Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernard Hours, Jean-Baptiste de La Salle, Un mystique en action

Paris, Salvator, 2019, 669 p.
Dominique Julia
p. 341-343
Référence(s) :

Bernard Hours, Jean-Baptiste de La Salle, Un mystique en action, Paris, Salvator, 2019, 669 p.

Texte intégral

1La biographie de Bernard Hours est publiée l’année même où est commémoré le troisième centenaire de la mort du fondateur des Frères des Écoles chrétiennes. Elle constitue une vraie réussite, car l’auteur la libère de la tradition hagiographique lasallienne qui pesait lourdement sur elle. Il est vrai que, sur bien des aspects, l’historien en est encore réduit à relire la biographie « officielle » du fondateur, publiée en 1733 par le chanoine Jean-Baptiste Blain, ou à celle du bénédictin François-Elie Maillefer rédigée vers 1740, mais qui ne fut publiée qu’en 1980. Quant aux travaux très estimables du frère Yves Poutet (1920-2009), dont sa thèse Le xviie siècle et les origines lasalliennes. Recherches sur la genèse de l’œuvre scolaire et religieuse de Jean-Baptiste de La Salle (2 volumes, Rennes, 1970), ils ont fait entrer La Salle dans l’historiographie par la rigueur avec laquelle l’auteur entend contextualiser l’œuvre du fondateur de sa congrégation et les influences contemporaines qu’il y repère. Mais, comme le note justement Bernard Hours, ils relèvent encore de ce qu’on pourrait appeler une « hagiographie critique » et s’inscrivent directement dans la lignée du Concile Vatican II, au moment où les congrégations et ordres religieux cherchaient à ressaisir l’inspiration première de leur charisme pour incarner leur tradition dans le présent. En réalité, Bernard Hours a la chance de bénéficier de tout le travail érudit que les Frères ont produit dans les Cahiers lasalliens, publiant généreusement tous les documents d’archives retrouvés sur leur fondateur comme aussi la reproduction anastatique des éditions les plus anciennes de ses ouvrages en vue de l’édition des Œuvres complètes (Rome, 1993). Il faut citer au moins ceux de l’infatigable Frère Léon de Marie Aroz (Luis Aurelio Antonio Aroz Pascual, 1912-2007) qui a dépouillé l’ensemble des archives notariales de la ville de Reims pour retrouver la moindre trace du frère fondateur et a, de 1966 à 1998, publié vingt-quatre volumes dans cette collection : cette production systématique de sources a constitué un socle très solide pour pouvoir reprendre à nouveaux frais l’esquisse biographique de Jean-Baptiste de La Salle.

2Puisque dans bien des segments de cette biographie, l’historien n’a pas d’autres sources à sa disposition que le récit hagiographique, il s’agit, pour l’auteur, de déplier systématiquement les canons selon lesquels il est construit, de disséquer les mythes visant à glorifier le héros, alors même que toute une série de faits contredisent la narration (l’un des points aveugles majeurs étant la question de la gouvernance de la congrégation en 1712-1714), et de proposer d’autres hypothèses de travail en examinant finement le contexte précis où se déroulent les évènements et en rappelant les conditions juridiques auxquelles est confronté Jean-Baptiste de La Salle à chaque moment de son action. Dès lors, les épisodes concernés reçoivent un autre éclairage qui n’est plus celui de l’humble serviteur de Dieu, en butte aux persécutions diaboliques de ses adversaires et prêt à recevoir tous les coups qui lui sont portés, mais bien plutôt l’analyse des logiques qui traversent les conflits que déclenche l’irruption d’un modèle de congrégation original, réfractaire aux institutions en place qu’il perturbe puisqu’il ne rentre pas dans le dispositif juridique existant. L’auteur, au passage, fait ainsi litière de certaines légendes : oui, Jean-Baptiste de La Salle a bien renoncé à sa prébende du chapitre cathédral et liquidé une partie de ses biens mobiliers et immobiliers (dont certains en faveur de ses frères) en 1683-1685, mais il garde cependant un revenu équivalent à celui d’un curé ordinaire de ville, et il continue à passer des actes notariés ; lors de ses absences de Paris, il continue à être informé de ce qui se passe à l’intérieur de l’Institut qu’il a fondé, même si la documentation à ce sujet nous fait souvent défaut.

3L’auteur suit pas à pas les différentes étapes de la vie de Jean-Baptiste de La Salle et le développement progressif de l’Institut. Retenons ici les points de friction les plus notables qui suscitent l’ire de chaque institution : avec les maîtres d’école, le conflit porte tout à la fois sur le fait que les Frères accueillent gratuitement des enfants qui ne sont pas indigents, et que le curé de Saint-Sulpice n’a pas sollicité du chantre l’autorisation d’ouvrir une école de charité ; avec la corporation des maîtres-écrivains, la confrontation porte tout à la fois sur l’accueil d’élèves fortunés et sur le monopole de l’enseignement de l’écriture et de l’arithmétique qui se trouve bafoué par les Frères. Le mobilier et le matériel pédagogique de ceux-ci sont donc régulièrement saisis, et les procédures judiciaires suivent leur cours. Les différends les plus forts s’établissent avec les curés, notamment ceux de la paroisse Saint-Sulpice de Paris où est implanté le noviciat. Deux légitimités se font face. D’une part celle de la paroisse représentée par le curé qui, responsable devant le chantre de l’emploi des maîtres, veut imposer son autorité sur les Frères et s’immiscer dans leur gouvernance, suivant une logique cléricale qui voit dans les Frères et leurs élèves un vivier de futurs enfants de chœur et de potentielles vocations sacerdotales. D’autre part celle de Jean-Baptiste de La Salle qui défend son autorité sur les Frères et leur statut intermédiaire comme le précise le Mémoire sur l’habit qui revendique une position hors-cadre : ils sont des maîtres laïcs unis par une règle et des vœux, privés et temporaires, d’obéissance et d’union tant au corps qu’au supérieur, mais, ne faisant pas d’études, ils ne sont pas appelés aux fonctions ecclésiastiques ni liturgiques. Mais si la communauté a obtenu, en 1689-1691, de l’archevêque de Paris une permission fragile, elle n’a aucune reconnaissance ni canonique ni légale : d’où l’extrême faiblesse de la position de Jean-Baptiste de La Salle devant les tribunaux civils. Au-delà, c’est toute l’existence supra-diocésaine de la communauté des Frères et sa gouvernance qui sont en cause : les évêques s’accommoderaient bien d’une multiplicité d’Instituts, dont chacun d’eux serait le supérieur diocésain.

4Bernard Hours débrouille avec finesse un écheveau extrêmement complexe, identifiant avec netteté les enjeux de batailles obscurcies par le zèle hagiographique et soulignant les appuis dont Jean-Baptiste de la Salle a bénéficié tant du côté du réseau de la Compagnie de Saint-Sulpice pour les clercs, que de celui des milieux dévots, proches de la Compagnie du Saint-Sacrement, pour les laïcs. Les deux derniers chapitres du livre synthétisent les acquis de cet itinéraire. L’un (chapitre IX, p. 485-563) expose l’originalité du modèle pédagogique lasallien. Celui-ci hérite bien évidemment de toute une série d’expériences mises en place par le mouvement dévot : de L’Escole paroissiale à Saint-Nicolas du Chardonnet exposée par Jacques de Batencour aux écoles lyonnaises de Charles Démia, des écoles rouennaises sous la direction du Minime Nicolas Barré et d'Adrien Nyel aux écoles rémoises et aux sœurs de l’Enfant-Jésus du chanoine Nicolas Roland. L’œuvre écrite de Jean-Baptiste de La Salle, et tout particulièrement la Conduite des écoles, est une synthèse de cette pédagogie dévote : il s’agit d’un projet missionnaire qui vise à convertir la population urbaine en dotant ses enfants d’une culture religieuse à travers des pratiques acquises dès le plus jeune âge et des textes appris par cœur qui enseignent les devoirs et savoirs du chrétien. On comprend dès lors que le français soit la langue d’apprentissage et que le latin ait été exclu dans les Règles communes des Frères pour couper court à toute dérive de l’Institut vers le sacerdoce. L’école est en même temps une école de la mise en ordre et du disciplinement des personnes et des gestes dans la conscience qu’ils sont, à chaque instant, sous la présence de Dieu, comme l’exposent les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne. Le dernier chapitre (p. 565-629) s’efforce de regrouper les traits de la spiritualité de Jean-Baptiste de La Salle, qui a bien souvent réemprunté à d’autres des éléments qu’il a réagencés pour son propre compte, ainsi pour sa méthode d’oraison, où il a largement puisé chez Matthieu Beuvelet. L’application, dans la prière, à la présence de Dieu par la méditation des Écritures et tout particulièrement des Psaumes en constitue le socle pour aboutir à une forme d’oraison permanente, se conformer à la volonté divine et nourrir une dévotion eucharistique fondamentale. En cela, le fondateur des Frères des Écoles chrétiennes révèle simplement sa proximité avec toute la spiritualité sacerdotale du xviie siècle. Fait-elle pour autant de lui un mystique ? En raison des vastes zones d’ombre qui subsistent, il est difficile de trancher. Il est sûr que Jean-Baptiste de La Salle a pris soin de laisser la congrégation à l’écart des querelles théologiques contemporaines ; il marque un visible désintérêt à l’égard d’une reconnaissance officielle de celle-ci ; il n’a pas assorti les Règles communes de « Constitutions » (p. 370-374) ni tenté de démarche auprès de la Curie romaine ; il préfère une gouvernance, en quelque sorte « charismatique », où le lien personnel avec les frères se maintient par une correspondance soutenue dont les quelques bribes conservées attestent l’importance. Bernard Hours conclut que la figure qu’il a étudiée est « irréductible à toute simplification ». C’est tout le mérite de son travail que de plaider pour la complexité et donc pour une compréhension pénétrante de la forme scolaire d’instruction populaire dont nous sommes les héritiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Julia, « Bernard Hours, Jean-Baptiste de La Salle, Un mystique en action », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 341-343.

Référence électronique

Dominique Julia, « Bernard Hours, Jean-Baptiste de La Salle, Un mystique en action », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49069

Haut de page

Auteur

Dominique Julia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals