Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thibaud Lanfranchi (dir.), Autour de la notion de sacer

Rome, École française de Rome, 2018, 299 p.
Benoît Vermander
p. 356-358
Référence(s) :

Thibaud Lanfranchi (dir.), Autour de la notion de sacer, Rome, École française de Rome, 2018, 299 p.

Texte intégral

1La principale originalité du présent ouvrage est d’examiner la notion romaine de sacer au filtre des mots et des réalités des peuples italiques voisins. Il traverse aussi à plusieurs reprises l’histoire du concept (l’éditeur du volume part d’une critique bien menée de l’ouvrage d’Huguette Fugier de 1963, Recherches sur l’expression du sacré dans la langue latine) ; il revient sur les rapports entre sacer, sanctus et religio à Rome même ; et il rencontre parfois des philosophes et théoriciens (ainsi de Giorgio Agamben et de son parallèle entre homo sacer et souverain) qui ouvrent considérablement le champ d’étude.

2La contribution d’ouverture, due à Danièle Dehouve, offre une synthèse très équilibrée des débats qui ont agité les sciences sociales quant à l’utilisation de la notion de « sacré » depuis la fin du xixe siècle (ou même depuis le troisième voyage de Cook !). On saura gré à l’auteure de noter que, dans ce contexte, le sacer latin fut moins un instrument explicatif qu’une notion qui, à partir notamment de 1911, fut (ré)interprétée en fonction de celle de « tabou » telle qu’on la comprenait pour l’aire polynésienne puis de manière plus générale encore. Aujourd’hui, quoi qu’il en soit des théories qui réifient ou bien, à l’inverse, évacuent le « sacré », il est toujours possible de tirer nombre d’enseignements de l’étude des catégories emic inscrites dans le champ sémantique ouvert par l’usage du terme.

3Les quatre contributions qui suivent abordent donc le sacer en fonction de l’environnement géographique de Rome : dans ses rapports avec les inscriptions votives et funéraires étrusques (Valentina Belfiore) ; en relation avec deux lexèmes ombriens (Emmanuel Dupraz), enquête poursuivie par Giovanna Rocca dans des sources ombriennes complémentaires ; et enfin à partir de témoignages épigraphiques provenant de régions de langue osque (Olivier de Cazanove). Il serait bien difficile de tirer des conclusions générales de cet ensemble d’études minutieuses ; notons-en simplement quelques traits. Pour le cas étrusque tout d’abord : la reconstruction proprement lexicale continue à rencontrer de grandes difficultés, mais l’apparition des premières structures de temples et de dédicaces votives au vie siècle av. J.-C. permet de situer certains termes dans un contexte. Une bonne douzaine de mots étrusques identifiés ont à voir avec le « pur », le « sacré », le « saint », sans qu’on puisse clairement distinguer ces acceptions. Un terme (sac-ni) semble bien découler de la racine*sak- dont provient sacer (p. 42), et, au travers de ses dérivés, désigner notamment les sacra de la cité ou le caractère conféré par le rite à la sépulture, ce qui ancrerait le terme tant dans la sphère du privé que du public. Plus généralement, la distinction entre cultes privés et publics, prégnante à Rome, ne serait pas avérée en monde étrusque. D’autres termes semblent parler à la fois de la consécration aux dieux et de l’exclusion de la communauté des vivants. L’étude suggère aussi que les villes étrusques ont connu la différenciation des fonctions cum imperio et de celles rattachées à la gestion du culte public de façon plus précoce qu’à Rome.

4Un lexème italique tardif commun est à l’origine des équivalents ombriens des adjectifs latins sacer et sācris (le second rapporté exclusivement à des animaux jeunes destinés à être sacrifiés), nous apprend Emmanuel Dupraz. Ainsi, sakref en ombrien semble désigner des animaux (des porcelets) déjà sortis des premiers jours de la vie, mais âgés de moins d’un an, aptes donc à être sacrifiés. Le terme garde sans doute en même temps le sens général de « ce qui est relatif au sacré ». Si les analogies avec le cas latin sont solides, se posent encore de grandes difficultés (liées à l’emploi rituel très technique des termes ombriens attestés par les Tables Eugubines) dans l’interprétation des cultes de Gubbio. L’enquête est poursuivie par Rocca à partir d’inscriptions ombriennes « mineures », rapportées aux Tables. Elle confirme la variété des situations où intervient le vocabulaire du sacré, par exemple son association avec des lieux dédiés, tel les champs destinés à faire pousser l’épeautre qui sera offert en tribut à un dieu (et la pierre déposée dans ce champ sera marquée d’une inscription la désignant elle-même comme sacrée) ou encore avec des moments de préparation rituelle, tel celui où l’on jette la farine dans l’eau juste avant ébullition.

5Cazanove complète cet ensemble par une étude sur le sens du terme Sakaraklum attesté par le cippe d’Abella. Contrairement aux traductions qui le rendent par « sanctuaire » (discussion intéressante sur la confusion créée par l’emploi de ce terme, notamment en contexte latin, p. 123-127), Cazanove préfère le simple terme de « temple » : il s’agit d’un lieu, non pas d’un concept. En même temps, ce terme osque, fondé sur la racine du sacré, introduit une variante intéressante par rapport au latin qui préfère, pour les édifices religieux, des termes indépendants de cette racine (aedes, fanum, templum…).

6Les trois derniers chapitres reviennent au monde romain proprement dit. Elena Tassi Scandone reprend la question si souvent débattue des rapports entre sacer et sanctus, faisant le pari méthodologique de partir du deuxième pour revenir vers le premier. Originellement, est affectée du caractère du sanctus, si l’on en croit les Fastes d’Ovide, toute chose qui a obtenu l’augure (qui a été inaugurée) sans qu’elle ait été forcément consacrée. L’inauguration se conclut par la délimitation des confins et la construction de la clôture, comme en témoignent déjà les récits de la fondation de Rome. La sainteté (sanctitas) est donc propriété du mur d’enceinte. Par extension, deviendra saint ce qui est protégé des atteintes des hommes. Et un sens plus récent identifiera au « saint » ce qui ne saurait être violé sans qu’une sanction n’en découle. Il faut alors lire en diachronie la (re)définition des concepts de sacer et religio effectuée par les juristes républicains, notamment Caius Aelius Gallus et Trebatius Testa, lesquels procèdent par différenciations : sacré est le temple une fois qu’il a été consacré au dieu, saint est le mur d’enceinte, « religieux » est déclaré être le sépulcre (en tant que soumis à des normes qui régissent les rapports tant avec les dieux qu’avec les hommes). L’auteure poursuit plus loin l’étude du dossier, mais le point essentiel réside en l’hypothèse que les juristes romains entreprenaient une redéfinition constante des trois termes précités à partir des données primitives, les rendant au fur et à mesure plus techniques.

7C’est un dossier très étudié que reprend lui aussi Roberto Fiori en s’attaquant à la condition de l’homo sacer (le coupable dont le meurtre n’est pas obligatoire, mais permis à tous, sans être assimilé à un sacrifice offert aux dieux). Mais sa longue discussion abonde en observations intéressantes. Ainsi de la distinction effectuée par les pontifes des temps anciens entre le caractère sacré attribué à la chose et celui attribué aux personnes, en contraste avec les généralisations des juristes de l’époque républicaine tardive. Fiori reprend ensuite l’histoire de l’interprétation du concept et du fait juridique pour aboutir à la conclusion suivante : la sanction pesant sur l’homo sacer n’était pas sacrale par nature, elle tenait au fait qu’à l’origine elle visait des fautes qui ne relevaient pas du pouvoir coercitif direct de la famille ou de la cité (voir l’exil frappant Coriolan). Il est même des cas où l’homo sacer n’est ni tué ni proscrit. Mais au-delà de la diversité des situations de référence, il est toujours renvoyé au « degré zéro » de la citoyenneté.

8Yann Berthelet élargit la même question au travers d’une enquête portant sur la consecratio (on se réjouira au passage qu’il débute en rendant hommage au très bel article de Robert Schilling de 1971 sur Sacrum et profanum). Consacrer « quelque chose » aux dieux n’équivaut pas à sa prise de possession automatique par ces derniers (laquelle s’effectue notamment par le biais de l’immolation). Du reste, les empereurs défunts divinisés, les statues, les autels sont l’objet d’une consécration sans, bien évidemment, que la chose consacrée soit elle-même l’objet d’une immolation sacrificielle. L’homo sacer était à la fois séparé de la cité et destiné aux dieux, lesquels « pouvaient décider ou refuser de prendre effectivement possession de lui à travers une mort qui, bien que fréquente et probable, n’était ni sacrificielle ni inévitable » (p. 239).

9Comme le souligne Audrey Bertrand dans sa conclusion, les approches linguistiques développées dans l’ouvrage bénéficient de leur attention « à l’intelligence des espaces cultuels et des rites qui s’y déroulaient » (p. 245). L’élucidation des phases successives des rituels considérés s’avère particulièrement importante pour une compréhension plus aiguë des notions en jeu. Audrey Bertrand affirme aussi avec raison que la notion de sacer « trouve sa place au cœur de la société politique romaine » (p. 247). Toutes les sociétés ici étudiées ont pensé la relation entre les hommes et les dieux au travers d’une construction juridique. L’un des mérites de l’ouvrage est de nous faire approcher quelques traits structurants de la communauté italique prise en son ensemble. Du même coup, les institutions politico-religieuses d’autres aires culturelles pourront s’en trouver éclairées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Thibaud Lanfranchi (dir.), Autour de la notion de sacer », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 356-358.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Thibaud Lanfranchi (dir.), Autour de la notion de sacer », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49141

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals