Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Léonard-Amossou Katchekpele, Les enjeux politiques de l’Église en Afrique. Contribution à une théologie du politique

Paris, Éditions du Cerf, 2016, 528 p.
Enzo Pace
p. 349-350
Référence(s) :

Léonard-Amossou Katchekpele, Les enjeux politiques de l’Église en Afrique. Contribution à une théologie du politique, Paris, Éditions du Cerf, 2016, 528 p.

Texte intégral

1Léonard-Amossou Katchekpele est un jeune docteur en théologie, prêtre attaché au diocèse d’Atakpamé (Togo) et Fidei donum (en mission sur invitation de l’évêque) dans celui de Metz. Ses domaines d’intérêt sont la théologie systématique et la théologie politique en contexte postcolonial. Son livre reprend, de manière plus extensive et systématique, la thèse doctorale qu’il a défendue à la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg. En 2018, il avait publié un autre texte intitulé Dieu est assez grand pour se défendre tout seul (Paris, Lessius). La préface du volume en question est signée par René Heyer (Université de Strasbourg) et la postface est de Benjamin Akotia (Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest).

2La table des matières, divisée en quatre parties, donne une première idée de la complexité des thèmes abordés par l’auteur. La première, qui est dédiée à l’empire colonial et à ses héritages politiques, analyse, à travers le cas du Togo, aussi bien le processus de colonisation européenne en Afrique occidentale que la naissance de l’État postcolonial. La deuxième partie se concentre sur la notion de théologie politique, sur sa naissance au sein de l’Europe chrétienne (chap. 3) et sur comment elle s’est imposée en Afrique dans le contexte colonial et postcolonial (chap. 4). À une révision des héritages coloniaux est dédiée la troisième partie, articulée en deux chapitres : le premier analyse les contradictions d’une Église (catholique) soumise à la souveraineté de l’État qui a transformé le christianisme en « une religion » (p. 273) ; le second s’attarde sur la liturgie, vue comme praxis et forme de vie et non plus uniquement comme un culte. La dernière partie, enfin, invite à repenser l’héritage politique et religieux à partir d’une critique radicale des notions d’ethnie et de religion, de la dichotomie tradition/modernité et de la polarité temporel/spirituel (différente de celle entre État et Église qui continue à avoir un sens pour l’auteur). Il s’agit donc d’une critique qui tente de « sauver » ce qui reste du christianisme, après l’expérience dramatique et douloureuse du colonialisme en Afrique. Comment en effet faire de la théologie après le génocide rwandais ?

3Dans sa conclusion, Katchekpele soutient la thèse selon laquelle l’Afrique (de l’époque coloniale à la période postcoloniale) a été le terrain d’un laboratoire politique et socio-culturel « créé et géré » en Europe : un laboratoire où, au moment de la mort de Dieu, l’État-nation est né avec toute sa volonté de puissance et qui a été capable de « forcer » les Églises chrétiennes dans les limites de l’État et la foi dans les limites de la Raison. Selon l’auteur, à l’époque postcoloniale, les élites qui sont arrivées au pouvoir ont tenté d’imposer un modèle d’État national, convaincues qu’il s’agissait de l’unique solution possible pour rattraper une modernité tout africaine : « Les ethnies, les subalternes furent forcés à entrer dans l’espace de la Nation de la même manière que les Églises le furent dans celui de la Religion » (p. 504). Se libérer de l’idée ou du fétiche de l’État-nation, au moins en Afrique, signifie pour toute une partie de la nouvelle génération des théologiens catholiques, à laquelle appartient Katchekpele, déchristianiser l’idée de Dieu. En reprenant la thèse d’un théologien nigérian, Bède Ukwuije, l’auteur soutient donc la nécessité d’une nouvelle approche de la différence et de la pluralité des façons de rencontrer le Dieu-de-Jésus-Christ sans plus vouloir assimiler, supprimer et neutraliser l’altérité. Une théologie radicale doit être capable de « nommer l’hérésie, c’est-à-dire le différent et même le différend, l’étrange et l’étranger… Si l’on peut constater l’hérésie, l’on peut aussi renoncer à la tentation d’utiliser le pouvoir pour prononcer l’anathème et la condamnation. C’est en cela qu’une orthodoxie radicale… ne pouvait être articulée qu’en une ecclésiologie de la modestie » (p. 512).

4L’auteur se nourrit d’une variété de lectures pour soutenir sa thèse : de la théologie thomiste et augustinienne jusqu’à Barth et Metz, de la théologie politique de Carl Schmitt (un auteur cité plusieurs fois) à la contre-critique d’Éric Peterson, de la philosophie politique d’Hannah Arendt et de Simone Weill à la philosophie néo-thomiste d’Alsdair McIntyre, de la théologie interculturelle de William Cavanaugh à la post-liberal theology de Stanley Hauerwas et de l’anglican John Milbank. Un texte de théologie donc ? Pour les trois quarts sans aucun doute, mais toute l’analyse historique et politique dédiée à la relation entre Église catholique, naissance de l’État moderne, colonisation et décolonisation de l’Afrique constitue en soi un essai sociologique. L’auteur reprend les thèses bien connues de Jean-François Bayart sur la violence étatique en Afrique (que notre auteur mentionne quatorze fois) dans une perspective théologique et politique, presque militante. Il parle en effet en tant que prêtre catholique qui partage avec d’autres confrères la nécessité d’une réforme radicale de l’Église catholique : de l’Afrique à Rome et vice versa. L’intérêt du livre pour la sociologie des religions ne relève pas seulement de la critique radicale et ouverte de la « forme romaine » du catholicisme, exportée et imposée aux Africains pendant le colonialisme, mais aussi et plutôt de la naissance d’une cohorte de jeunes prêtres qui semblent avoir pris conscience des limites de cette même forme. Ils le pensent et ils le disent avec force. Lire ce livre revient donc à constater l’étendue d’un conflit endémique interne à l’Église catholique aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enzo Pace, « Léonard-Amossou Katchekpele, Les enjeux politiques de l’Église en Afrique. Contribution à une théologie du politique », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 349-350.

Référence électronique

Enzo Pace, « Léonard-Amossou Katchekpele, Les enjeux politiques de l’Église en Afrique. Contribution à une théologie du politique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49111

Haut de page

Auteur

Enzo Pace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals