Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Martin Dumont (dir.), Coexistences confessionnelles en Europe à l’époque moderne. Théories et pratiques, xvie-xviie siècles

Paris, Les Éditions du Cerf, coll. « Patrimoines », 2016, 179 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 315-316
Référence(s) :

Martin Dumont (dir.), Coexistences confessionnelles en Europe à l’époque moderne. Théories et pratiques, xvie-xviie siècles, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. « Patrimoines », 2016, 179 p.

Texte intégral

1Ce volume rassemble une dizaine de contributions, à l’origine proposées dans le cadre d’une journée d’études organisée par l’IRER (Institut de recherches pour l’étude des Religions) le 7 avril 2012. Une dizaine de textes abordent tour à tour les principes de la tolérance à l’époque moderne, spécifiquement aux xvie et xviie siècles, la controverse et les tensions entre coexistence et reconquêtes confessionnelles. Si ce volume reprend trois des réalités les plus fortes de l’histoire des confessions chrétiennes dans l’Europe moderne, il le fait à travers des éclairages ponctuels et comparatistes, entre les débuts de la Réforme et l’édit de Fontainebleau. Ce choix permet d’envisager la complexité et l’évolution des frontières politiques et confessionnelles et l’importance de la chronologie dans la façon d’aborder cet entrelacs de théories et de pratiques.

2Derrière le rappel chronologique des guerres de religion, sont analysées les principes de la coexistence religieuse et l’acceptation temporaire de la diversité religieuse (G. Bernard) que constitue la tolérance moderne comme le montre, par exemple, en 1572, la confédération de Varsovie et, à travers elle, la volonté de préserver la tolérance politique entre protestants et catholiques (D. Tollet). L’exemple de la confédération helvétique permet d’analyser la force que constituent les disputes religieuses dans un contexte particulièrement troublé, à partir des années 1525 (F. Flückiger). Pour autant ce mode de fonctionnement essentiellement urbain ne signifie pas unité, mais cohabitation religieuse, en effet annonciatrice du cujus regio, ejus religio. Les zones de frontières constituent ici un espace idéal comme le montre aussi le Piémont occidental, en particulier au début du xviie siècle (Ch. Povero). Dans ce cadre controversiste à la fois religieux et politique, la naissance et le développement de l’Ecclesia Anglicana constituent un autre exemple de construction de l’uniformité religieuse d’un royaume (J. Sterritt). Le catholique devient alors l’étranger, qu’il s’agisse d’abord de l’espagnol sous Marie Tudor puis du papiste. La période mêle coexistence, conflits, reconquêtes, au gré des aléas politiques. Bien entendu, il y a le cas particulier et très original des Provinces-Unies, analysé très finement par W. Frijhoff, société multiconfessionnelle dans un État réformé, mais aussi confrontée aux transformations et aux pressions, en particulier celles des catholiques dans le Sud. Autre forme de coexistence aux multiples visages, la pratique du simultaneum, qui peut être aussi bien le partage d’un lieu de culte ou l’organisation cultuelle dans un même territoire. Cette coexistence est à la fois politique et spatialisée, adaptation de fait aux réalités de terrain, en fonction des évolutions politiques comme le montre l’espace germanique, en particulier dans les années 1680-1710 avec l’occupation par la France de la rive gauche du Rhin. Le simultaneum, qui n’exigeait pas d’écrit pour être organisé, connaît alors des mises par écrit normatives générales (Déclaration de religion du Palatinat en 1705) puis locales au xviiie siècle (L. Jalabert). Dans ce cadre thématique, il n’est en effet pas inutile de revenir sur la réalité de la coexistence confessionnelle dans la France de Louis XIV, ce qui permet de renouveler la lecture du « détricotage » du modèle confessionnel de 1598 (L. Daireaux).

3Enfin, à l’opposé de l’examen de la notion de coexistence dans la durée, l’histoire de la Montagne Blanche (8 novembre 1620) offre la possibilité d’étudier la double confrontation politique et religieuse qui produit et accompagne le conflit (O. Chaline). L’angle comparatiste et l’analyse des théories et des pratiques rendent compte de façon originale de problématiques évidemment assez bien connues par ailleurs et étudiées depuis longtemps par les historiens. Pour autant, cette méthode permet aussi de reprendre à nouveaux frais le cas d’autres espaces territoriaux ou religieux, y compris à l’échelon plus local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Martin Dumont (dir.), Coexistences confessionnelles en Europe à l’époque moderne. Théories et pratiques, xvie-xviie siècles », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 315-316.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Martin Dumont (dir.), Coexistences confessionnelles en Europe à l’époque moderne. Théories et pratiques, xvie-xviie siècles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48859

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals