Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marc Lienhard, Rire avec Dieu. L’humour chez les chrétiens, les juifs et les musulmans

Genève, Labor et Fides, 2019, 280 p.
Frédéric Gugelot
p. 365-366
Référence(s) :

Marc Lienhard, Rire avec Dieu. L’humour chez les chrétiens, les juifs et les musulmans, Genève, Labor et Fides, 2019, 280 p.

Texte intégral

1Au-delà d’un rejet commun aux religions abrahamiques, le livre veut montrer l’existence en leurs seins d’espaces et d’objets du rire. Cinq parties se consacrent au rire dans le monde chrétien, catholique et protestant, dégageant les positions des textes fondateurs, de moments clés (Église ancienne, médiévale, Réforme), de figures (Luther, Calvin, François de Sales, Jean XXIII, Albert Schweitzer). La sixième partie se consacre au rire juif puis au rire musulman. Certains chapitres apparaissent comme des compilations qui dégagent les thèmes du rire croyant (relations entre le divin et les humains, relations entre les hommes et les femmes, argent et pouvoirs, écart entre vertus proclamées et réalité des vices). Dès les origines, le rire est assimilé au doute et à l’incrédulité d’autant que Dieu ne rit pas et que Jésus ou Mohammed ne semblent avoir jamais ri. Pourtant le Talmud, le Nouveau Testament et le Coran laissent percer de-ci de-là des notes d’humour et des scènes amusantes, qui s’assimilent à une sagesse. Un double risque néanmoins existe. A-t-on toujours ri des mêmes choses et de la même façon et ne risque-t-on pas d’essentialiser le rire en affirmant que la capacité de rire, de se moquer de soi-même, mais aussi de toutes sortes de personnages et de situations, est inhérente à une identité ? Il semble bien difficile d’historiciser le rire.

2Des espaces et des objets du rire sont néanmoins tolérés. Si Dieu ne peut être objet de rire, les fidèles n’échappent pas au risible (p. 26). Les apocryphes chrétiens distinguent le rire licite, « qu’on appelle le sourire », du rire moqueur qui secoue le corps. Le bénédictin Louis de Blois au début du xvie siècle donne ce conseil : « Si vous ne pouvez vous empêcher de rire, riez modérément et pour ainsi dire religieusement ; que votre ris mérite à peine le nom de ris. Fuyez les ris éclatants, comme un grand obstacle au but » (p. 161). Le rire doit rester « modéré » (p. 283), sa version libératrice inquiète les religions. Le rire reste associé au diable, au mal. Dans un écrit chrétien apocryphe, Satan explique : « Ils [ses serviteurs agiles] capturent pour nous les âmes des hommes en les adoucissant par des douceurs variées […] par l’ivresse et le rire » (p. 48). L’héritage ascétique et monastique pèse sur la réception du rire dans les confessions chrétiennes. Pourtant de nombreuses histoires stigmatisent les comportements des clercs et des fidèles. Dans l’humour juif ou musulman, les rapports entre Dieu et ses les humains sont très présents. Il faut rire des faiblesses humaines, de l’attachement que l’on montre à soi au détriment de celui à Dieu.

3Croire ne libère pourtant pas du rire. « L’Église n’est pleine que de risées et de railleries. Si quelqu’un dit un bon mot, aussitôt ceux qui sont assis dans ces lieux saints éclatent de rire. […] Le diable en saute de joie », dénonce Jean Chrysostome (p. 59), mais là aussi une distinction surgit entre le rire sacrilège et le rire libérateur, qui dénonce les honneurs, et les faux dévots. Malgré la méfiance des Pères latins – « Bien que les plaisanteries soient parfois belles moralement et agréables, cependant elles répugnent à la discipline ecclésiastique, car ce que nous n’avons pas trouvé dans les Écritures, comment pouvons-nous en faire usage ? » (p. 66) –, le rire « gagne progressivement en légitimité à partir du xiiie siècle » (p. 73). Une place grandissante lui est accordée dans les prédications et par la reconnaissance d’un rire joyeux et d’un rire moralisateur, normatif, destiné à corriger les comportements et les mœurs. Pour François de Sales, si Jésus n’a pas ri, c’est qu’il « n’avait rien d’imprévisible pour lui » (p. 164). À l’inverse de l’interdire, il n’hésite pas à recourir à l’humour pour la prédication. Le rire permet de dévaloriser l’adversaire lors des guerres de religion qui sont aussi des guerres du rire. « L’ironie est au service de la critique de l’Église traditionnelle ou des novateurs » (p. 116). Luther refuse que l’on rie de tout, mais accepte de rire de lui et d’user du rire contre les adversaires. En 1542, il publie une liste de nouvelles reliques comportant des indulgences : « Trois flammes du buisson de Moïse au mont Sinaï, deux plumes et un œuf, du Saint-Esprit […], toute une livre du vent qui passa en soufflant devant Élie dans la grotte du mont Horeb […] cinq belles cordes claires de la harpe de David » (p. 127-128). Pour Calvin, la moquerie envers les reliques « arrachera son lecteur à la superstition » (p. 156).

4Si les religions abrahamiques condamnent le rire et s’en méfient, elles acceptent ou orchestrent des espaces, des moments, des motifs de rire (surtout des ennemis de sa foi). L’humour peut s’en prendre aux travers humains, aux comportements et pratiques des fidèles et des clercs (dans certaines limites) et alors faire œuvre spirituelle et enseigner la sagesse, mais le rire ne peut s’en prendre aux doctrines et aux dogmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Marc Lienhard, Rire avec Dieu. L’humour chez les chrétiens, les juifs et les musulmans », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 365-366.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Marc Lienhard, Rire avec Dieu. L’humour chez les chrétiens, les juifs et les musulmans », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49189

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals