Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adeline Herrou (dir.), Une journée dans une vie, une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd’hui

Paris, Presses universitaires de France, 2018, 425 p.
Danièle Hervieu-Léger
p. 339-341
Référence(s) :

Adeline Herrou (dir.), Une journée dans une vie, une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd’hui, Paris, Presses universitaires de France, 2018, 425 p.

Texte intégral

1Le recenseur qui se saisit d’un ouvrage collectif a toujours un moment de recul, tant il est frustrant de devoir – parfois contre toute évidence – tenter de trouver une cohérence d’ensemble à une succession de textes rapprochés par les circonstances d’un colloque ou d’un symposium. Il est assez rare de pouvoir rendre compte d’un livre à plusieurs mains témoignant, à travers la singularité de chacune des contributions, d’un projet intellectuel porté de façon véritablement collective. Disons d’emblée que le présent livre – sous la direction d’Adeline Herrou qui en expose avec fermeté le propos et la méthode – s’inscrit clairement dans ce dernier cas de figure. L’ouvrage présente, sous la plume d’auteurs spécialistes d’aires culturelles différentes, dix-sept monographies, toutes centrées sur la personne d’un ou d’une ascète, moine ou moniale, relevant de traditions éloignées les unes des autres. On y rencontre des moines et moniales bouddhistes, chrétiens ou taoïstes d’obédiences variées, des ascètes soufi, shivaïte, jaïn ou baul, dont les auteurs se sont appliqués à donner des portraits vivants et sensibles (le soin apporté à l’écriture est d’ailleurs un trait notable de ce livre). La succession de ces portraits offre par elle-même au lecteur un voyage fascinant dans l’univers foisonnant des pratiques religieuses extrêmes. Mais l’ambition de l’entreprise porte bien au-delà de cette seule collecte empirique, aussi riche soit-elle : si le livre ouvre sur une véritable anthropologie comparée des virtuosités religieuses, il le doit à un parti-pris méthodologique original, consistant à prescrire à chaque enquête locale le cadre temporel extrêmement serré d’une seule journée, saisie de façon aléatoire dans la trame étirée et souvent répétitive du temps monastique : vingt-quatre heures donc d’une observation au plus près des rythmes et des pratiques, mais aussi des petits aléas qui réintroduisent l’événement et l’inattendu dans un quotidien régi par des règles aussi sophistiquées que rigoureuses. Une personne, une journée : cette unité d’objet et de temps – à laquelle tous les auteurs se sont tenus, même s’ils ont traité de façon heureusement variable la contextualisation historique et sociologique de leur dossier – se révèle, de plusieurs façons, d’une remarquable fécondité heuristique.

2Le premier bénéfice est d’avoir permis de contourner le risque majeur d’artificialité que comporte le rapprochement de traditions aussi radicalement différentes dans leur inscription civilisationnelle, dans leur constitution symbolique et dans leur trajectoire historique, sociologique et politique. Qu’y a-t-il de commun, sauf à postuler une sorte d’essence de l’expérience mystique universellement partagée, entre un renonçant jaïn, la petite « servante » d’une communauté maronite, le vénérable lettré et esthète d’un monastère laotien, un fakir pakistanais, un jeune fangzhang du temple Shaolin en Chine, un chanteur mystique baul, et une carmélite française à la fin de sa vie ? Pourrait-on envisager d’appréhender et de rapprocher, sous les mêmes mots et les mêmes concepts, les contenus expérientiels des performances réalisées par ces athlètes spirituels inscrits dans des univers de significations aussi éloignés les uns des autres ? En laissant délibérément de côté toute caractérisation « théologique » ou « spirituelle » (au sens le plus large du terme) des contenus présupposés de la vocation des intéressés, et en s’attachant à la description minutieuse des opérations rituelles et des gestes ordinaires de la vie ressaisis dans une même unité de temps, l’ouvrage met en présence des dispositifs pratiques de construction d’un rapport au monde qui peuvent être placés, comme tels, en perspective comparative. La discipline des gestes et des postures, la réduction des besoins et le contrôle des habitudes alimentaires, la modalité « thérapeutique » (explicite ou implicite) de la relation à l’environnement humain et naturel des ascètes et des communautés, la mise en forme pratique d’un rapport à soi qui inverse le sens ordinaire de la satisfaction des besoins tout en maximisant le profit symbolique de la démonstration exemplaire, le jeu complexe des hiérarchies et des carrières virtuoses, l’ambivalence d’un retrait affiché de l’espace social commun qui organise en même temps un réseau dense de relations sociales autour des intéressés et de leurs communautés : tous ces éléments constitutifs de la condition ascétique, individuelle et collective, tissent autant de fils analytiques qui traversent l’ensemble du livre et lui confèrent, en l’absence de toute conclusion en forme de synthèse, une cohérence remarquable.

3L’approche à la fois résolument monographique et fermement cadrée par la règle des « vingt-quatre heures dans la vie d’un moine » suivie par les auteurs a eu un second bénéfice. Elle a permis de rendre compte, dans un même mouvement, du caractère absolument singulier de chaque vocation ascétique personnelle et des dispositifs culturels, institutionnels et symboliques hautement normés dans lesquels s’inscrivent les performances accomplies par les individus. L’ouvrage échappe ainsi au dilemme classique consistant soit à porter une attention principale à la singularité de figures individuelles dont on tente de restituer le parcours de vie de façon aussi détaillée que possible en excluant du même coup toute mise en perspective comparative, soit à cibler prioritairement la logique des petits systèmes sociaux (communautés, congrégations, ordres religieux, etc.) qui encadrent et formatent lesdites trajectoires, au point de réduire celles-ci à des illustrations d’un modèle typique posé en amont. En assignant chaque cas à une séquence et à un format qu’une description au plus près peut maîtriser, l’ouvrage donne remarquablement à comprendre la façon dont les règles et normes fixées par chaque tradition, aussi formelles et rigoureuses soient-elles et quoi qu’il en soit de la soumission observante des intéressés, comportent toujours une part de jeu – liée aux évènements quotidiens, aux circonstances locales, aux enjeux communautaires immédiats, aux relations avec l’environnement, etc. – au sein duquel s’expriment, de façon singulière, les dispositions personnelles des individus. La problématisation des modalités d’expression du charisme personnel dans des contextes ultra-contraints – registre théorique dans lequel aucun auteur ne s’engage expressément – trouve ici une riche matière disponible.

4Le troisième bénéfice de la règle du jeu retenue a été d’offrir à chaque auteur les conditions d’un exercice réflexif sur sa propre pratique d’enquête intimement pris dans la trame même de l’entreprise de description. L’évaluation des implications qu’induit l’interférence de l’observateur dans les situations observées constitue, on le sait, un point de passage obligé du travail ethnologique. Tous les auteurs mobilisés dans le livre donnent à voir, chacun à leur manière, quelque chose de cette expérience propre à un travail de terrain mené en immersion. Ils le font avec une discrétion requise, selon Adeline Herrou, par le souci partagé que chacun « laisse toute la place au personnage observé ». Mais on peut penser que le séquençage précis de l’opération d’enquête, tel qu’il a été mis en œuvre, a placé les observateurs eux-mêmes dans une situation de quasi-laboratoire, au sein de laquelle la fameuse question du rapport à l’objet pouvait être rapportée à une série de petits gestes et échanges verbaux, matériels ou symboliques, concrètement inscrits dans l’espace et le temps assigné à l’observation. Ce sont ces gestes et échanges, finement restitués, qui éclairent, mieux qu’un « récit de soi en observateur », la qualité d’attention portée par les auteurs à leur « personnage » et à son environnement. C’est là, à mon sens, un aspect particulièrement intéressant et attachant de ce très beau livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « Adeline Herrou (dir.), Une journée dans une vie, une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd’hui », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 339-341.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « Adeline Herrou (dir.), Une journée dans une vie, une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd’hui », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49063

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals