Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mario Gecchele, Simonetta Polenghi, Paola Dal Toso, Il Novecento: il secolo del bambino?

Parme, Giuseppe Spaggiari, 2017, 465 p.
Michel Ostenc
p. 329-330
Référence(s) :

Mario Gecchele, Simonetta Polenghi, Paola Dal Toso, Il Novecento: il secolo del bambino?, Parme, Giuseppe Spaggiari, 2017, 465 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’inscrit dans la perspective tracée par le livre de Ellen Key The Century of the child. La première moitié du xxe siècle a été dominée par les guerres et les révolutions. Les enfants ont été instrumentalisés au service de valeurs nationalistes ou impérialistes. Au Royaume-Uni, l’éducation tendait à former des sujets imbus de la supériorité de l’Empire britannique. En France, l’école républicaine transmettait des valeurs héritées de la révolution de 1789 en préparant la « revanche » contre l’Allemagne. Les dictatures fasciste et national-socialiste de l’entre-deux-guerres voulaient former des citoyens obéissants, prêts au sacrifice pour la patrie et pour son chef. Le franquisme espagnol s’attachait aux valeurs traditionnelles de la patrie, de la religion et de la famille. Les gouvernements d’inspiration marxiste d’Europe orientale voulaient après 1945 former « l’homme collectif » du communisme. Après la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle conception de l’enfance prévalut en Europe occidentale, les familles se montrant plus attentives à ses besoins. La vie des enfants s’est considérablement améliorée au niveau des perspectives de vie et de scolarisation ; mais leur éducation s’est heurtée à de nouveaux obstacles d’ordre psychologique, liés aux exigences de la famille et à l’ouverture sur le monde économique.

2L’ouvrage s’interroge sur la conception de l’enfance dans l’éducation religieuse. Au début du xxe siècle, l’Église ne pouvait pas compter sur une synthèse pédagogique de matrice chrétienne et l’éducation religieuse s’appuyait sur la pastorale pour répondre aux défis de la modernité. Une nouvelle image de l’enfance impliquait l’abandon des méthodes de mise en condition. La surévaluation de la spontanéité de l’enfant qui a fortement marqué la pédagogie du xxe siècle a eu tendance à négliger des facteurs comme la religion qui eurent pourtant une incidence profonde sur les modèles de formation. Un tournant important de l’éducation catholique se situa pendant le pontificat de Pie X. La décret « Quam singulari christus amore » (1910) abaissa à 7 ans l’âge de la première communion et le « Catechismo della dottrina cristiana » (Catéchisme de Pie X, 1912) s’inscrivit dans un processus de réforme de l’enseignement religieux destiné à favoriser la participation active des enfants. Ce mouvement procédait d’une nouvelle sensibilité éducative née dans les congrégations religieuses italiennes qui abandonnait la méfiance envers l’enfance et s’orientait vers l’enseignement maternel. En fait, l’héritage du catholicisme du xixe siècle dans l’enseignement de la doctrine et la formation spirituelle modifia profondément la vision de l’enfance dans l’Église de Pie X. Il incita le mouvement catéchétique à adopter une didactique plus attentive à la vie de l’enfant. Il en fut ainsi dans la diffusion d’un catéchisme basé sur une méthode intuitive et sur une présentation de la vérité de la foi comme un procédé capable de stimuler la participation des enfants aux leçons et d’en faciliter l’acquisition des contenus.

3Le décret « Quam singulari christus amore » mettait fin à une controverse qui s’était développée à partir de l’abandon de la communion au cours du baptême. La tendance à retarder l’âge de ce sacrement fut constante surtout au xviiie siècle, favorisée par la diffusion du jansénisme qui considérait l’eucharistie comme une récompense à ne concéder qu’aux plus dignes. En France, les enfants n’étaient admis à l’autel qu’à l’occasion d’une « communion solennelle ». Cette cérémonie était devenue une véritable fête qui célébrait l’entrée de l’enfant dans la communauté ecclésiale. Le clergé était incité à lui donner le caractère initiatique d’un passage de l’enfance à l’adolescence, la « communion solennelle » rivalisant avec la cérémonie du Certificat d’Études Primaires (C.E.P.) qui couronnait l’enseignement laïque de l’école républicaine. Au xixe siècle, Rome dut rappeler à l’ordre les évêques qui refusaient la communion aux enfants âgés de moins de 12 ans. Des accommodements avaient permis de contourner le problème avec la création d’une « communion privée » à 7 ans ; mais la nouvelle sensibilité éducative favorisa une façon de concevoir la communion comme une « expérience d’union intime avec le Seigneur » que les enfants devaient connaître. Pie X voulut soutenir cette pratique. Le décret « Sacra Tridentino Synodus » sur le culte de l’eucharistie condamnait toute forme de rigorisme et encourageait la fréquente communion. L’approche régulière de l’autel pouvait préserver les croyants de l’erreur, surtout lorsque leur foi était menacée par des courants religieux et culturels différents de ceux du catholicisme romain. En outre, Pie X pensait que la piété sacramentelle pouvait aider à la restauration d’une société chrétienne.

4« Quam singulari » était destiné aux enfants dont l’innocence était la condition première. Cette reconnaissance se fondait sur l’enseignement du Christ à travers l’Évangile de saint Matthieu. Du fait de leurs capacités rationnelles limitées, il n’était pas nécessaire de réclamer aux enfants une confession sacramentelle. Il suffisait qu’ils sachent distinguer le pain eucharistique du pain commun (Sull’età della prima comunione, 1910). Certes, la dimension intimiste du culte eucharistique n’était pas une nouveauté dans l’histoire de la spiritualité catholique, et les enfants avaient déjà été reconnus comme des protagonistes de la communauté chrétienne ; mais ils trouvèrent dans le décret « Quam singulari » une légitimité qui contribua à modifier l’image perçue à travers le langage ecclésial. C’est l’un des mérites de cet ouvrage collectif d’une grande richesse documentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Mario Gecchele, Simonetta Polenghi, Paola Dal Toso, Il Novecento: il secolo del bambino? », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 329-330.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Mario Gecchele, Simonetta Polenghi, Paola Dal Toso, Il Novecento: il secolo del bambino? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48967

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals