Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort

Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique », 2017, 386 p.
Hélène Zwingelstein
p. 330-332
Référence(s) :

Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort. Traduction et introduction de Benoît Basse. Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique », 2017, 386 p.

Texte intégral

1Questions de vie ou de mort traduit pour la première fois en français Causing Death and Saving Lives du philosophe britannique Jonathan Glover, initialement publié en 1977, devenu outre-Manche une référence de philosophie morale. Le livre, précurseur des travaux éthiques relatifs au « faire mourir » (ethics of killing) − dont la genèse a coïncidé avec l’animation, durant dix ans, d’un séminaire à Oxford (avec James Griffin et Derek Parfit) −, envisage ces questions dans une perspective analytique appliquée : rationnelle, concrète, visant à éclairer l’action et la prise de position politiques. Benoît Basse, traducteur de l’ouvrage et philosophe lui-même, présente en introduction l’ambition épistémologique de cette version tardive : participer à faire connaître le travail de penseurs anglophones notoires méconnus des lecteurs francophones, comme Jonathan Glover, afin de mettre en perspective pour mieux les rapprocher philosophie « continentale » et philosophie analytique anglo-saxonne. L’actualité confondante et la richesse inépuisable des sujets abordés par l’auteur, l’accessibilité du livre à un large public, rendent le choix de ce travail particulièrement adapté pour se lancer sur le chemin de cet échange exploratif transmanche.

2Peut-il être légitime de donner la mort ? Si oui, à quelles conditions ? Jonathan Glover, au fil des chapitres et des études de cas présentées, rend compte de nombreuses situations éthiques complexes dans lesquelles ces questions se posent empiriquement, et cherche à proposer en réponse un système cohérent de positions argumentées. Pour l’auteur, en effet, nous ne sommes pas condamnés, face à des sujets aussi sensibles, « à un scepticisme relativiste ou à un rationalisme dogmatique » (B. Basse, « Introduction », p. 13). Il invite le lecteur à remettre en cause ses à priori émotionnels et moraux, grâce à une prise de distance objective, pour appréhender rationnellement la problématique et ses enjeux. L’ouvrage, construit en trois temps progressifs, accompagne le lecteur dans cette démarche.

3Le premier volet de l’étude, « Problèmes et méthodes », présente de manière pédagogique certaines bases de la philosophie morale : son terrain réflexif, sa méthode et ses limites. Il y met en exergue la similitude entre l’argumentation morale et l’enquête scientifique : comme dans les sciences expérimentales, la valeur des principes dépend de leur « applicabilité à l’expérience » − et pour Glover, là où l’expérience directe ne pourrait être mobilisée dans la réflexion, l’imagination, en lieu et place, assure un rôle objectif et efficace valable.

4« Les théories morales », deuxième partie du travail, expose les concepts-forces (théoriques et moraux) qui seront mobilisés ensuite au fil de l’argumentation appliquée. L’auteur y prend position, précisant ceux qu’il retient, réprouve ou nuance. Il accorde une importance fondamentale dans sa réflexion aux conséquences de ses décisions (évaluant aussi les effets latéraux, remettant ainsi en question la doctrine des actes et des omissions, comme celle du double effet), critique l’idée de « vie sacrée », pose la question des vies « dignes d’être vécues » (spécifiant qu’il est, selon lui, « immoral de supprimer une vie digne d’être vécue »), et relativise l’idée du « droit à la vie », notamment. Ses arguments le positionnent dans une approche fondamentalement utilitariste (même si l’introduction de B. Basse le présente plutôt inscrit dans un pluralisme éthique) − cherchant à maximiser le bonheur du plus grand nombre −, qu’il particularise toutefois en valorisant fermement le principe d’autonomie des personnes.

5Ces éléments explicités, il éprouve alors empiriquement dans un troisième temps, intitulé « Problèmes d’éthique appliquée », différentes hypothèses morales sur des questions de vie ou de mort, articulées selon lui les unes aux autres, comme l’avortement, l’infanticide, le suicide, l’euthanasie, la peine de mort, la guerre, l’importance du nombre de vies à sauver, la sélection des personnes (l’auteur regrette en préambule de n’avoir pu y développer également la question de la cause animale, qu’il estime connexe. Il est intéressant de noter que P. Singer participait en tant qu’étudiant au séminaire tenu par J. Glover à Oxford)… Le déroulement du processus argumentatif enquête en détail sur chacune des situations, évaluées à l’aune des convictions morales précédemment exposées.

6L’exercice proposé par Jonathan Glover présente un véritable intérêt intellectuel et méthodologique, mais la pleine objectivité des arguments développés ne convainc pas à tout coup : les vertus de l’imagination connaissent des limites au-delà desquelles les scénarios contextuels ou conséquentialistes paraissent parfois peu réalistes (sur les sujets de l’avortement, de l’infanticide ou de l’euthanasie, par exemple). Pour toutes ces questions éminemment sensibles et ramifiées, il semble difficile de faire entrer tous les paramètres dans l’éprouvette rationnelle de l’« enquête scientifique » appliquée : l’auteur cherche à mesurer avec précision des éléments qui résistent irréductiblement aux calculs (le bonheur, le désir, la vie « digne d’être vécue », etc.), tandis que la dimension symbolique semble presque évacuée des questions sociales exposées. Bref, l’arithmétique utilitariste, même nuancée, peine à intégrer systématiquement les ensembles complexes.

7Peu importe sans doute, puisque l’auteur encourage le lecteur, tout au long de son livre, à développer sa propre autonomie de pensée et des arguments contraires à ceux qu’il défend. La rencontre, quatre décennies après sa parution, avec ce travail pionnier de Jonathan Glover constitue par ailleurs une occasion originale d’enrichir, d’initier − voire d’oser − une réflexion morale pratique sur les nombreux défis éthiques du « faire mourir » que l’actualité ravive et renouvelle (comme les questions animale et bioéthique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Zwingelstein, « Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 330-332.

Référence électronique

Hélène Zwingelstein, « Jonathan Glover, Questions de vie ou de mort », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48979

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals