Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacques Ellul, Vivre et penser la liberté

Genève, Labor et Fides, 2019, 625 p.
Émir Mahieddin
p. 320-322
Référence(s) :

Jacques Ellul, Vivre et penser la liberté, Genève, Labor et Fides, 2019, 625 p.

Texte intégral

1Cette anthologie de textes de Jacques Ellul (1912-1994) sur le thème de la liberté est le fruit d’un important travail éditorial de Jean-Philippe Qadri qu’on ne peut que saluer. Il s’inscrit dans un moment de redécouverte d’un intellectuel original travaillant à la croisée entre sociologie, histoire du droit, théologie et philosophie. La sélection des textes, souvent inédits ou difficiles d’accès, reflète d’ailleurs la variété de l’œuvre d’Ellul, allant de l’analyse sociologique à l’étude biblique en passant par la chronique journalistique. Le livre est structuré en trois parties : la première rassemble des écrits mêlant sciences sociales et théologie, la seconde des réflexions théologiques et des études bibliques et la dernière des articles de presse parus entre 1947 et 1984. Outre des annotations renvoyant à des extraits d’autres ouvrages d’Ellul ou à des éléments biographiques, on trouve des photos de notes manuscrites de l’auteur, issues des archives familiales, à partir desquelles certains textes ont été reconstitués en y amenant des corrections mineures. L’ouvrage est préfacé par Michel Rodes, de la revue Foi & Vie, qui donne au lecteur peu familier de Jacques Ellul quelques éléments biographiques. Il revient sur les engagements politiques et influences théologiques de ce protestant libertaire, dont la pensée se situe à équidistance entre les Évangiles et l’anarcho-syndicalisme. Si certains aspects de la pensée d’Ellul peuvent paraître désuets (il écrivait dans un monde qui n’est plus le nôtre), on est frappé, dans plusieurs passages de l’ouvrage, par certaines fulgurances presque prophétiques tant ses critiques ou ses réserves sont formulées précocement à l’égard de problèmes auxquels nos sociétés font face aujourd’hui de manière bien plus aiguë. Il se prononce ainsi contre les dérives de la société technicienne et l’aliénation qu’elle génère par la combinaison de la technique (la télévision, l’information, l’automation, l’ordinateur), du pouvoir de l’argent, de l’autonomisation des secteurs économique et politique qui finissent par imposer leur loi au reste de la société. Il se méfie aussi des prétentions de l’État d’Israël à incarner un espoir de liberté qu’il pourrait bientôt trahir (déjà en 1950). Il se prononce enfin contre la philosophie « antihumaniste », décrite comme « discours social anonyme », développée par Foucault, Derrida ou Lacan, accompagnant intellectuellement l’avènement de cette société technicienne dépersonnalisée, voire déshumanisée, de laquelle disparaît le « je » ; ce qu’Ellul appelle « le règne de “On” ».

2Le premier texte de cette anthologie, intitulé « Les structures de la liberté », aborde l’ensemble des aspects qui seront développés dans les écrits qui suivent. Il y revient sur l’émergence de l’idée politique de liberté dans la philosophie libérale européenne du xviie siècle et son gain en importance au cours du xxe siècle, non sans souligner une contradiction flagrante : les scansions de la liberté dans les discours vont croissant dans les périodes où se renforcent l’autorité et la puissance de l’État. On y découvre un penseur à la fois critique de la violence économique du capitalisme – dont il dénonce l’illusoire liberté de choix offerte par la consommation – et de la violence étatique du système soviétique, ainsi que du fascisme. Méfiant vis-à-vis de l’État, il l’est tout autant vis-à-vis du Marché. Il est en quête d’un projet de société dans lequel la liberté serait au centre, non pas en tant que simple discours, mais en tant que fondement de l’agir. Pour lui, la liberté passe par la lutte contre toute forme de conformisme, de centralisation ou d’homogénéisation de l’ensemble, contre toute tentation de totalisation. La liberté est en ce sens « renoncement à la puissance » : il s’agit de renoncer à conquérir le pouvoir puisque « les moyens négateurs de liberté ne conduisent jamais à la liberté ». Il convient donc de faire le « choix de la non-puissance ». C’est en ce sens qu’il se prononce en faveur de la « laïcité », entendue comme une limitation du pouvoir de l’État : « l’État n’a pas à décider de la Vérité » (p. 207). Il envisage idéalement l’Église comme un contre-pouvoir, libre et totalement indépendant, ayant pour vocation de rappeler leur devoir aux puissants vis-à-vis des plus faibles et des minorités.

3On devine l’influence de son passé de résistant sur sa pensée dans la conception qu’il défend de la liberté comme combat contre les formes répressives, liberté réelle qui n’existe à ses yeux que par et dans l’expérience et le conflit ; elle ne fait sens que dans la lutte contre la contrainte. Elle serait par définition une expérience fugace et intransmissible, toute tournée vers l’avenir. Doit-on y déceler une sensibilité similaire à celle de René Char, poète résistant pour lequel l’expérience de la liberté est un « héritage qui n’est précédé d’aucun testament » ? Pour Ellul, la liberté ne peut qu’avoir un coût, il l’associe au risque, à l’inconfort et à l’indétermination, autant de raisons pour lesquelles, à ses yeux, elle ne pourra jamais être installée : elle ne se vit que dans le mouvement. Telle une traversée du désert, elle est une épreuve, un combat dont l’impératif est d’être toujours renouvelé. On ne pourra jamais jouir d’un état ou un statut définitif de liberté. Selon Ellul, c’est ce qui fonderait l’ambivalence du rapport humain à la liberté, à la fois crainte et désirée.

4Ellul souligne à plusieurs reprises l’historicité et la plasticité de la notion de liberté, dont le contenu commun change au gré des époques et des systèmes politiques, de même que changent les formes de l’aliénation. Aussi se garde-t-il d’en forger une définition figée, qu’il pense d’ailleurs impossible. Dans son article intitulé « L’évolution de la liberté depuis 1936 », il illustre notamment l’instabilité de la notion sur une courte période, allant de 1936 à 1950. Depuis une idée commune de la liberté articulée à la personne, exercice de lutte de l’individu face à l’État, fondée dans la démocratie et le droit à la propriété, on est passé, sous le régime de Vichy, à une liberté qui ne relevait plus de l’individu, mais de son appartenance à une communauté nationale. La démocratie était dénoncée comme une hypocrisie et un mensonge. Sous influence communiste après-guerre, entre 1944 et 1947, la liberté, écrit Ellul, était devenue l’apanage du prolétariat, elle ne relevait alors, là encore, pas de l’individualité, mais de l’appartenance de classe. La propriété privée était dénoncée comme une privation de liberté, une aliénation qui résultait de l’exploitation d’êtres humains par d’autres. À partir de 1947, Ellul pense déceler l’émergence d’une nouvelle idée de la liberté. Avec le développement de l’État-providence, la liberté ne se conçoit plus face à l’État, mais dans l’État. Elle est une liberté de principe, « extérieure à l’homme », et c’est l’État qui en est le garant, avec les dérives que comporte cette idée quand on est ennemi de l’État – et donc « de la liberté ». Elle devient progressivement un exercice collectif assuré par l’appartenance à un corps intermédiaire plus ou moins puissant au sein de l’État (syndicat, parti, etc.). Enfin, la liberté passe derrière la sécurité, elle paraît moins précieuse aux hommes d’après-guerre que l’assurance sur l’avenir.

5Ellul, homme de morale, n’hésite pas à être normatif. Il est un philosophe en recherche de voies de transformations concrètes. Rejetant la contemplation, il n’envisage la manifestation de la foi qu’à travers l’action. Il évoque les changements à opérer en vue de transformer la société dans des termes proches de ceux de militants progressistes contemporains, affichant encore une fois son actualité : gratuité du lien, convivialité, appel à l’organisation en petites unités politiques, résistance à la consommation, critique de la publicité, écologie et décroissance, il est un défenseur de l’agir local dans un penser global. En avance sur un débat très actuel là aussi, il met en garde contre l’usage des technologies de reproduction, qu’il considère comme une objectification de l’être humain par soumission de la vie et des corps à la technique et sa rationalité supposée. Dans tous ces textes, la foi chrétienne n’est jamais loin du raisonnement intellectuel et politique. Elle est le fondement normatif explicite de sa parole. On comprend au fil de la lecture combien sa conception sociologique de la liberté comme tension intérieure, création permanente du soi, est irriguée par l’idéal d’une ascèse relationnelle fondée sur l’imitation de Jésus Christ, « le modèle parfait de la liberté » aux yeux d’Ellul. À ce niveau, la lecture pourra s’avérer embarrassante pour les sociologues et anthropologues, voire irritante, pour les plus sévères envers le discours religieux. On aura bien du mal à le suivre dans sa conviction selon laquelle l’idée de liberté dont l’Europe occidentale puiserait sa source dans « l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes à travers Jésus-Christ » (p. 149). Mais peut-être certaines de ces considérations, indigestes quand elles sont lues dans une perspective de sciences sociales, seront-elles édifiantes dans une perspective croyante. Elles le seront moins pour l’institution ecclésiale, que l’auteur renvoie, dans son fondement même, à un rempart contre la liberté acquise par révélation. En somme, pour Ellul, le christianisme historique aurait trahi la libération accordée par le Christ en érigeant des institutions autoritaires ayant pour fonction de faire régner l’ordre, la loi et la morale : « Jésus a allumé un feu ; les chrétiens n’ont pas su le porter » (p. 154).

6Il met en garde contre la confusion entre quête de « liberté », qui ne peut-être que chrétienne à ses yeux, et recherche d’indépendance ou d’autonomie. Il dénonce la passion contemporaine pour ces dernières qui amène l’être humain à se rendre esclave de la technique. La liberté véritable ne se réaliserait que dans l’obéissance à Dieu, un paradoxe auquel Ellul s’attaque par un habile raisonnement dialectique selon lequel la liberté n’est autre qu’une obéissance volontaire, animée par l’Amour. Cette « liberté chrétienne » fonderait par ailleurs le caractère unique de l’Europe dans le concert des cultures et des civilisations. On voit assez vite se dessiner l’équation, commune et fort contestable, selon laquelle les sociétés occidentales puiseraient leur source dans le christianisme, qui à son tour serait matrice de l’idée moderne de liberté ; et Jacques Ellul d’écrire en conséquence : « Le Tiers Monde accuse l’Occident de l’avoir privé de cette liberté (mais cette revendication, juste, est l’expression de la pensée même de l’Occident) » (p. 154). On se passera de commenter tous les travers que présente ce type d’énoncés aux niveaux anthropologique et historique. Cependant, cet eurocentrisme chrétien n’étant pas étranger à une certaine sociologie du religieux, aujourd’hui encore, il convient de rappeler quelques limites à cette idée. La parole du Christ a émergé sur les terres de l’actuelle Palestine, loin d’être considérée comme une puissance « occidentale », et certaines contrées aujourd’hui « africaines » et « arabes » ont été chrétiennes des siècles avant certains territoires « occidentaux ». Soulignons, enfin, que les peuples de ce qui est devenu le « Tiers-Monde » après les décolonisations n’ont pas attendu d’être abreuvés des lumières de l’Occident, moins encore du christianisme, pour résister aux invasions européennes. Ils ont parfois préféré la mort à la servitude : qu’une certaine idée au moins de « liberté » ne les ait pas préoccupés paraît bien improbable. Mais pour Ellul, toute autre conception de la liberté que celle fondée dans la relation d’obéissance au Christ étant illusion ou source d’égarement, il sort du raisonnement historique, et ne se résout pas à voir la liberté en dehors du cadre de la foi chrétienne.

7Cette combinaison de développements sociologiques, juridiques et théologiques fait l’originalité de cet intellectuel, mais c’est aussi ce qui fera de toute recension de cet ouvrage un exercice partiel et partial, et rendra l’adhésion du sociologue et de l’anthropologue bien délicate, même si ces derniers pourront y trouver certaines réflexions fort stimulantes sur les sociétés contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émir Mahieddin, « Jacques Ellul, Vivre et penser la liberté », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 320-322.

Référence électronique

Émir Mahieddin, « Jacques Ellul, Vivre et penser la liberté », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48901

Haut de page

Auteur

Émir Mahieddin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals