Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alfonso M. García Téllez, Écrits. Manuscrits à miniatures otomi

Présentation et traduction de l’espagnol de Pierre Déléage, postface de Jacques Galinier, Nanterre, Société d’ethnologie, 2018, 320 p.
Federica Rainelli
p. 322-324
Référence(s) :

Alfonso M. García Téllez, Écrits. Manuscrits à miniatures otomi. Présentation et traduction de l’espagnol de Pierre Déléage, postface de Jacques Galinier, Nanterre, Société d’ethnologie, 2018, 320 p.

Texte intégral

1Dans les hauteurs de la Sierra Madre Orientale, divisés en petits villages entre les états d’Hidalgo, Puebla et Veracruz, les Otomi orientaux attirent autant l’attention des chercheurs que des groupes autochtones des environs pour l’utilisation massive dans leurs rituels de figurines de papier découpées. Parmi les exégètes de la riche cosmologie qui sous-tend ces artefacts, on trouve un auteur exceptionnel, Alfonso Margarito García Téllez, otomi de San Pablito (État de Puebla), descendant d’une longue lignée de spécialistes rituels – et spécialiste lui-même –, qui élabore une série de quatre livres manuscrits en forme d’accordéon, destinés à la vente, dans lesquels il décrit des cérémonies traditionnelles otomi. C’est à la présentation et à la diffusion de son œuvre que ce livre est consacré.

2Il s’agit d’un texte composite, un hybride très particulier, né de la plume de trois auteurs (Pierre Déléage, Alfonso M. García Téllez et Jacques Galinier) avec des points de vue, des intérêts et des intentions très différents. Par ailleurs, le lieu où leurs histoires se croisent est tout aussi hybride et particulier : San Pablito, un petit village situé au bout septentrional de la Sierra Nord de Puebla, un lieu où, au fil des ans, chercheurs et curieux de toutes sortes se sont succédé, principalement attirés par la production d’un type de papier d’écorce, appelé khoni en otomì ou amate – terme dérivé de l’hispanisation du mot nahua amatl, dont le sens est précisément « papier ». Le processus de fabrication du papier d’écorce, d’origine préhispanique, a traversé cinq siècles d’histoire en restant presque inchangé et il touche aujourd’hui la plupart des familles de San Pablito, dont l’économie dépend en grande partie de sa production et de son commerce. Au-delà des circuits commerciaux, le papier amate est toujours utilisé pour fabriquer des figurines – appelées hmite (masque) ou nzaki (force) –, des « idoles » à travers lesquels représenter les entités surnaturelles, protagonistes de la vie rituelle locale. C’est précisément à partir de la description de l’utilisation de telles figures et des puissances qu’elles représentent que se déroule le travail de Margarito García, combinant la force iconique des « idoles » avec des gloses textuelles dans un seul manuscrit.

3Comme le titre l’indique, dans Écrits, on a affaire à une multiplicité de textes. Tout d’abord, une large préface de Pierre Déléage (également responsable du travail d’édition et de traduction), qui nous introduit à ces figurines rituelles en retraçant les étapes du long voyage entrepris par un autre auteur, le géologue et explorateur nord-américain Frederick Starr, qui, au début du xxe siècle, a traversé la région en recueillant d’importants témoignages sur la fabrication, l’utilisation et la signification des papiers découpés. Ces derniers aspects sont en outre analysés par la comparaison avec l’iconographie rituelle des Nahua, Tepehua et Totonaque situés dans la même région et également dédiés à la fabrication de figurines, soit de papier (Nahua et Tepehua), soit de bois (Totonaque). Viennent ensuite quelques notes biographiques fondamentales qui permettent de cadrer la figure d’Alfonso Garcia et, en particulier, le contexte et les événements qui l’ont amené à développer l’idée d’élaborer ces manuscrits, dont la genèse est décrite étape par étape à partir de la première édition. Enfin, Déléage nous offre une présentation détaillée des textes, qui comprend un résumé et une analyse brève, mais ponctuelle, décrivant l’un des défis fondamentaux posés par l’œuvre, c’est-à-dire la nécessité de repenser le rapport entre l’oralité et l’écriture.

4La deuxième partie du texte est formée par l'édition en fac-similé des quatre manuscrits de García, accompagnée d’une traduction en français et d’une série d’annexes présentant les versions alternatives de certains passages, ainsi que tout un manuscrit non publié depuis les années 1990, l’Histoire d’un sorcier Nahual.

5En examinant les textes proposés, il faut noter une évolution significative du récit, tant au niveau thématique que stylistique. Les trois premiers manuscrits, tous rédigés entre 1975 et 1981, présentent essentiellement les caractéristiques du manuel liturgique, montrant les étapes marquantes de certaines pratiques rituelles, souvent enrichies par une description des puissances nominées. Aussi, l’Histoire de la guérison des ancêtres décrit un rituel thérapeutique et les entités auxquels il faut faire des offrandes pour se soigner ; la Procédure de l’Offrande pour demander la pluie décrit un rite de fertilité agraire ; tandis que l’Histoire d’une habitation nécessitant une offrande au Saint Foyer décrit un rituel thérapeutique suivi d’un rite d’expulsion et de procédures d’ensorcellement. En revanche, le dernier manuscrit remonte au début des années 2000 et est un texte tout à fait excentrique par rapport aux précédents, car il présente un récit mythologique qui décrit les circonstances et les modalités de la première cérémonie rituelle célébrée à San Pablito. Il s’agit de ce que Déléage définit efficacement comme un « livre matrice » (p. 30), c’est-à-dire un texte qui pose les bases des pratiques rituelles décrites dans les œuvres précédentes, donnant ainsi légitimité, autorité et valeur à ces dernières.

6Dans le même temps, on assiste à une désacralisation progressive des figurines découpées, qui s’émancipent de l’iconographie traditionnelle en s’éloignant de plus en plus, jusqu’à perdre complètement leur caractère d’« idoles » pour devenir de simples images à titre illustratif, tout comme dans une bande dessinée.

7Enfin, la postface de Jacques Galinier restitue le regard profond de celui qui a consacré sa vie au travail chez les Otomi. Ces dernières pages reconstituent de manière concise et efficace l’horizon culturel otomi, permettant ainsi au lecteur de situer l’œuvre dans son propre contexte symbolique et socio-historique. L’auteur nous laisse ensuite une fin ouverte suggérant d’intéressantes hypothèses de travail pour l’avenir, liées à l’étude des dynamiques à travers lesquelles les savoirs traditionnels locaux se rapportent aux nouvelles formes de culte (néo-chamanisme, diffusion des cultes protestants) et aux nouvelles technologies à l’ère de la mondialisation.

8Dans l’ensemble, il s’agit d’un ouvrage d’une grande valeur historique et analytique, qui combine attention historico-philologique et forte sensibilité ethnographique. La grande richesse des détails emporte la conviction et n’est jamais rhétorique. L’intervention exégétique sur les manuscrits présentés est réduite au minimum, laissant plutôt les textes parler pour eux-mêmes et donnant au lecteur une large marge interprétative. Dépassant largement les limites du monde otomi, Écrits est un ouvrage fondamental pour tous les chercheurs intéressés par les dynamiques de la construction des savoirs et des représentations discursives et visuelles, la relation entre mémoire, oralité et écriture, la dialectique existante entre parole et image et l’analyse des pratiques de re-signification de la tradition face aux défis de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federica Rainelli, « Alfonso M. García Téllez, Écrits. Manuscrits à miniatures otomi », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 322-324.

Référence électronique

Federica Rainelli, « Alfonso M. García Téllez, Écrits. Manuscrits à miniatures otomi », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48907

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals