Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre de Lauzun, La Révélation chrétienne ou l’éternité dans le temps

Paris, Arthège-Lethielleux, 2018, 350 p.
Sylvie Taussig
p. 358-359
Référence(s) :

Pierre de Lauzun, La Révélation chrétienne ou l’éternité dans le temps, Paris, Arthège-Lethielleux, 2018, 350 p.

Texte intégral

1Étant donné le titre, je m’attendais à un livre sur le sens de l’histoire dans le christianisme, un livre de théologie parlant de théodicée (?) et traversant saint Augustin ou Gaston Fessard. Il n’en est rien : la question de l’histoire est réglée, pour ainsi dire, dans le titre, ou du moins dans le premier temps du livre, qui affirme ne pas être un ouvrage de théologie, mais l’exercice de la raison, travaillant à l’intérieur de la foi. Nous sommes dans un ouvrage de dogmatique catholique (et non chrétienne) et de réfutation des hérésies modernes (les protestants, toujours, mais aussi Urs von Balthasar, Yves Congar, Henri de Lubac, Paul Ricœur, Claude Geffré, etc.), soit une remise en cause de la possibilité d’un pluralisme théologique. Mon commentaire n’est pas celui d’un catholique engagé (je ne prendrai donc pas la défense desdits auteurs, par exemple, et ne commenterai pas le livre dans le sens d’une remise au pas ou d’un conservatisme, ce qui serait une lecture politique, et exacte, mais seulement dans le sens politique), mais postule une certaine objectivité et implique une lecture qui accepte la règle du jeu, énoncée au début, à savoir que la théologie repose sur de tout autres fondements que la science. Je ne me lancerai donc pas non plus dans une défense et illustration de la science, mais tâcherai le travail difficile d’accepter la proposition qui est ici faite, de l’illégitimité totale des « temps modernes » (en référence à Blumenberg). À peu de choses près (et en fait essentiellement Henry Newman), seuls les textes du magistère sont retenus comme corrects, et cela au nom de quatre critères (p. 284) : la préservation du « type », le respect des principes constitutifs, la cohérence logique, le pouvoir d’assimilation, et sur la base d’une posture de foi, qui soutient que la révélation chrétienne est l’éternité dans le temps, autrement dit que tout est révélé dans le Christ, de façon plénière. Il n’y a pas de révélation progressive depuis, s’il y en a une avant, mais il y a une explication, qui tend à l’explication plénière, et c’est à l’explicitation de cette explication que le livre est consacré. En ce sens il pourra heurter quelques sensibilités postmodernes, car il est écrit sur le mode de la certitude absolue. Il est d’une catholicité catholique (le pléonasme n’en est pas un : il est des catholiques, comme ceux cités ci-dessus, qui s’emploient à réfléchir le catholicisme autrement que par le magistère et son infaillibilité) et travaille à démontrer que, du point de vue notionnel, l’Église catholique est d’une fidélité totale à cette révélation, qu’elle n’a jamais rien apporté de neuf en substance (puisque le substantiellement neuf a été donné une fois pour toutes), mais a enrichi la compréhension de ce message premier. L’auteur s’intéresse particulièrement au concile Vatican II dont il refuse de parler comme d’une rupture. Certes, il paraît plus « pastoral », mais ce qui le précède l’avait été aussi. Le concile permet à l’auteur d’expliciter le sens de la Tradition, et cela selon les termes néoscolastiques – encore qu’il réfute ce qualificatif. Je le pose ici pour indiquer le positionnement de l’auteur dans les conflits de l’Église – qui pour lui n’ont pas lieu d’être dans la mesure où le magistère est dans le vrai, du fait de la transmission apostolique ininterrompue – la lumière et la vérité de Jésus-Christ sont ainsi actives comme un buisson ardent, puisque le « moment » de Jésus-Christ ne cesse d’irradier, mais n’illuminent pas les novateurs, ceux qui ne conservent pas les critères ci-dessus donnés. Je ne reprendrai pas ici l’exposé de la dogmatique catholique dont il s’attache à justifier chaque aspect ; à ce titre, l’ouvrage est une excellente introduction à la théologie, y compris dans sa pensée sur la lecture de l’Ancien testament et l’histoire juive, et sur l’Incarnation. Je n’explorerai pas non plus ce qu’il dit dans la première partie du paradoxe du temps et de l’éternité, qui semblait être le sujet propre de son livre et qui revient à dire que, selon ce qui est à la fois événement et message, la compréhension de la vérité est dans l’histoire, mais liée indéfectiblement à un moment. Il y a des pages intéressantes, mais qui n’apportent rien de neuf, le but du reste de l’ensemble n’étant pas, on l’a dit, la nouveauté, mais bien l’exploration du dogme, non pas entendu comme un principe d’autorité, mais comme cette expression de l’intelligence divine, travail de la raison enracinée dans la foi et compréhension de ce qu’est l’histoire. Le livre parle donc moins de l’histoire (entre histoire des hommes et théodicée, sur fond de réflexion sur le mal) que de l’histoire quasi mystique de cette Église et de son infaillibilité (il explique que le dogme n’a été certes énoncé qu’au xixe siècle, mais qu’il est l’exemple même de la formulation d’un principe présent in nuce dès le commencement). La réfutation des différentes tentatives théologiques dont j’ai cité les grands noms ci-dessus, dans un cadre où l’herméneutique est qualifiée d’herméneutisme et bien sûr disqualifiée par rapport à l’exégèse, est tout à fait intéressante, à condition d’être lue à un niveau de méta-analyse, car elle met en évidence les raisons pour lesquelles ces auteurs mettent en péril la cohérence du système.

2Dans ce sens, le livre est réussi, mais également un peu raté : on aurait aimé une histoire de la réfutation des différentes « hérésies », autrement dit une histoire du cheminement de cette unité régie par les quatre critères, de cette « inerrance », ou en quelque sorte une histoire non factuelle, mais notionnelle, voire théologique de l’Église catholique à travers l’histoire. Il en définit parfaitement les enjeux contemporains, qu’il identifie dans la fausse opposition entre herméneutique et fondamentalisme, qui s’impose dès lors qu’on ne comprend pas (ou ne veut pas comprendre) ce que signifie la Tradition. De cette histoire passionnante, mais qui reste à faire, on perçoit ici la possibilité, au-delà de l’anathème jeté sur telle ou telle pensée ; mais il manque une exposition claire, voire typologique, des grandes tentations à cette cohérence dogmatique dont la logique et les articulations sont ici parfaitement restituées. La pierre de touche de la vérité catholique se fait jour à plusieurs reprises dans le volume et est traitée de façon plus systématique à la fin, autour de la question de « hors de l’Église pas de salut », puisque c’est cette question qui a généralement suscité le « pluralisme théologique » et qui a poussé certains théologiens à casser les frontières du dogme. Il critique donc les propositions du père Sesboüé, dans lesquelles il repère un conformisme par rapport aux idées dominantes de l’époque. La cohérence du dogme et de la tradition, plongée dans la perfection de dieu, conduit donc à des paradoxes apparents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Taussig, « Pierre de Lauzun, La Révélation chrétienne ou l’éternité dans le temps », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 358-359.

Référence électronique

Sylvie Taussig, « Pierre de Lauzun, La Révélation chrétienne ou l’éternité dans le temps », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49153

Haut de page

Auteur

Sylvie Taussig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals