Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michaël Gasperoni (dir.),« Le Siècle des ghettos : la marginalisation sociale et spatiale des Juifs en Italie au xviie siècle »

Boris Simon Czerny
p. 324-325
Référence(s) :

Michaël Gasperoni (dir.),« Le Siècle des ghettos : la marginalisation sociale et spatiale des Juifs en Italie au xviie siècle », xviie siècle, 282, 2019, 191 p.

Texte intégral

1Si la première occurrence en France du mot ghetto est attestée par la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, Gallica, pour un texte publié dans un numéro daté de 1631 d’un Recueil de toutes les gazettes nouvelles, la première définition, toujours en français, de ce mot dans son contexte italien apparait à la page 213 du Dictionnaire italien et français rédigé par Antoine Oudin, secrétaire interprète du Roy, seulement en 1663, soit plus d’un siècle et demi après la création en 1516 de la première entité spatiale ségrégative destinée aux juifs : « Ghetto : demeure des juifs à Venise. » Depuis cette époque, le terme a acquis une connotation fortement péjorative détachée de son origine italienne et s’est retrouvé employé aussi bien pour désigner des quartiers socialement et économiquement défavorisés à l’intérieur de grands centres urbains que des espaces concentrationnaires préfigurant l’anéantissement des membres de communautés juives dans les villes de Pologne et d’Ukraine durant la Shoah. On ne peut par conséquent que saluer la publication d’un numéro de la revue xviie siècle qui, tout au long des sept articles le composant, permet de faire le point sur les connaissances concernant ce phénomène bien particulier de la marginalisation et de la ségrégation sociales, spatiales et institutionnalisées (p. 25) des populations juives, phénomène ayant pris corps en Italie. L’ensemble des articles esquisse aussi de nouvelles pistes d’analyses sur les causes et les conséquences de la création, à partir de la fin du xvie, de ghettos sur le sol de la péninsule italienne qui, ainsi que le rappelle Gasperoni dans l’introduction, « L’Italie des ghettos : normes résistances et négociations », fut l’une des rares contrées européennes à avoir connu une présence juive ininterrompue, mais où, au contraire de la plupart des autres États qui firent le choix de l’expulsion définitive, la ségrégation sociale et spatiale des Juifs fut codifiée et […] institutionnalisée » (p. 3).

2Que le ghetto soit identifié comme un espace destiné à autoriser des juifs à s’installer dans une ville où ils n’étaient pas originairement admis (cas de Venise) ou bien dans le but d’inciter les Juifs à se convertir (cas de Rome) (p. 83), comme le montre Samuela Marconcini dans son très éclairant article sur « Le ghetto et la maison des catéchumènes en Italie au xvie siècle », il y eut pratiquement autant de cas distincts que de cités.

3Mais en dépit de la variété des espaces, des acteurs économiques, politiques, religieux ainsi que de la diversité des rapports entre les autorités municipales et les juifs en tant que communautés ou représentants des dites communautés, les interrogations formulées dans tous les articles sur les différents acteurs (les juifs et les non-juifs et, parmi les non-juifs, la fonction politique, économique et/ou sociale des partisans et des adversaires d’une ghettoïsation de la population), constituent un socle d’analyse permettant d’examiner avec le plus de précision possible tous les facteurs ayant accéléré ou au contraire freiné et même suspendu les projets de création de ghettos dans l’Italie du xviie. C’est du moins la principale conclusion qui peut être tirée à la lecture des articles et en particulier de celui de Matteo Al Kalak, « Naissance d’un ghetto. Pouvoirs et intolérance religieuse dans le duché de Modène (1612-1638) » (p. 36-58). Dans cette étude, l’auteur se concentre sur les décennies ayant précédé la création du ghetto de Modène, le premier a avoir été érigé dans le duché d’Este, et reconstitue avec une très grande précision comment la communauté juive de Modène se trouva au centre d’un affrontement entre des protagonistes (non-juifs) de la vie politique, économique et religieuse, chacun de ces camps en présence cherchant à faire prévaloir ses arguments pour approuver ou au contraire s’opposer à l’édification d’une clôture entre le quartier juif et les autres parties de la cité. L’article de Al Kalak trouve un prolongement dans celui de Laura Graziani Secchieri, « La Naissance de ghettos dans la légation de Ferrare. Modalité et pratiques institutionnelles » (p. 58-77), qui montre comment les juifs servaient de « points de jonction » (p. 13) entre les souverains et les élites politiques des cités, entre les souverains de l’Église et ses représentants. Sur la base d’actes notariés et de baux de location (par exemple l’acte de location d’une maison passé entre un certain Giacommo Galeti et le fripier juif Emmanuel Boni le 26 mars 1625) (p. 70), l’auteur examine les modalités pratiques de l’installation de familles juives et le départ corollaire des habitants chrétiens du nouveau quartier juif. À travers les exemples de Modène, Ferrare, Lugo et Cento, Graziani Secchieri détaille également comment le choix de l’emplacement du ghetto pouvait engendrer des résistances et des retards dans le processus de ghettoïsation, mais aussi obliger les juifs à se structurer en tant que communauté en se dotant de représentants légaux et de règlements intérieurs (capitoli). Les autres articles évoquent toujours le processus « d’expulsion vers l’intérieur » (p. 4) que fut la ghettoïsation de la population, mais c’est pour mieux en souligner des exceptions dans un panorama italien qui était loin d’être uniforme. Comme l’écrit Gasperoni, « à l’intérieur même des États où le ghetto était censé être un mode officiel et régulé d’administration, il pouvait très bien coexister avec des formes plus libres » (p. 6). Le cas est examiné dans deux articles, dont celui de Davide Mano qui traite de la situation spécifique des communautés juives qui bénéficiaient d’une relative liberté dans certains petits États ou fiefs plus ou moins autonomes et indépendants, en particulier le long de la frontière entre le grand-duché de Toscane et l’État de l’Église (« Les juifs sur la frontière Tosco-romaine. Des “terres-refuges” aux ghettos dans une périphérie de l’État moderne »). Il est aussi question d’exception dans l’article de Guillaume Calafat et Gasperini au sujet des privilèges octroyés aux entrepreneurs juifs, sépharades et italiens par les grands-ducs de la région de Pise et dans le port toscan de Livourne (« Une Activité de ghetto ? Activités et acteurs économiques juifs dans l’Italie du xviie »). Par rapport aux études brièvement présentées ici, « Le ghetto : “Une technique de gouvernement”. Entretien avec Giacomo Todeschini », apporte une note sinon discordante du moins décalée. Todeschini envisage en effet la ghettoïsation non du point de vue des différences selon les localisations et les géographies sociales, mais dans une perspective d’analogie et de continuité en se focalisant sur les caractéristiques des politiques économiques mises en œuvre entre les xive et xvie siècles par les élites gouvernantes. Cette approche permet de considérer le ghetto comme « un laboratoire institutionnel » (p. 33) où s’opérait une redéfinition des rapports économiques entre les Juifs et les chrétiens.

4Quel que soit l’angle d’analyse adopté par les auteurs, le contenu de leur article vient nuancer une conception souvent uniforme et simpliste du ghetto et des rapports entre juifs et non-juifs dans l’Italie du xviie. Les thèmes abordés avec beaucoup de clarté et de précision ouvrent indéniablement de nouvelles pistes non seulement pour les études juives se rapportant à l’Italie, mais aussi à l’Europe et à la Russie. En effet, de nombreux aspects concernant les interdictions et la législation régulant la vie juive en Russie, mais aussi les rapports économiques et politiques à l’intérieur des villes de la zone de résidence, n’ont pas encore fait l’objet d’investigation poussée. À ce titre ce numéro sur les ghettos de la revue xviie siècle apparait comme une puissante source d’inspiration. Ce n’est pas la moindre de ses qualités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Simon Czerny, « Michaël Gasperoni (dir.),« Le Siècle des ghettos : la marginalisation sociale et spatiale des Juifs en Italie au xviie siècle » », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 324-325.

Référence électronique

Boris Simon Czerny, « Michaël Gasperoni (dir.),« Le Siècle des ghettos : la marginalisation sociale et spatiale des Juifs en Italie au xviie siècle » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48925

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals