Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Claude Meyer, Deux destins toulousains. Cardinal Jules Géraud Saliège. Mgr Louis de Courrèges d’Ustou

Les Plans-sur-Bex, Parole et silence, 2017, 191 p.
Michel Ostenc
p. 383-384
Référence(s) :

Jean Claude Meyer, Deux destins toulousains. Cardinal Jules Géraud Saliège. Mgr Louis de Courrèges d’Ustou, Les Plans-sur-Bex, Parole et silence, 2017, 191 p.

Texte intégral

1Le cardinal Saliège est connu pour sa lettre du 23 août 1942 dénonçant vigoureusement les violences faites aux Juifs et le mépris des droits des personnes. Jean Claude Meyer lui consacre une biographie ainsi qu’à son évêque auxiliaire Louis de Courrèges, l’existence des deux prélats étant étroitement liée au diocèse de Toulouse.

2Ordonné prêtre en 1895, l’abbé Saliège enseigna au Grand séminaire de Saint-Flour. Admirateur de Marc Sangnier, il rejoignit le catholicisme social et lui consacra des prédications passionnées. Jeune prêtre, il participa aux Semaines sociales de France fondées en 1904 par Marius Gonin. La jeunesse de Louis de Courrèges fut très différente. Né dans une famille de noblesse béarnaise, il fit ses études à Toulouse, puis au Grand séminaire d’Issy-les-Moulineaux. Pendant la Grande Guerre, Jules Saliège fut gazé en 1917 et Louis de Courrèges blessé au Chemin des Dames. La vie en commun renforça leur sens social qui devait orienter leur pastorale diocésaine. Évêque de Gap, Jules Saliège prit nettement position en faveur d’une primauté du spirituel sur le politique lors de la condamnation pontificale de l’Action Française, cette orientation s’inspirant du thomisme de Jacques Maritain. Archevêque de Toulouse, Saliège nommera l’abbé Bruno de Solages qui s’était signalé en soutenant les mesures prises par Rome contre le mouvement de Maurras, professeur de théologie à l’Institut catholique

3Jules Saliège anima la pastorale dans son diocèse d’une vitalité nouvelle, s’attachant à l’action sociale et à l’éducation de la jeunesse. Il confia la direction des Œuvres diocésaines à Louis de Courrèges qui donna une impulsion décisive à l’Action catholique et à la JAC. L’Action catholique n’avait pas d’orientation politique ; mais l’évêque Saliège, inquiet d’une radicalisation des positions de certains catholiques devant le spectacle des crises gouvernementales à répétition de la IIIe République des années 1930, dénonçait le paganisme de Rousseau laïcisant la démocratie aussi bien que celui de Maurras laïcisant la monarchie. Le pasteur attirait l’attention sur les dangers que le communisme et le néo-paganisme nazi faisaient courir à la personne humaine et à la survie du christianisme. Saliège fut l’auteur avec Bruno de Solages d’une déclaration où l’Église condamnait le racisme (19 février 1939). Le fondement théologique de l’action pastorale de l’archevêque reposait en effet sur l’affirmation de la dignité de l’homme. Désireux de doter le clergé d’une solide formation intellectuelle, il nomma les abbés Étienne Delaruelle et Joseph Chansou professeurs à l’Institut catholique de Toulouse. Le chanoine Delaruelle sera l’auteur avec les historiens André Latreille, Jean Rémy Palanque et René Rémond d’une Histoire du catholicisme en France (1963) qui fait autorité. Saliège avait pourtant conscience des faiblesses d’une Eglise dont l’action ministérielle avait longtemps visé au maintien d’un catholicisme trop exclusivement culturel. Elle était responsable dans le monde ouvrier d’une vision du catholicisme comme religion de classe, étrangère à la vie réelle et appelée à disparaître.

4Après la débâcle de juin 1940, Louis de Courrèges s’occupa activement de l’assistance aux personnes déplacées, hébergées dans des camps de fortune dans le diocèse (étrangers, apatrides et Juifs). Le principal lieu d’incubation de la Résistance toulousaine était la librairie de l’antifasciste italien Silvio Trentin où des socialistes côtoyaient des catholiques et des syndicalistes chrétiens. Au lendemain de l’armistice, l’évêque Saliège adhérait à l’idée de « rénovation nationale » ; mais sa rupture avec Vichy commença avec des atteintes aux libertés syndicales incompatibles avec les buts poursuivis par l’Action catholique. L’archevêque fondait la résistance spirituelle sur l’Institut catholique, la curie épiscopale et les Œuvres diocésaines animées par l’évêque auxiliaire Louis de Courrèges. Saliège adressa sa lettre de protestation contre les déportations des Juifs (23 août 1942) au nom de la morale chrétienne qui impose des devoirs, mais reconnaît des droits. Ce document emblématique joua un rôle indiscutable dans le changement d’attitude des catholiques français. Il fut suivi par les protestations publiques de plusieurs évêques, que relayèrent les Cahiers du Témoignage chrétien clandestins. . Après l’occupation de la « zone libre » par l’armée allemande, la résistance spirituelle devint plus difficile ; mais l’archevêché cacha des Juifs et des Résistants dans les communautés religieuses et un « réseau Saliège » utilisa des colonies de vacances pour dissimuler des enfants. Ces activités n’étaient pas sans risques et Bruno de Solages, arrêté en juin 1944, fut déporté en Allemagne

5À la Libération, l’archevêque Saliège confirma l’orientation de son action pastorale dans la ligne d’Action catholique. La vie sociale avait pour but le perfectionnement individuel de la personne humaine et l’extinction sociale du prolétariat. En 1946, Georges Bidault intervint auprès du Saint-Siège pour la nomination de Jules Saliège au cardinalat. Le dévouement du prélat à la cause des Juifs lui valut la médaille des Justes en 1969 ; mais l’archevêque avait un caractère difficile et l’évêque de Courrèges déployait des trésors de diplomatie pour cohabiter avec lui. Il quitta Toulouse pour Rome, comme recteur de Saint Louis des Français, puis comme évêque de Montauban où il associa étroitement son clergé aux activités de l’Action catholique. Louis de Courrèges améliora la culture religieuse des prêtres de son diocèse et s’impliqua dans le mouvement liturgique destiné à améliorer la participation des fidèles au sacrifice eucharistique. La pastorale des sacrements visait à transformer les demandes en des moments de dialogue. Soucieux de préserver le monde catholique des atteintes du communisme, il milita en faveur de la paix ; mais il protesta contre les persécutions d’évêques en Europe de l’Est et mit en garde les fidèles contre la tentation d’une mystique matérialiste incapable de libérer la classe ouvrière. Pour l’évêque de Courrèges, le concile Vatican II était un prolongement logique du précédent. Il attendait de sa dimension œcuménique un renouveau de la chrétienté et un aggiornamento dans le respect de la doctrine de l’Église. La crise de 1968 secoua le clergé de Montauban et l’évêque s’efforça de la surmonter en réorganisant le diocèse en étroite relation avec son conseil épiscopal.

6Évêque retraité (1970), Louis de Courrèges devint vicaire du diocèse de Toulouse. Jules Saliège était décédé en 1956. Ainsi s’achevait l’existence des deux prélats au « destin toulousain », justifiant pleinement le titre de l’ouvrage. L’auteur évite le piège de l’hagiographie en présentant un Jules Saliège mettant beaucoup d’intelligence dans l’adaptation de son Église aux problèmes contemporains et un Louis de Courrèges engagé sur tous les fronts de ses activités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Jean Claude Meyer, Deux destins toulousains. Cardinal Jules Géraud Saliège. Mgr Louis de Courrèges d’Ustou », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 383-384.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Jean Claude Meyer, Deux destins toulousains. Cardinal Jules Géraud Saliège. Mgr Louis de Courrèges d’Ustou », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49309

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals