Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Gauch, Entre rêve et foi, où se tient l’objet du désir ? Freud, Fondane, Job et le Dieu biblique

Paris, Éditions Erès, 2017, 224 p.
Pascale Gruson
p. 325-326
Référence(s) :

Dominique Gauch, Entre rêve et foi, où se tient l’objet du désir ? Freud, Fondane, Job et le Dieu biblique, Paris, Éditions Erès, 2017, 224 p.

Texte intégral

1En élaborant la théorie qui fonde la psychanalyse, Freud avait sans aucun doute une visée scientifique. De fait, ses hypothèses sont de nature à désenclaver des données hétérogènes et permettent en particulier de « démagifier », comme aurait dit Max Weber, certaines croyances qui, entretenant méprises et malentendus, induisent de lourdes souffrances. Il importe de rendre au sujet qui en est prisonnier ou victime les moyens de se reconnaître et d’être reconnu par autrui, dans son authenticité, dans son autonomie. Mais la croyance est aussi un mot valise… Faut-il souhaiter, espérer que toute croyance ait à se dissoudre dans la raison ? Il n’est pas certain que la science puisse dévoiler tout ce qui tient à l’existentiel. Et le risque n’est pas nul de faire violence à des questions qui n’ont pas de réponse, de réduire leur acuité, de nier leur force.

2Freud n’avait aucune intention de ce genre. Mais il semble que parfois, dans certains de ses écrits, il n’ait pas évité des raccourcis positivistes, plus scientistes que scientifiques. On le pense souvent des arguments qu’il a développés dans L’avenir d’une illusion, dont certains paraissent à première vue un peu sommaires pour qui voudrait avoir une vue d’ensemble du fait religieux et de son histoire. Mais de quoi s’agit-il vraiment dans ce livre étrange que Freud a écrit assez tardivement ?

3Parce qu’elle est psychanalyste, parce qu’elle a lu beaucoup d’autres écrits de Freud, Dominique Gauch veut affronter, dans ce livre précisément, ce risque scientiste, son implicite volonté de toute puissance et tout ce qui risque de dénier au sujet, ses ressources, sa force et plus encore sa figure d’altérité. C’est entre autres par la lecture des écrits du poète et philosophe Benjamin Fondane qu’elle propose d’aborder cette difficulté.

4Pour tous ceux qui ont approché son œuvre, Benjamin Fondane (1898-1944) est une figure vraiment saisissante. Né en Roumanie, à Iasi, dans une famille juive, il a émigré en France après la Première Guerre mondiale. Philosophe, poète, homme de théâtre et de cinéma, il n’a jamais cessé de porter attention aux questions fortes de ce qui est pour lui (et pour le philosophe Léon Chestov avec lequel il a tant travaillé) le « sujet existentiel » plongé dans un monde peu transparent. Sa vie a été assassinée à Auschwitz où, après dénonciation, il avait été déporté avec sa sœur.

5Il se trouve que, bien souvent, l’œuvre de Fondane est convoquée pour s’opposer aux arrogances supposées de la raison, pour souligner les limites de l’ambition scientifique trop vite détournée par des propos scientistes. S’agissant de débusquer cette limite chez Freud (laquelle déprécierait évidemment le crédit de la psychanalyse), le recours à Fondane ouvre en fait bien d’autres perspectives. Celui-ci a écrit plusieurs articles sur les travaux de Freud. Certes critique, cette lecture attentive impose dans le débat la figure de Job. Il n’est pas possible de trouver aux souffrances de Job des causes, des explications contingentes, qui permettraient de comprendre et de corriger. Mais alors ? C’est dans l’écriture poétique que se déploient les questions, celles de Job en particulier. C’est là que se dressent les figures de l’altérité. C’est là que surgissent les combats, la tempête, les fulgurances. À ces questions que Fondane déploie dans plusieurs poèmes, Freud n’a jamais imposé une fin de non-recevoir.

6On pourrait regretter que, sauf allusions générales, Dominique Gauch n’ait pas donné une place plus visible à la problématique que Freud a développée, à ses recherches se faisant, aux obstacles, aux cheminements peu rectilignes parcourus dans le travail avec ses patients et dans sa correspondance. À les considérer, l’hypothèse d’une tentation positiviste, voire scientiste, n’est de fait pas vraiment tenable. Il faut néanmoins reconnaître à cette approche concentrée sur un écrit quelque peu énigmatique, une originalité convaincante. Par ses questions, avec les textes magnifiques sur lesquels elle s’appuie – extraits des écrits et poèmes de Fondane, de Léon Chestov, du livre de Job –, l’auteure sait faire comprendre que Freud, dans ses fortes exigences de scientificité, à cause d’elles sans doute, n’ignore en fait rien de la force du langage poétique, celle qui se déploie dans les écrits bibliques et dans la tradition juive et donc de la singularité du sujet existentiel. Et non seulement il ne les ignore pas, mais elles lui importent bien plus que le scientisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Gruson, « Dominique Gauch, Entre rêve et foi, où se tient l’objet du désir ? Freud, Fondane, Job et le Dieu biblique », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 325-326.

Référence électronique

Pascale Gruson, « Dominique Gauch, Entre rêve et foi, où se tient l’objet du désir ? Freud, Fondane, Job et le Dieu biblique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48943

Haut de page

Auteur

Pascale Gruson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals