Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre Méric, Notre-Dame de Bonne Espérance. Une trappe en Médoc (1821-1830)

Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Identités religieuses », 2018, 199 p.
Bernard Delpal
p. 382-383
Référence(s) :

Jean-Pierre Méric, Notre-Dame de Bonne Espérance. Une trappe en Médoc (1821-1830), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Identités religieuses », 2018, 199 p.

Texte intégral

1L’auteur, ancien président de la Société Archéologique et Historique du Médoc, connaît intimement le milieu dont il présente ici un épisode historique. Dans une sorte de postface (p. 199), Jean-Pierre Méric présente son étude comme « un sujet d’histoire locale » qualifié de « mineur ». Nous proposons de remplacer l’expression « histoire locale » par celle, plus appropriée, d’histoire « localisée ». Quant à la portée historique du sujet, elle peut sembler, de prime abord, bien modeste. Faire l’histoire d’une (très) petite communauté monastique durant une décennie, au début de la Restauration, tient de la gageure. Cependant, les événements qui se succèdent à un rythme soutenu, les parcours effectués par les religieux confrontent le lecteur à la rupture révolutionnaire, à la déchristianisation, à la restauration très improbable d’un monde ancien. Le lecteur curieux de l’histoire des « fils de saint Bernard » (les cisterciens) sera intéressé par une étude précise, argumentée, érudite (parfois, un peu trop), celle d’un petit groupe de religieux, ballottés entre la France et l’Espagne, au gré des guerres, des mesures antireligieuses, tiraillé entre les « réformes » qui se disputent un timide renouveau monastique à la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant. Les trappistes (cisterciens d’une observance stricte depuis l’abbé de Rancé), comme tous les religieux et religieuses appartenant à une congrégation, doivent se disperser, voire se « défroquer » pour se conformer au décret pris par l’Assemblée nationale le 13 février 1790. C’est pour fuir la France révolutionnaire et restaurer la Trappe que l’abbé dom Augustin de Lestrange, depuis l’abbaye de la Valsainte (Suisse), tente de constituer une sorte de nouvelle filiation et d’implanter des maisons qui adopteraient sa réforme très austère, encore plus austère que celle des « rancéens ». Grâce à une décision bienveillante du roi d’Espagne Charles IV, un petit groupe de trappistes peut s’installer au prieuré de Sainte-Suzanne, paroisse de Maella (Aragon), le 2 novembre 1795. Les moines « silencieux et laboureurs » y font merveille à force de réparations, embellissements et défrichements. Cependant, ils sont rattrapés par la guerre et ses malheurs en 1807-1808. Le prieuré est dévasté par les Français et les Espagnols (p. 41). Le 1er octobre 1820, après un coup d’État, le « Triennat libéral » impose une très dure réforme des ordres religieux. Le prieuré de Sainte-Suzanne est touché et doit se disperser. Plusieurs moines traversent les Pyrénées. Certains d’entre eux trouvent un refuge à Bordeaux (1821), puis acquièrent une propriété à la lisière de la ville, à Saint-Aubin (canton de Blanquefort). Ils s’y installent le 8 mars 1824. La maison est élevée deux ans plus tard au rang d’abbaye par le pape Léon XII, bien que la communauté soit peu nombreuse : sept religieux, quatre novices (p. 104). Fin 1828, l’abbaye est visitée par dom Antoine de Beauregard, abbé de Melleray (diocèse de Nantes), qui fait office de supérieur général pour une Trappe qui, en France, n’a pas d’unité et ne devient congrégation qu’en 1834. L’abbé de Melleray, « lestrangiste fort critique » (p. 132), rédige un rapport à charge contre Saint-Aubin, au point de pousser le pape Pie VIII à publier (fin 1829) un décret de suppression, mis en œuvre à partir de novembre 1830 par l’archevêque de Bordeaux, Mgr de Cheverus. Le 18 décembre 1830, est célébré le dernier office de chœur à Saint-Aubin.

2De façon très pertinente, Jean-Pierre Méric interroge ce qu’il considère comme une sorte d’acharnement contre la seule maison cistercienne du sud-ouest, promise à l’oubli par l’archevêque lui-même (p. 158). L’auteur, grâce à une critique interne aiguisée du rapport de dom Antoine, montre que le visiteur a sciemment négligé la réussite matérielle indéniable de Saint-Aubin, en lui reprochant, contre l’évidence, d’avoir fait faillite. Où trouver les vrais motifs de ce parti-pris et de cette hostilité ? Plusieurs hypothèses sont avancées (p. 168). On retiendra les effets possibles de l’isolement dans le « désert médoquin », les réticences classiques de l’autorité diocésaine face au danger de l’exemption (canonique), le souci constant d’éviter une emprise romaine sur une communauté monastique française, la condamnation des austérités excessives de « réformes irréfléchies » (p. 103), la nette préférence en faveur de congrégations « utiles » (enseignement, santé, charité) ou tournées vers la mission (la Trappe de Staouéli, en Algérie, trouve grâce aux yeux de l’archevêque, Mgr Donnet, en 1854).

3On trouve, à la fin de l’ouvrage, une douzaine de documents, une présentation des sources – manuscrites et imprimées –, une bibliographie très accessible. On saura gré à l’auteur d’avoir inséré des cartes fort utiles (p. 67, 75) et une riche iconographie, notamment celle qui évoque les clichés habituels du xixe siècle sur les trappistes, ces moines qui « bêchent leurs tombes » (p. 122). L’ensemble est servi par une écriture fluide, soignée. Les nombreuses marques d’empathie qui parsèment l’exposé n’enlèvent rien à ses qualités historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « Jean-Pierre Méric, Notre-Dame de Bonne Espérance. Une trappe en Médoc (1821-1830) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 382-383.

Référence électronique

Bernard Delpal, « Jean-Pierre Méric, Notre-Dame de Bonne Espérance. Une trappe en Médoc (1821-1830) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49291

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals