Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bruno Duriez, Olivier Rota, Catherine Vialle (dir.), Femmes catholiques, femmes engagées. France, Belgique, Angleterre, xxe siècle

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires Septentrion, coll. « Histoire et civilisation », 2019, 208 p.
Justine Manuel
p. 316-317
Référence(s) :

Bruno Duriez, Olivier Rota, Catherine Vialle (dir.), Femmes catholiques, femmes engagées. France, Belgique, Angleterre, xxe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires Septentrion, coll. « Histoire et civilisation », 2019, 208 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, regroupant des articles, mais aussi des témoignages, a été publié à la suite d’une journée d’étude ayant eu lieu en décembre 2014. Les différents articles s’intéressent à l’action de femmes catholiques au cours du xxe siècle, que ce soit au sein ou non de l’institution catholique, en ciblant plus particulièrement leur action au prisme de leur foi et des discours catholiques sur les rôles traditionnels des femmes, et ce dans trois contextes européens (France, Belgique, Angleterre).

2Dans la première partie, « Des femmes engagées confrontées aux stéréotypes féminins », les articles abordent la vision traditionnelle de la femme diffusée par l’Église catholique, et la manière dont certaines femmes se sont servies de ces images pour s’impliquer dans la société. Ce modèle traditionnel de la mère catholique nous est présenté dès le premier article, de Tine Van Osselaer, intitulé « La femme forte, la dévote et l’“autre dangereuse”. Les constructions catholiques de la féminité à l’époque contemporaine ». L’auteure montre comment certaines femmes du début du xxe siècle se sont approprié l’idée d’une maternité spirituelle, pour mener hors de leur foyer et au sein de la société avec l’Action catholique une forme d’apostolat féminin. Dans le deuxième article, « Des enseignantes hors la loi aux infirmières militaires. L’engagement contraint des religieuses sécularisées. 1901-1904/1914-1918 », Chantal Paisant s’applique à faire dialoguer la grande histoire de la sécularisation de l’enseignement en France avec la petite histoire, celles de religieuses prenant l’habit civil pour continuer leur mission envers et contre l’État, et ce au moyen de témoignages. Raymond Dewerdt, dans l’article « Marie-Louise Lantelme, fondatrice de l’Institut de maternités catholiques et figure d’un “catholicisme de combat” entre les deux guerres », cherche à montrer comment l’action d’une catholique et de la congrégation qu’elle fonde, hors des rôles traditionnels féminins et dans un domaine d’où elles sont généralement exclues, s’inscrit pourtant dans un projet catholique de restauration de la famille comme base de la société.

3La deuxième partie de l’ouvrage, « Des femmes de combat. Entre lutte politique et apostolat », s’intéresse plus spécifiquement à des associations de femmes catholiques. Dans « La Catholic Women’s League : un engagement sous condition dans l’Angleterre du début du xxe siècle », Olivier Rota étudie une association promouvant la famille et des valeurs chrétiennes pour la société, mais aux prises avec un Vatican très méfiant des associations de femmes. L’article « La Catholic Women’s Suffrage Society entre action légale et soutien au militantisme, 1911-1918 » d’Andreea Rota se concentre sur un groupe catholique de femmes en faveur du droit de vote, et sur leurs modes d’action, notamment par rapport aux autres associations suffragistes de l’époque. Dans « L’action catholique féminine du xxe siècle. Éclairer les transformations d’un engagement catholique à la lumière du genre », Magali Della Sudda retrace l’histoire de la Ligue des Femmes Françaises dans son passage d’un catholicisme de combat à un féminisme chrétien et son inscription dans les luttes féministes. Le dernier article de cette partie, « Les Trente Glorieuses des militantes catholiques de milieu populaire (1945-fin des années 1970) » de Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau, aborde l’évolution de trajectoires des militantes catholiques au sein du Mouvement Populaire des Familles, entre promotion des femmes, complémentarité des sexes, et soutien d’idées féministes s’éloignant des principes de l’Église. L’article se termine par des notices bibliographiques de femmes impliquées dans ce mouvement.

4Intitulée « Femmes engagées dans l’Église : prise de parole et participation au pouvoir », la troisième partie traite plus particulièrement de l’implication de femmes féministes catholiques dans l’institution même. Dans son article « De la côtelette de l’homme à la moitié de l’humanité. L’apport des lectures féminines et féministes en exégèse biblique », Catherine Vialle s’intéresse au développement d’une herméneutique féministe. Dans « La parité hommes-femmes en Église : entre effet ­d’annonce et apprentissage laborieux », Alphonse Borras, lui, met l’accent sur la question de l’inclusion des femmes dans l’institution catholique, ses enjeux en termes de droit canonique et les évolutions pratiques auxquelles elle donne lieu.

5Enfin, la dernière partie de cet ouvrage est composée de récits de vie de trois femmes, Denise Cacheux, Françoise Maillard et Nathalie Willemetz, par rapport à leur engagement associatif, syndical ou politique, et les liens avec leur foi et leur engagement religieux.

6Globalement, cet ouvrage est intéressant. Il permet de mettre en parallèle différentes situations de femmes ou d’associations. Se dégage de ces articles la question de la femme et de son traitement selon les espaces et les époques, ainsi que l’évolution et les résolutions de cette question, en lien avec des contextes sociaux, politiques et religieux particuliers. En effet, un travail important a été réalisé quant aux évolutions de postures de ces femmes engagées par rapport à leur foi, et les conséquences pour les associations où elles sont engagées. Cela est particulièrement mis en avant grâce aux multiples témoignages et récits de vie rapportés. Ce que l’on remarque surtout, c’est l’importance d’un protectorat masculin pour que l’action de ces femmes puisse s’étendre et se déployer, tant l’engagement féminin peut être considéré comme subversif, s’il n’est pas contrôlé. Mais, que ces femmes disposent d’un protecteur ou non, leurs engagements sont la plupart du temps multiples et ancrés dans des réalités sociales bien précises, où les femmes pensent sincèrement avoir un rôle à jouer. Les articles nous montrent pour la plupart leur détermination et leur résistance face aux critiques et limitations ecclésiales.

7Toutefois, la qualité des articles est parfois inégale : certains textes sont descriptifs et ne parviennent pas véritablement à mettre en lumière les enjeux propres à leur sujet. Et bien que l’apport de témoignages soit important et intéressant, il s’agit surtout d’un écueil lorsque ceux-ci ne servent que d’exemples à des faits, sans permettre d’aller plus loin dans la réflexion. Néanmoins, cette critique ne remet pas en cause l’importance d’inclure des témoignages, qui pourront être utiles à des lecteurs pour appuyer leur recherche et leur réflexion. Mais plusieurs articles, notamment dans la deuxième partie, manquent, selon nous, d’analyse et de profondeur, nous laissant souvent sur notre faim. Soulignons particulièrement l’intérêt des deux derniers articles (de Catherine Vialle et Alphonse Bordas) pour leurs réflexions plus théoriques, allant au-delà des faits pour montrer les mécanismes catholiques à l’œuvre au regard de la question féminine, entre immobilisme institutionnel et changements plus récents en termes de pratiques concernant les places et représentations des femmes. D’autre part, les présentations des associations abordées sont parfois expéditives, n’entrant pas dans les détails de leurs objectifs et mobilisations. De plus, des auteurs-trices nous perdent parfois dans les méandres des changements de noms et de fusions de groupes, ce que l’index des associations présent à la fin de l’ouvrage ne nous permet pas de clarifier. Enfin, nous regrettons un manque d’harmonisation des articles en ce qui a trait à la féminisation des textes, certains ne le sont pas, et ceux qui le font n’utilisent pas les mêmes méthodes de féminisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Manuel, « Bruno Duriez, Olivier Rota, Catherine Vialle (dir.), Femmes catholiques, femmes engagées. France, Belgique, Angleterre, xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 316-317.

Référence électronique

Justine Manuel, « Bruno Duriez, Olivier Rota, Catherine Vialle (dir.), Femmes catholiques, femmes engagées. France, Belgique, Angleterre, xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48871

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals