Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrick Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études. Invention, érudition, innovation. De 1868 à nos jours

Paris, Somogy-EPHE, 2018, 712 p.
François Trémolières
p. 338-339
Référence(s) :

Patrick Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études. Invention, érudition, innovation. De 1868 à nos jours, Paris, Somogy-EPHE, 2018, 712 p.

Texte intégral

1Pour le cent-cinquantenaire de sa naissance, l’École pratique des hautes études s’est élevé une sorte de monument : un beau livre de plus de sept cents pages, relié, de grand format (25 x 28,5), abondamment illustré – dont la réalisation a d’ailleurs été confiée à un éditeur spécialisé dans les livres d’art et catalogues d’exposition. Des contraintes du genre relèvent le découpage en textes courts, rythmés d’encadrés (consacrés surtout à des biographies), la présentation soignée, aérée, et la part réservée à l’image. Malgré ces contraintes, le propos n’en est pas moins savant et l’illustration a valeur d’archive : on n’en finirait pas d’énumérer les perles dans les documents reproduits – au risque il est vrai de surreprésenter la période des fondations : beaucoup d’hommes et peu de femmes, beaucoup de barbus, beaucoup de IIIe République dans cette iconographie. Et un peu de Second Empire, puisque l’École est une création de Victor Duruy, ministre de Napoléon III ; « pratique », pour faire place au séminaire et au laboratoire, trop dédaignés de l’université d’alors ; de « hautes études », car il s’agissait en fait de réformer l’université malgré elle : selon le mot du ministre à Gabriel Monod, « un germe [qu’il déposait] dans les murs lézardés de la vieille Sorbonne ; en se développant, il les fera crouler »... Geste politique (sous le choc en particulier de la comparaison avec la recherche allemande), réclamé par de grands savants du temps comme Pasteur et Renan, la création de l’École se fit avec très peu de moyens et pendant plus d’un siècle elle n’eut presque pas d’existence institutionnelle. N’avait-elle pas vocation à disparaître si elle réussissait, c’est-à-dire si l’université se transformait ? C’est bien ce qui arriva (lentement) pour les Ire et IIe sections, Mathématiques et Physique et chimie. Inversement, la IIIe (Sciences naturelles) a connu une sorte de refondation dans les années 1980, en lien avec les nouveaux appareils de la recherche (CNRS, INSERM…) et sachant comme l’écrit Michel Veuille « profite[r] de l’explosion des thématiques émergentes ». Quant à la IVe : Sciences historiques et philologiques, elle s’est longtemps identifiée à l’École elle-même (tant il est vrai que c’étaient alors les sections qui faisaient institution). Pourtant il y avait une dualité de départ, d’ailleurs mal assumée par le fondateur, si l’on en croit les citations données, entre sciences exactes et ce qu’on n’appelait pas encore sciences humaines. La philologie était l’étendard de scientificité des disciplines historiques – lesquelles s’éloignaient par là des très conformistes facultés de Lettres.

2Duruy n’eut pas le temps de créer la Ve section qu’il avait projetée, de Sciences écono­miques – elle ne le fut qu’en… 1947, sous un nom un peu différent (Sciences économiques et sociales), et joua si bien le jeu de sa propre existence institutionnelle qu’elle s’opposa d’abord à toute tentative de renforcement de l’École au détriment des Sections puis qu’elle saisit la nouvelle donne d’après 68 pour faire scission et devenir un établissement à part entière : l’École des hautes études en sciences sociales. Les historiens eurent un rôle déterminant dans cette évolution (que relate aussi le volume) de ce qui s’appelait alors la VIe section – une Ve ayant été créée en 1886, par le gouvernement Ferry, de Sciences religieuses. IIIe, IVe et Ve ont œuvré dans les dernières décennies à se doter d’une « gouvernance » qui installe l’École au sein d’un nouveau (et mouvant) paysage institutionnel, où sa force réside dans la reconnaissance de domaines d’excellence.

3Pour le lecteur des ASSR – dont le directeur actuel a présidé l’École et appartient à la Ve – signalons surtout les contributions portant sur les Sciences religieuses, étant entendu que la religion peut être traitée dans d’autres sections et inversement que la section a pu aborder d’autres sujets : les frontières ne sont pas toujours nettes, comme suffirait à le montrer la trajectoire d’un Lévi-Strauss. Aussi le plan du livre ne s’est-il pas calé sur cette logique de section (ni sur la chronologie) – même si la dimension institutionnelle est fortement présente, notamment dans les préface et postface, et les trois premiers chapitres. Viennent ensuite des approches thématiques : biodiversité et environnement, biologie du genre humain, histoire des sciences (Alexandre Koyré est un autre illustre exemple de passage de la Ve à la VIe), linguistique et philologie (dont la philologie sémitique ou l’étude du sanskrit), « techniques historiques et érudition » (y compris l’histoire du livre et les « humanités numériques »), histoire (Antiquité, Moyen Âge, histoire de l’art, musicologie), « le monde comme champ de recherche » (études scandinaves, chinoises, japonaises, indiennes, du Sud-Est asiatique, turques, améri­caines), « penser les monothéismes » (judaïsme, christianisme, islam – et « les courants ésotériques occidentaux modernes »), anthropologie et folklore, « monde contemporain » (dont pas mal d’inclassables). La Ve apparait notamment dans les études sur l’Antiquité classique (Festugière, Vernant, Hadot), les études taoïstes, hindouistes et bouddhistes (Bernard Frank passa de la Ve à la IVe), celles des religions monothéistes (qui inclut la philosophie médiévale…), la transition de l’histoire des religions à l’anthropologie, enfin l’étude de la laïcité ou celle des rapports entre art et religion. On notera cependant l’impasse sur la création de l’Institut européen en sciences des religions, récente réplique (2002) de la vocation civique et politique de la Ve à sa naissance. Si l’aspect militant de la création de la Section est bien connu (justifiant l’opposition de Renan, comme nous l’apprend une lettre inédite à Marcellin Berthelot, où il plaidait pour des enseignements rattachés aux facultés de Droit, de Lettres, et à la IVe), l’est moins sans doute sa forte inscription dans un mouvement international, qu’étudie ici Patrick Cabanel, celui des institutions savantes portées par le protestantisme libéral, d’abord en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. C’est à ce mouvement qu’il faut rattacher la première génération : les Réville père et fils, Maurice Vernes – avant la relève par la génération durkheimienne (Mauss, Hubert).

4Il aura fallu beaucoup de courage et d’énergie au maître d’œuvre, le médiéviste Patrick Henriet (IVe), pour mener pareille entreprise et ses cent-deux contributeurs – si nous avons bien compté – à bon port, avec les contraintes que l’on a dites, plus celle qui n’était pas la moindre de tenir impérativement le délai commémoratif. Du moins a-t-il pu y insuffler certains de ses intérêts – dont le rapport compliqué de la Section, et plus largement de l’École (faut-il en déduire de la recherche française en son ensemble ?), à l’institution Église. Ainsi n’hésite-t-il pas à terminer sa propre contribution : « Église et christianisme dans le Moyen Âge latin », sur le constat d’un « déficit » dans l’abord de celle-ci comme objet de science. Jean-Louis Quantin, dans l’étude qui suit : « L’EPHE et l’Église catholique (périodes moderne et contemporaine) », diagnostique « l’évitement » de la IVe et le caractère longtemps « orienté », pour ne pas dire insuffisant, des recherches de la V; on a plaisir à conclure avec lui sur le tournant pris par Jean Orcibal et ses élèves, Jacques Le Brun et Bruno Neveu, alliant à la tradition philologique de l’École « une vision claire de la spécificité de son objet » pour élaborer (selon les termes malgré tout assez mystérieux d’Orcibal) une histoire « proprement religieuse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « Patrick Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études. Invention, érudition, innovation. De 1868 à nos jours », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 338-339.

Référence électronique

François Trémolières, « Patrick Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études. Invention, érudition, innovation. De 1868 à nos jours », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49051

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals