un autre domaine, qui est celui de l’écologie politique, le Courant pour une écologie humaine (né dans le sillage de la Manif pour tous), qu’a suivi Ludovic Bertina, travaille lui aussi à polir ses valeurs et ses messages pour essayer d’instaurer un dialogue avec les défenseurs de l’environnement des autres obédiences. La démarche s’accompagne d’une « quête de la bienveillance qui consiste à sélectionner et valoriser dans la société civile les initiatives qui se conforment aux valeurs défendues par le courant… et donc à ignorer celles qui ne le seraient pas » (p. 284).

6L’une des forces du livre est que ses auteurs se sont contraints à affronter les difficiles questions épistémologiques et méthodologiques que pose la dialectique entre catholiques d’ouverture (une manière de faire) et catholiques d’identité (une manière d’être). Ils n’ont pas tenté d’esquiver le hiatus parfois profond entre l’idéaltype et la réalité, laquelle montre que les frontières catégorielles sont pour le moins perméables. Comme l’est l’identité. Dans un très stimulant épilogue, Denis Pelletier replace la focale sur ce concept. Il rappelle que l’« identité est entrée dans le champ des sciences sociales comme une question davantage que comme une évidence » (p. 308). La « bascule mémorielle » des années 1960-1970, rigidifiée par la politique de patrimonialisation concomitante en a fait un programme politique, bien éloigné du chantier de recherche qu’elle devrait être. Quant à Frédéric Gugelot, il revient sur la notion d’identité catholique comme catégorie englobante et « unifiante » à l’intérieur de la société en général. Et de constater très justement que « malgré une rhétorique d’affrontement, les catholiques participèrent à la modernisation de la société française. Ils furent les acteurs de la redéfinition de leur présence au sein du pays sur le long xxe siècle » (p. 322).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Bruno Dumons, Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards sur le catholicisme français contemporain (1980-2017) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 313-315.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Bruno Dumons, Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards sur le catholicisme français contemporain (1980-2017) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48853

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals