Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Charles Mercier, René Rémond. Biographie

Paris, Salvator, 2018, 416 p.
Frédéric Gugelot
p. 380-382
Référence(s) :

Charles Mercier, René Rémond. Biographie, Paris, Salvator, 2018, 416 p.

Texte intégral

1Charles Mercier cerne, avec réussite, les facettes d’un universitaire, d’un croyant engagé, et, depuis 1958, d’un commentateur éclairé des résultats électoraux, René Rémond. Le livre replace selon un plan chronologique l’homme dans un moment, une société, une famille de pensée.

2Né en 1918, René Rémond appartient à une famille catholique, traditionaliste et conservatrice. Ce bon élève accède à Ulm en pleine guerre où il se constitue un réseau personnel : « Amitiés, échanges, conservations, découvertes de tout ordre » (p. 40). Surtout, suite à des conférences de Gabriel Le Bras, il découvre « qu’on pouvait faire l’histoire des comportements religieux […] permanence des fidélités […] diversité des comportements […] les différences dans l’espace et la continuité dans le temps. Cette double constatation impliquait une réflexion sur l’articulation de la liberté personnelle […] et des déterminations collectives » (p. 41). Entré à la Jeunesse Étudiante Chrétienne, Rémond s’y convainc d’« avoir pour seule préoccupation de faire fonctionner correctement les institutions, pour le bien de leurs usagers, sans les détourner de leurs fins propres » (p. 45), en chrétien.

3Son enracinement dans l’Action catholique a indéniablement marqué sa conception du monde et de l’action en son sein. Il se veut fidèle à sa foi, à son Église et à ses engagements et transige avec son siècle. Rémond illustre l’engagement des chrétiens dans l’action temporelle, prenant en compte la diversité du monde, non sans qu’on lui reproche que ce fût au détriment de la mission apostolique et de la vie spirituelle.

4En pleine thèse sur les États-Unis devant l’opinion publique française entre 1815 et 1852, soutenue en 1959, il écrit un ouvrage sur les idées politiques françaises, La droite en France, qui renouvelle l’histoire politique française en rappelant l’autonomie, relative, du politique par rapport à l’économique et au social. L’histoire de l’opinion devient un de ses champs de recherche développant « la dialectique de la continuité et du changement, de la structure et de la conjoncture » (p. 271). Attaché au cadre national d’analyse, aucunement soupçonnable de sympathie pour le marxisme, il tente de cerner la permanence sous les incessants bouleversements historiques. Rémond entre à Sciences Po dès 1947 et devient en 1949 assistant à la Sorbonne puis directeur d’études et de recherche à la FNSP, maître de conférences en 1963 à Caen, puis en 1964 à Nanterre, avant de devenir professeur au même endroit l’année suivante.

5Après la guerre, Mai 68 est la deuxième inflexion de « [s]a destinée » (p. 115), il y démontre son attachement à l’ordre et aux institutions établies mais aussi sa capacité à accepter leur renouvellement pour répondre aux crises du moment. Parvenant à instaurer un dialogue au sein de Nanterre avec les étudiants révoltés, il entreprend une réforme de l’université qui isole les radicaux. Il multiplie les prises de responsabilités, assesseur du doyen Paul Ricœur, puis président de Paris X en 1971. Il est alors nationalement reconnu et devient membre du conseil d’administration de l’ORTF. Cette figure d’intellectuel laïc catholique incarne alors l’aboutissement, au-delà de lui, de toute une génération de militants chrétiens forgée au sortir de la guerre et qui, avec une réelle autonomie, sont ouverts aux problèmes du temps tout en étant fidèle au magistère d’une Église dont il partage les évolutions. Toutefois, des doutes surgissent. Il croit en 1964, en plein épanouissement d’un catholicisme ouvert, conciliaire, à l’extinction de l’anticléricalisme pour reconnaître en 1976 que l’absence de tout triomphalisme de la part de l’Église et de toute volonté d’ingérence dans le temporel ne fait pas disparaître la haine anticléricale (p. 100). Mais sa génération d’intellectuels catholiques se retrouve sans succession. Au tournant du millénaire, il refuse d’accepter l’évolution du catholicisme majoritaire de sa jeunesse en catholicisme minoritaire de sa vieillesse. Le pari d’une adaptation à la modernité n’a pas produit les fruits qu’il espérait. Membre du CCIF, il en devient président en 1965. Rémond veut, une fois de plus, unir les différentes tendances du catholicisme, faire du centre « un facteur d’unité » (p. 202) plus que la pointe avancée de la pensée catholique. Convaincu que « s’opère, au bénéfice de positions partisanes, un transfert de l’absolu religieux » (p. 204), il opte de plus en plus pour des positions conservatrices sur le plan catholique. L’évolution du CCIF sous sa présidence reflète cette orientation et s’inscrit dans le long déclin de ces espaces d’ouverture, reflet des temps conciliaires. La dernière Semaine des intellectuels catholiques se tient en 1975.

6Rémond l’acte en revendiquant le repli sur la réussite professionnelle et la vie de famille, et en rapatriant dans la sphère privée la dimension religieuse de sa vie (p. 225). Il est alors « l’un des rares rescapés du grand effondrement des intellectuels catholiques survenu les années 1970 […] il a prolongé, de par son engagement personnel, une partie de ses missions ». Plus attaché aux univers mentaux qu’aux événements, il espérait que le passé éclairerait le présent. Son capital de notoriété est transféré vers une expertise plus large en dehors du champ des historiens au service en particulier de l’Église. Il écrit occasionnellement au Figaro puis à La Croix. Il est surtout un familier du petit écran et de la radio où ses interventions sont nombreuses jusqu’en 1998 (p. 256). L’Église fait logiquement appel à lui à la présidence de la commission Touvier pour cerner la protection accordée par des clercs à l’ancien milicien. Il participe aussi à celle du « Fichier juif » (p. 348), puis de la laïcité où il argumente contre toute loi d’exception dans le domaine religieux (p. 356). Il est devenu un sage que l’on consulte aux procès Touvier puis Papon (p. 345), que l’on recrute dans de multiples commissions, conseils et comités, où il montre une grande compréhension pour les failles des autorités (p. 336). Antitotalitaire et libéral, Rémond se retrouve à la mode dans les années 1980. Multi-décoré, il dirige la Fondation Nationale des Sciences-Politiques de 1981 à 2007, dont il accompagne la mue. Ce « gardien des traditions » (p. 308) ne s’oppose nullement au renouvellement de l’école de l’élite, cache-richesse de la perpétuation d’un recrutement massivement bourgeois. Il est coopté au Siècle, ce club d’influence composé de dirigeants économiques, politiques et culturels. Derrière l’armure du commandeur, quelques fissures percent. Au-delà d’un enseignement perçu comme ennuyeux (p. 93), il est surtout reproché à Rémond sa recherche constante du juste milieu : « Il n’y avait pas de possibilité de débattre avec René Rémond. Il était gris. Il voulait toujours équilibrer » (p. 94). Et pour assurer à son université le soutien du ministre de l’Éducation nationale, il n’hésite pas à recruter, au mépris des règles, un assistant, ancien membre de cabinet (p. 183).

7Le livre parvient, avec une indéniable sympathie pour son objet, à rendre les facettes de la longue vie d’un croyant engagé dans la deuxième moitié du xxe siècle et qui a fait le pari de l’ouverture, de la participation aux affaires du monde. L’auteur nous livre un intéressant parcours qui rend à René Rémond toute sa place parmi les figures intellectuelles du second xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Charles Mercier, René Rémond. Biographie », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 380-382.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Charles Mercier, René Rémond. Biographie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49285

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals