Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Mayeur-Jaouen, Voyage en Haute-Egypte. Prêtres, coptes et catholiques

Paris, CNRS Éditions, 2019, 412 p.
Bernard Heyberger
p. 376-378
Référence(s) :

Catherine Mayeur-Jaouen, Voyage en Haute-Egypte. Prêtres, coptes et catholiques. Préface de Robert Solé, Paris, CNRS Éditions, 2019, 412 p.

Texte intégral

1Comme le titre le suggère, l’ouvrage s’apparente à la relation de voyage. Il commence d’ailleurs par le récit du trajet en train, du Caire à Tahta (à environ 500 km au sud du Caire), et raconte à plusieurs reprises des épisodes liés au déplacement (y compris à bicyclette), dans une région très éloignée en distance-temps de la capitale, et mal desservie localement par les infrastructures de transport. Mais c’est aussi un ouvrage-témoignage, fondé sur l’accumulation de souvenirs et de prises de notes par C. Mayeur-Jaouen, des années 1980 à nos jours, fruit d’une longue relation d’amitié entre l’auteur et un groupe de séminaristes coptes-catholiques rencontrés au Caire, au début de leur carrière. L’ouvrage offre donc une sociologie empirique de ce groupe et, plus largement, du clergé copte catholique, sous la plume empathique d’une catholique fervente. Le travail en archive a de plus permis à l’historienne de retracer l’histoire, depuis le xviiie siècle, de la formation de cette petite Église catholique, centrée sur la Moyenne et la Haute Égypte, et de confronter ce passé, pour l’essentiel ignoré (y compris par les principaux intéressés) à la situation contemporaine.

2La région dont il est question ici est difficilement pénétrable par les non-Égyptiens, à cause des conditions de vie et de déplacement extrêmement précaires, et de l’omniprésence de la Sécurité d’État, censée protéger contre la violence terroriste qui s’y est déployée dans les années 1990, puis après la révolution de 2011. Selon l’auteur, la Haute-Égypte est victime des préjugés que les étrangers, y compris les chercheurs, partagent avec les Égyptiens du Caire et du Delta à l’égard d’un Mezzogiorno sous-développé et stigmatisé. Elle n’a fait que rarement l’objet d’enquêtes anthropologiques. Ce jeune clergé copte catholique a donc offert à l’auteur une clé d’entrée dans une société peu pénétrable, et un observatoire à différentes échelles, permettant d’approcher une part de la réalité sociale et culturelle de la région. Les catholiques ne sont qu’une petite minorité de la minorité copte. Mais les travaux récents montrent tous qu’une approche par la minorité permet parfois mieux qu’une étude de la majorité d’interroger les ressorts de la société et de ses institutions dans leur ensemble.

3Bien que l’auteur insiste sur la spécificité des coptes-catholiques par rapport aux autres chrétiens catholiques de la région (maronites et melkites, qui ont joué un rôle important en Égypte jusqu’aux années 1960, et Chaldéens d’Irak), un certain nombre de traits communs aux catholiques orientaux se détachent du tableau qu’elle en dresse. D’abord, comme les autres Églises unies à Rome, celle-ci est née de la conjonction de trois facteurs : l’activité missionnaire latine sur place, la formation « romaine » d’une partie du clergé, et le soutien, pour différentes raisons, de grandes familles locales à un projet de séparatisme catholique. Parmi les autres traits typiques du catholicisme oriental, la production massive et la conservation systématique d’archives, sans commune mesure avec ce qu’on observe dans les autres dénominations, avec la centralisation de l’information à Rome : une mine pour l’historien, mais aussi un piège (dont l’auteur est consciente), car il en ressort une image cléricale du christianisme, caractérisée par des conflits juridictionnels et personnels sans fin. Chez les coptes catholiques comme dans les autres Églises orientales, l’absence de rigueur dans la gestion des biens de l’Église et la confusion entre biens personnels et biens collectifs constituent la principale source de conflits et de scandales.

4L’auteur souligne le rôle fondamental des franciscains dans la formation du catholicisme copte, et du franciscanisme dans la forme de dévotion pratiquée aujourd’hui. C’est le cas certainement aussi au Liban, en Syrie et en Palestine, mais comme pour l’Égypte, les sources jésuites sont beaucoup plus bavardes, et éclipsent le rôle réel sur le temps long des Frères Mineurs. Ces derniers ont été longtemps les tenants d’un catholicisme intégrateur à la latinité. Mais cette option s’est toujours heurtée à la position officielle du Vatican, tenant au respect des rites locaux tout en imposant une ecclésiologie romaine stricte. Ainsi, tous les catholicismes orientaux sont-ils porteurs de cette double injonction contradictoire, d’être entièrement fidèles à eux-mêmes tout en étant entièrement soumis au pape. L’auteur décrit très bien comment le clergé copte-catholique actuel s’accommode de cette double injonction. L’attachement à la nation égyptienne et à la langue arabe, comme la proximité avec les coptes-orthodoxes, ne sont pas remis en cause. Les ressorts plus ou moins inconscients de la société égyptienne, ceux de la famille patriarcale, du localisme et du clientélisme, loin d’être interrogés, offrent au contraire cohésion et soutien aux prêtres, petits notables ruraux. À côté, l’attachement à Rome et l’appartenance revendiquée à l’Église catholique dans son universalité apportent une ouverture nécessaire, mentale autant que physique, dans une société confinée, enfermée dans des cadres sociaux et une misère matérielle sclérosants. Ils donnent aussi accès aux ressources financières et symboliques des puissantes ONG catholiques. Une spécificité des coptes catholiques est la place que prennent chez eux la langue italienne et la référence à l’Italie, tandis que c’est la francophonie qui caractérise les autres catholiques orientaux.

5Les coptes de Haute-Égypte sont les derniers représentants d’un christianisme rural au Proche-Orient. Ils vivent dans une société marquée par la pauvreté, l’illettrisme et le chômage, qui conserve des traits de la société paysanne. Ainsi le mariage entre cousins, arrangé par le curé, reste très fréquent. La croyance au « nouement de l’aiguillette » aussi. Et la vendetta y a toujours cours. L’ennui, dans une société enserrée dans des codes de conduite stricts (notamment pour les femmes), qui n’offre guère de perspective professionnelle ni d’accès aux loisirs, est un personnage central du livre. C’est l’ennui qui explique en partie la ferveur religieuse, l’assiduité aux vêpres, le dévouement plus ou moins bénévole aux activités paroissiales ou à la fièvre entrepreneuriale du curé. Mais la société de Haute-Égypte n’est pas, comme des travaux ethnologiques pourraient le faire penser, une société immobile. L’auteur tente de rendre compte des dynamiques à l’œuvre dans un monde où les enfants, encore nombreux, meurent moins en bas âge, où on se marie de plus en plus tard ou pas du tout, et où on vit de plus en plus vieux. La sortie paroissiale en autobus à un lieu de pèlerinage fait penser au catholicisme français des années 1960. Mais le jardin d’enfants qu’on implante actuellement dans chaque paroisse coïncide parfaitement avec les « structures petite enfance » que les communes rurales françaises tentent d’installer. Le téléphone portable et internet ont fait leur irruption comme ailleurs. La vie au village est de plus en plus rongée par l’émigration, vers Le Caire, les stations touristiques de la Mer Rouge, voire l’étranger. Le livre de Mayeur-Jaouen est riche d’observations concernant les femmes. La tenue des filles contraste avec celle de leur mère, leur niveau d’éducation aussi. L’excision, combattue par le clergé et, depuis peu, par l’État, commence sérieusement à reculer.

6On s’étonnera que le thème des violences faites aux coptes et des rapports chrétiens-musulmans n’apparaissent qu’à la fin du livre, alors que c’est généralement le point d’entrée pour aborder le sujet. Le choix légitime de l’auteur casse ce point de vue, qui ne voit les chrétiens qu’en victimes. De plus, forte de sa virtuosité en arabe, elle inverse aussi la perspective habituelle, du haut vers le bas, pour partir au contraire au plus près du terrain, de ses observations et de ses conversations. Elle montre ainsi les interactions, fondées sur un voisinage familier et une méfiance compétitive, qui caractérisent non seulement les rapports entre musulmans et chrétiens, mais aussi entre coptes catholiques et coptes orthodoxes. Ces derniers se sont fanatisés au même rythme et avec la même intensité que les musulmans durant les dernières décennies. C’est moins le facteur confessionnel et le rapport chrétiens-musulmans que l’auteur met en cause, que le fonctionnement politique de l’Égypte, où la police, rarement impartiale et efficace, est la principale expression de la présence de l’État, incapable d’assurer sécurité et égalité devant la loi aux citoyens. La dictature du Maréchal Sissi est à cet égard dans la continuité des régimes précédents. Les prêtres apparaissent alors comme des « négociateurs professionnels », entre les différents groupes présents sur le terrain et l’omnipotente police, tentant d’apaiser les tensions et d’empêcher les montées dans la violence.

7L’existence d’une petite Église de coptes catholiques peut apparaître aux yeux de certains comme un accident de l’histoire. Elle est, sous la plume de Mayeur-Jaouen, un élément précieux de diversité et de pluralisme, dans une société gagnée par le repli sectaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Heyberger, « Catherine Mayeur-Jaouen, Voyage en Haute-Egypte. Prêtres, coptes et catholiques », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 376-378.

Référence électronique

Bernard Heyberger, « Catherine Mayeur-Jaouen, Voyage en Haute-Egypte. Prêtres, coptes et catholiques », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49261

Haut de page

Auteur

Bernard Heyberger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals