Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michael Löwy, La lutte des dieux. Christianisme de la libération et politique en Amérique latine

Paris, Van Dieren Éditeur, coll. « Débats », 2019, 261 p.
Denis Pelletier
p. 372-373
Référence(s) :

Michael Löwy, La lutte des dieux. Christianisme de la libération et politique en Amérique latine, Paris, Van Dieren Éditeur, coll. « Débats », 2019, 261 p.

Texte intégral

1Ce livre est la réédition de La guerre des Dieux. Religion et politique en Amérique latine, paru en français en 1998 dans une traduction de Michael Gibson à partir d’un volume original paru deux ans plus tôt sous le titre The War of Gods. Religion and Politics in America (Londres & New York, Verso), et dont une version portugaise est également parue en 2000 au Brésil (A guerra dos deuses. Religião e politica na América Latina, Petrópolis, Vozes). Michael Löwy l’a légèrement remanié, ajoutant notamment deux courts passages concernant le pentecôtisme de Jair Bolsonaro au Brésil (p. 168) et le rapport du pape François à la « théologie du peuple » (p. 187-189). À l’annexe parue en 1998 sur « Les sources françaises de la théologie de la Libération au Brésil », elle-même issue d’un article paru dans les Archives de sociologie des religions (97, 1997, p. 9-32), il en a rajouté deux autres, l’une consacrée aux « Origines socio-religieuses du Mouvement des Sans-Terre » au Brésil, l’autre aux « Sources bibliques de la théologie de la Libération ». On a donc lu ce livre une première fois dans un contexte qui était celui de l’offensive romaine pour réduire le courant de la théologie de la libération, notamment au Brésil et au Nicaragua, par des sanctions et la nomination d’évêques conservateurs souvent issus de l’Opus Dei, une décennie après les deux textes (1984 et 1986) par lesquels le cardinal Ratzinger, alors Préfet de la Congrégation pour la propagande de la foi, avait cherché à ramener à « l’orthodoxie » un courant que Rome jugeait entaché de marxisme. On le relit aujourd’hui avec un autre recul, mais certes pas moins d’intérêt.

2Sociologue de la culture et intellectuel engagé, proche de Lucien Goldmann, Michael Löwy a d’abord été un spécialiste du monde intellectuel juif et libertaire d’Europe centrale. Les deux premiers chapitres de La lutte des dieux éclairent la manière dont il a repris les outils d’analyse qu’il avait forgés à l’épreuve de ses premiers travaux pour les étendre au monde catholique latino-américain. Le premier est centré sur la place de la religion dans une lignée marxiste souvent hétérodoxe, qui va de Marx lui-même (surtout le « jeune » Marx, me semble-t-il) à Lucien Goldmann en passant par Gramsci, Bloch et le Péruvien Mariateguy. Dans le second, astucieusement intitulé « L’éthique catholique et l’esprit du capitalisme », Löwy s’attache à la manière dont Weber a pensé le catholicisme au regard de l’affinité élective qu’il établissait entre protestantisme et capitalisme. L’expression retenue par Löwy est celle d’une « affinité négative » (p. 38) entre catholicisme et capitalisme (il parle aussi d’« aversion éthique »), mais qui ne va jamais jusqu’à la volonté « d’abolir » le capitalisme. Marx et Weber sont deux des trois interlocuteurs (le troisième est Walter Benjamin, sur lequel on revient dans un autre compte rendu) à partir desquels Löwy a construit une critique sociologique politiquement engagée, mais aussi remarquablement efficace.

3L’étude de la théologie latino-américaine de la libération est au centre de cette sociologie critique. Intitulée « Le christianisme de la libération en Amérique latine », la seconde partie du livre a plusieurs qualités précieuses. D’une part, Löwy y présente avec un vrai talent pédagogique les ressorts d’une histoire qui s’inscrit à la rencontre entre luttes sociales pour la terre et pour l’éducation populaire, combat politique pour la démocratie dans un contexte marqué par le retour en Amérique du Sud des dictatures militaires à partir de la seconde moitié des années 1960, héritage à la fois repris et contesté du concile Vatican II depuis la conférence de Medellin en 1968. D’autre part, et notamment dans le texte intitulé « Modernité et critique de la modernité dans la théologie de la libération », qui n’a rien perdu de son acuité, il y déploie sa thèse centrale d’un romantisme défini comme « critique moderne de la modernité ». Ce romantisme transcende le catholicisme puisqu’il est présent tant chez le jeune Marx que chez les juifs libertaires d’Europe centrale et, sous une forme plus nostalgique, dans une partie de la pensée conservatrice de langue allemande, mais il permet de comprendre comment la théologie de la libération a servi de support à un engagement collectif contre l’ordre dominant au nom de l’Évangile. La dernière partie de l’ouvrage regroupe enfin trois études de cas, respectivement consacrées au Brésil, au Nicaragua et au protestantisme latino-américain. Lorsque ce dernier texte a été écrit, la question demeurait ouverte de savoir si l’essor du pentecôtisme serait ou non compatible avec l’émergence d’une pensée progressiste originale. À l’heure du régime Bolsonaro au Brésil et de la montée de réseaux pentecôtistes internationaux liés à la « théologie de la prospérité » et à la défense d’un libéralisme économique à la fois globalisé et multipolaire, la question semble malheureusement tranchée. Mais, même « datée », l’analyse présente l’intérêt de nous rappeler qu’une autre histoire était possible et pensable, et l’une des questions que pose l’ouvrage de Löwy est celle de savoir quel rôle a joué la politique répressive conduite par Rome, contre les théologiens de la libération et la mouvance des communautés de base, tous assimilés à la subversion marxiste, dans le triomphe actuel d’un libéralisme autoritaire qui renoue avec l’héritage des années de la dictature. Et l’on est en droit de s’interroger aussi sur ce que les difficultés actuelles du catholicisme latino-américain face à la montée du pentecôtisme doivent à la politique ecclésiale conduite sous les pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI, qui a conduit l’Église à se priver d’une dynamique socio-religieuse au nom de catégories de pensée héritées du temps des crises du modernisme et du progressisme chrétiens.

4Les histoires plus récentes des théologies de la libération mettent l’accent sur d’autres dimensions de ce courant : histoire croisée attentive au fait qu’il ne fut pas seulement latino-américain ; analyse, en termes de sociologie du monde intellectuel, des réseaux transatlantiques et transconfessionnels qui ont nourri sa genèse ; interrogations sur le devenir de « l’universalisme » catholique à l’épreuve de la globalisation du monde, qui est tout autre chose qu’un universalisme. Mais de tels outils ne retirent rien ni à l’actualité de ce livre ni à sa générosité de pensée, et la lecture que l’on en fait aujourd’hui confirme qu’il est bien, selon le terme consacré, un « classique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Pelletier, « Michael Löwy, La lutte des dieux. Christianisme de la libération et politique en Amérique latine », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 372-373.

Référence électronique

Denis Pelletier, « Michael Löwy, La lutte des dieux. Christianisme de la libération et politique en Amérique latine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49237

Haut de page

Auteur

Denis Pelletier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals