Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Augustin Laffay, Tangi Cavalin (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint Maximin et la Sainte-Baume

Paris, Arbre bleu éditions, 2019, 577 p.
Frédéric Gugelot
p. 351-353
Référence(s) :

Augustin Laffay, Tangi Cavalin (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint Maximin et la Sainte-Baume, Paris, Arbre bleu éditions, 2019, 577 p.

Texte intégral

1Qui aspire à découvrir l’histoire derrière la paix des murs d’un monastère doit lire ce livre, plein d’affrontements d’idées, d’hommes et de quelques femmes. Les « tumultes » et « discordes » sont à la hauteur de l’enjeu : rien moins que ce qu’est être dominicain et la manière de l’être au sein de la modernité.

2Cette excellente somme sur la reconstitution de la Province dominicaine de Toulouse entre le milieu du xixe et le milieu du xxe montre que cette restauration se fait par crises périodiquement renouvelées. Le plan chronologique se déploie en quatre temps : réappropriation et tentatives d’inculturation dominicaines en Provence à partir de 1859, de la crise des expulsions à la crise de l’Action française (années 1880-années 1920), un couvent médiéval confronté à la modernité (années 1930-années 1940), de la consécration d’un haut lieu dominicain à son abandon, le couvent de Saint-Maximin de la guerre au départ des dominicains.

3L’ouvrage est bien édité, illustré de nombreux dessins, photographies et documents. Chaque partie est introduite par un texte qui donne à l’ouvrage une grande cohérence. Un autre élément de cette réussite est de croiser les approches tant par le lieu que par les hommes dont des figures passionnantes comme J. Bottéro, R. L. Bruckberger, T. Pègues, H. Lacomme, J. Loew, H.-M. Didon, A. C. Rzewuski.

4L’achat en 1859 de Saint-Maximin par Lacordaire, « séduit par la triade couvent/basilique/Sainte-Baume » (p. 50), illustre la tentative de restauration ; son abandon un siècle plus tard démontre la réussite de l’entreprise et sa profonde mutation. 850 religieux sont passés à St Maximin. La fidélité aux traditions dominicaines est constamment l’objet d’interrogations. La première lutte surgit, dans l’urgence de l’achat, entre les partisans de la stricte observance et ceux d’une restauration plus libérale. Lacordaire, « en saisissant l’occasion de réunir un couvent médiéval, une piété millénaire et une architecture gothique […], a surtout imposé […] sa conception de la restauration de l’Ordre » (p. 54).

5Cette historicité des lieux (avec le pèlerinage de la Sainte-Baume, sanctuaire de Marie-Madeleine) a rechargé le mythe de la Province, « berceau de l’Ordre ». Celle-ci a d’ailleurs constamment profité d’une relative bienveillance, obtenant des changements de statuts, des dispenses alors même que les effectifs ne le permettaient pas toujours (p. 61 et 189).

6L’album photographique de 1941 intitulé Dominicains, d’où le monde extérieur est totalement absent, puis Fils de Lumière en 1943, sont de beaux exemples de la définition selon Saint-Maximin de l’éthos dominicain : centralité du cloître, posture disciplinée des corps, respect des codes, austérité de l’ensemble. Le premier montre l’intellectualité de l’Ordre, le second évoque les tâches quotidiennes. L’insistance sur l’aspect monastique est celle d’un catholicisme intransigeant d’avant-Concile. Le monumental, l’ordre, la symétrie de Saint-Maximin pèse de tout son poids sur l’illustration de l’Ordre. L’album veut dévoiler « la synthèse établie (espérée) entre un haut lieu spirituel, une école de théologie et une vie monastique qui serait idéale, puisque vécue dans un cadre médiéval » (p. 408).

7Pourtant, au-delà des images léchées des albums, la tension est incessante entre unité et débats, entre relâchement et virtuosité : « La province de Toulouse voit son essor immédiatement et irrémédiablement lié à cette lutte interne à l’Ordre des frères prêcheurs » (p. 63). Saint-Maximin réaffirme sans cesse son « identité spirituelle » (p. 66). L’ascétisme est perçu comme fondateur, couplé à une mystique et une doctrine « qui fait de nous, l’Ordre de la Vérité sous la conduite de l’unique docteur : St Thomas d’Aquin », explique la chronique des moniales, le 15 mai 1930. La Province mobilise ainsi une « puissance performative [avec] appel avec constance au retrait, à la soumission et à l’abnégation » (p. 71). Saint-Maximin insiste sur la dimension spirituelle et « monastique » de l’aventure dominicaine : « Il nous voulait moine avant tout et jusqu’au cou », écrit Alphonse Denat dans ses souvenirs (p. 283-284). Cette aspiration se cristallise sur un respect des règles et une revendication d’excellence : « Je crois encore à l’efficacité de la prière, du silence, de la régularité et de tous ces vieux moyens pour inculquer à nos novices étudiants l’esprit de leur vocation. Bien plus, je crois que tout cela favorise l’étude et contribue puissamment à leur formation doctrinale », écrit Gallais au maître de l’Ordre, le 15 août 1895 (p. 189).

8La recharge du lieu et de la Province passe aussi par le couplage avec le pèlerinage de la St-Baume. Les dominicains investissent et promeuvent ce pèlerinage comme celui de la Provence chrétienne, malgré les débats sur la pluralité des Marie-Madeleine et sa réelle venue dans la région. Le lieu reste tiraillé entre les problèmes d’accès (l’absence du train en particulier) et les aménagements constants, entre le tourisme (faut-il vendre des souvenirs ?) et l’exigence spirituelle.

9Saint-Maximin est un couvent d’études. La vie commune réglée par l’observance et l’étude doit s’appuyer sur la conception du couvent comme « forteresse de l’esprit religieux » (Hyacinthe Cormier, provincial, 1865), une « citadelle de pierre, citadelle spirituelle aussi » (R. L. Bruckberger, 1980). Après 1859, le couvent devient le studium de la Province de France, puis le lieu central de la Province de Toulouse, une fois celle-ci rétablie en 1865. Pourtant constituer une équipe enseignante fiable sur la longue durée semble impossible. Aux problèmes personnels se mêlent des enjeux d’orthodoxie, des luttes d’idées. Saint-Maximin est rapidement associé à une quête utopique aux traits très ultramontains : « C’est une province peuplée par des aspirants à la sainteté qu’il faut fonder » (p. 80).

10Ce couvent antimoderne attire des vocations qui lui correspondent, des sympathies, des amitiés, telle celle de Jacques Maritain. « Le monde se meurt de l’absence d’apostolat intellectuel, nous laissons prendre par les ennemis de Dieu toutes les positions de l’intelligence, et après nous nous essoufflons à les reconquérir, pendant que les autres vont plus loin », écrit Jacques Maritain à Lavaud le 20 février 1924 (p. 224). Saint-Maximim participe du moment intransigeant du catholicisme : « L’encyclique Humani generis, confirmation supérieure de tout notre enseignement, nous est déjà une récompense », écrit le P. Nicolas le 23 décembre 1950 (p. 497).

11Saint-Maximin se définit aussi en opposition à la Province dominicaine de France, et à l’autre grand ordre concurrent, les jésuites, tant dans les enjeux d’apostolat autour de La Vie spirituelle (p. 220) que dans la gestion du pèlerinage (p. 103). Les luttes internes sont aussi violentes que les affrontements externes et se règlent souvent par des départs et des déplacements imposés pour régler les conflits (le sort de Pègues, Bernardot, Desobry). Car « l’esprit critique peut faire beaucoup de tort à la charité fraternelle », rappelle le maître général Browne, le 5 avril 1957 (p. 508). Ces clivages ne sont pas politiques, même s’ils peuvent avoir des résonances politiques, mais « relèvent d’héritages spirituels transmis par des lignées antagonistes » (p. 302).

12L’apostolat intellectuel passe en 1893 par la fondation de la Revue thomiste à l’autorité sans cesse croissante. Derrière la lecture de Thomas d’Aquin, entre l’interprétation littérale et une grande attention aux processus historiques, s’élabore un rapport au monde. Saint-Maximin débouche sur un néo-thomisme inspiré par Maritain, loin du thomisme historiciste promu par Chenu dans la Province de France. Lieu de formation et de production intellectuelle, le couvent donne naissance à La Vie Spirituelle en 1919, mais elle est transférée dans la Province de France en 1928. Il génère des publications à succès comme de De l’Eucharistie à la Trinité de Bernadot ou l’Initiation thomiste de Pègues. Il témoigne d’un réveil des études de spiritualité en France, de la renaissance d’une école dominicaine de spiritualité très axée sur la contemplation (p. 215).

13Ce climat spirituel et intellectuel associe sympathie nationaliste et thomisme approfondi. Ceci explique la profondeur de la crise de l’Action française lors de la condamnation du mouvement en 1926. « C’est bien Rome qui reprend en main Saint-Maximin » (p. 260). Entre 1928 et 1936 se joue une clarification de l’identité spirituelle et de l’originalité propre à cette Province.

14Les murs du monastère n’abritent pas des aléas de l’histoire. Deux expulsions conduisent à deux longs exils (1880-1887, 1903-1920), au point qu’en 1908, la dispersion des dominicains de la Province conduit à leur « disparition » (p. 195, et c’est un dominicain qui le dit). La difficulté de recrutement est constante à l’exception peut-être de l’entre-deux-guerres où une nouvelle génération revient à Saint-Maximin, une génération jeune et dynamique, dont le climax se situe en 1942-1943. Chaque retour peut s’appuyer sur un réseau de confréries et de tertiaires et de moniales dominicaines, à qui est confiée la tête de Marie-Madeleine pendant l’exil (p. 151). Encore en 1936, la Chronique des moniales note : « Notre Mère prévoit toutes choses et nous procure des vêtements civils et un abri, si une fuite momentanée s’impose » (p. 155).

15Le couvent apparaît divisé pendant la Seconde Guerre mondiale, entre dissimulation de jeunes filles juives dans une école hôtelière, soutien au maquis, participation à la résistance chrétienne, mais aussi défense des valeurs chrétiennes dans une France restaurée et engagements pro-vichystes. En 1944, la convocation de religieux pour un travail obligatoire sur le littoral permet la découverte d’un nouveau monde, le « peuple ». L’entrée en modernité s’épanouit dans la voie missionnaire, au Brésil d’abord, puis à Marseille et dans le monde ouvrier ensuite. D’autant qu’aux yeux des autorités ecclésiales, « le thomisme saint-maximinois offre l’outillage intellectuel adéquat pour prévenir les dérives des prêtres missionnaires » (p. 465). La ligne doctrinale pourrait éviter les dérives ouvriéristes et marxistes des prêtres en milieu prolétaire : « Nous voudrions mettre davantage l’accent sur certains aspects traditionnels de la vie de l’Église, pensant qu’ils donneront une solidité et un dynamisme encore plus grands à la Mission », écrit Jacques Loew dans son « essai pour assurer aux futurs prêtres missionnaires du milieu ouvrier une formation adaptée » en 1951. Son aura intellectuelle après le conflit explique que le Studium prenne en charge la formation théologique des petits Frères de Jésus.

16Pourtant, la décision de déplacer le Studium à Toulouse, prise en 1951 par le maître de l’Ordre et qui mettra six ans à se réaliser, montre l’isolement de Saint-Maximin, isolement géographique, mais aussi spirituel. Ce déplacement acte les profondes divisions qui le secouent périodiquement ainsi que sa refondation dans un nouveau projet missionnaire alors que le recrutement s’essouffle. Ce retour en ville illustre le détachement du modèle monastique qui s’était imposé lors de la renaissance du xixe siècle au profit d’un engagement apostolique renouvelé.

17Il s’en passe derrière les murs d’un couvent, cet ouvrage le démontre parfaitement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Augustin Laffay, Tangi Cavalin (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint Maximin et la Sainte-Baume », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 351-353.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Augustin Laffay, Tangi Cavalin (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint Maximin et la Sainte-Baume », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49123

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals