Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien

Paris, Gallimard, 2019, 635 p.
Vincent Petit
p. 363-364
Référence(s) :

Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien, Paris, Gallimard, 2019, 635 p.

Texte intégral

1La biographie d’un historien médiéviste par un historien médiéviste traduite par un historien médiéviste pourrait faire d’emblée croire à un de ces exercices obligés de confraternité académique dépourvus d’intérêt : les trois noms sur la page de titre du volume garantissent au contraire la promesse d’un grand livre et c’est peu dire que la promesse est tenue. La vie d’Ernst Kantorowicz par Robert E. Lerner, parue en 2017, et servie ici par la traduction de Jacques Dalarun est en effet digne de la prestigieuse Bibliothèque des Histoires, et se dévore, comme on dit des livres de l’été.

2À vrai dire, un contemporanéiste aurait tout aussi bien pu écrire la vie de Kantorowicz : de la biographie à succès de Frédéric II Hohenstaufen, écrite à 32 ans et dont on dit qu'elle fut le livre préféré d'Adolf Hitler, à la parution des Deux corps du roi en 1957, de l’exil au refus de prêter un serment anti-communiste à Berkeley au moment du maccarthysme, l’historien aura vécu les vicissitudes du premier xxe siècle, de Verdun à la crise de Cuba.

3Issu d’une famille bourgeoise si allemande et si peu juive de Posen, Kantorowicz appartient à cette génération gagnée par la ferveur nationaliste : engagé volontaire dès 1914, six jours après la déclaration de guerre, il combattra contre les Polonais en 1918 et contre les communistes à Munich en 1919. Autant d’engagements dont il essaiera, en vain, de se prévaloir en 1933 (p. 258, p. 261) et qu’il finira en grande partie par répudier. Au cours de ses études à Heidelberg, qu’il commence après la guerre et une thèse modeste sinon bâclée, il fréquente le cercle du poète Stefan George et se consacre à sa demande à une biographie de Frédéric II, qui rencontre un grand succès éditorial – en raison de son style et de son souffle, de ses réminiscences nationalistes et ses accents antilibéraux (p. 171) plus que de sa rigueur scientifique. Ce livre qu’il a entrepris sans jamais avoir suivi un cours d’histoire médiévale (p. 176), est davantage le travail d’un « littérateur » (p. 215) et doit plus à l’influence de Stefan George qu’à l’histoire positiviste. C’est pourtant la réalisation du volume de documents et de notes (Ergänzungsband) qui suit qui l’attache définitivement au métier d’historien universitaire. Mais là aussi les choses ne sont pas aussi fluides. Il est nommé professeur titulaire à l’université de Francfort sans habilitation (p. 244), mais doit arrêter d’enseigner en décembre 1933 suite au boycott des étudiants nazis (p. 250). Après un séjour à Oxford, il demeure en Allemagne avec le statut de professeur émérite, ce qui le dispense de prêter serment au régime, jusqu’après la nuit de Cristal. C’est ensuite l’exil aux États-Unis grâce à l’appui de Theodor Mommsen, et l’obtention d’un poste à Berkeley – mais son recrutement ne sera définitif qu’au printemps 1945. Le séjour californien s’achève en août 1950 après son refus obstiné de prêter le serment de loyauté exigé par les autorités de l’université en pleine psychose anticommuniste. Pour Kantorowicz qui se revendique comme « sincèrement conservateur » (p. 521) et qui peut difficilement passer pour un sympathisant communiste, il en va comme en 1933 de la Dignitas de l’universitaire, du privilège de celui qui porte la toge, et des libertés académiques qui s’enracinent dans la fondation du studium médiéval. Enfin, et la chance fait partie d’une vie réussie, il finira sa carrière à l’Institute for Advanced Study à Princeton.

4Robert E. Lerner signe donc une biographie documentée, chaleureuse, intimiste d’Eka (puisque c’est son surnom), emplie de détails personnels, qui aborde sa vie sexuelle, sa passion pour la cuisine et le vin blanc, pour le sport (natation et ski), ses voyages, les questions d’économie domestique, les aléas de sa carrière universitaire. On y découvre un ami des plaisirs, un dandy et un bon vivant, généreux, parfois méchant, n’hésitant pas à s’immiscer dans la vie privée de ses étudiants (p. 596). Le récit vaut aussi pour ce qu’il donne à voir d’une époque révolue, celle où on pouvait encore nager nu dans la mer Égée et déguster des steaks de tortue fraîche (p. 612).

5Ces chapitres savoureux sont entrecoupés de mises au point historiographiques sur les trois principales œuvres de Kantorowicz : la biographie de Frédéric II, Laudes Regiae et Les Deux corps du Roi. Trois chapitres qui permettent à Robert E. Lerner de s’interroger sur l’empreinte de cette œuvre, qui ne déploie pas immédiatement sa séduction et n’a pas véritablement trouvé de continuation : si on ne lit plus guère Frédéric II qui fut son plus grand succès, le livre pour lequel il est aujourd’hui connu ne fut pas forcément bien accueilli à sa parution (p. 568, traduit en français seulement en 1989 !) et Laudes Regiae est décidément trop érudit pour toucher un grand public. Le travail de Kantorowicz doit son originalité et son attrait à son style, à ses intuitions et à la diversité de ses sources documentaires : la poésie (celle de Dante en premier lieu), les œuvres d’art, les monnaies, les acclamations liturgiques… Il les doit aussi et surtout à l’imaginaire qu’il ne manque pas de réveiller chez ses lecteurs les plus endurcis – Alain Boureau l’écrivait déjà dans sa magnifique postface au volume publié en 2000 dans la collection Quarto. La fascination pour le Moyen Âge, ou si l’on veut pour une temporalité large qui embrasse l’Antiquité grecque jusqu’à des développements contemporains (Laudes Regiae évoque les cristeros, les rexistes et Mussolini), s’enracine sans nul doute dans la vision romantique du Moyen Âge (qu’on songe aux ruines du château d’Heidelberg) et dans celle de Stefan George (vient de paraître de Jutta Salma Schloon, Modernes Mittelalter. Mediävalismus im Werk Stefan Georges, chez De Gruyter), dans ce que les modernes voient de total dans cet âge de la civilisation chrétienne, et de théologique dans le pouvoir séculier qu’elle contribua à faire émerger. Ce qui explique sa postérité chez les penseurs de l’État, qu’ils insistent sur ses aspects juridiques (Bourdieu, grâce aussi soit rendue à Pierre Legendre qui a édité dès 1984 un recueil d’articles de Kantorowicz sous le titre Mourir pour la patrie), liturgiques (Agamben et Boucheron) ou biopolitiques (de Foucault à Agamben, encore). On peut deviner aussi un certain attrait pour la religion catholique (auquel Eka, contrairement à certains de ses collègues, ne succombera pas) ou pour la mise en scène de l’autorité universelle du souverain pontife – jusqu’à assister à une procession au Vatican, au pied de Pie XII sur sa Sedia gestatoria en 1955 (p. 545) – alors que lui-même témoigna toujours, y compris pour sa propre dépouille, d’une répulsion pour les cérémonies religieuses (p. 616).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Petit, « Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 363-364.

Référence électronique

Vincent Petit, « Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49177

Haut de page

Auteur

Vincent Petit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals