Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florian Michel, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique

Paris, Vrin, 2018, 458 p.
François Trémolières
p. 386-387
Référence(s) :

Florian Michel, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique, Paris, Vrin, 2018, 458 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage n’est pas une « biographie intellectuelle » au sens par exemple de celles de Ricœur ou Certeau par François Dosse : il n’y est pratiquement pas question de l’œuvre de Gilson. C’est plutôt la biographie politique d’un intellectuel. Elle est née d’un étonnement : Étienne Gilson (1884-1978), historien de la philosophie médiévale, philosophe, qui fit une brillante carrière universitaire en France et à l’étranger (États-Unis, Canada), professeur à l’École pratique des hautes études et au Collège de France, élu à l’Académie française, était une forte personnalité, qui ne détestait pas la polémique, aussi un croyant convaincu – mais la « soudure », selon l’expression reprise ici à Marc Bloch, entre le savant, avec ses convictions intimes, et l’homme public n’est pas facile à repérer. Les engagements de Gilson sont un peu oubliés, ils étaient pourtant bien visibles, notamment son passage par le MRP et son opposition à la signature par la France du Traité de l’Atlantique Nord, véritable « affaire Gilson ». D’ailleurs l’auteur ne prétend pas remplacer la biographie bien documentée de Laurence Shook (Toronto, 1984, non traduit), il propose plutôt une « synthèse », un « essai biographique ». Il n’en a pas moins fait un important travail de sources, dont témoignent les copieuses annexes (un quart du volume – parmi d’autres perles, extraordinaire lettre de Gilson à Valéry le 5 mai 1944, typique à la fois de sa liberté de ton, de sa capacité d’admiration et de ses qualités d’expression), mais aussi les documents cités dans le volume, comme l’admirable lettre de Lévinas au sortir de la guerre (p. 105-106), qui suffirait à témoigner d’une sorte de résistance (dont l’auteur ne trouve guère cependant de traces officielles : seulement la participation, peu documentée, à l’Organisation civile et militaire, un des réseaux membres du Comité Nationale de la Résistance ; les années 1940-1945 ne sont d’ailleurs pas traitées pour elles-mêmes). Le parti d’un plan qui ne soit pas strictement chronologique – sans doute lié aux préventions des historiens envers le genre de la biographie – fait qu’il sera souvent question de cette « affaire » avant qu’on en comprenne le détail, à l’avant-dernier chapitre.

2Le premier chapitre plonge Gilson dans le référentiel de « l’intellectuel catholique ». Proche avant 1914 du « moderniste » Laberthonnière, il évoluera vers une position « antimoderne », qui le rapproche de Maritain – non sans de fortes divergences intra-thomistes, mais c’est un autre sujet. Le Gilson de l’entre-deux-guerres est clairement engagé contre les « idéologies séculières » (chapitre deux) : le nazisme et le communisme, mais aussi le maurrassisme, que dans une page célèbre du Philosophe et la théologie il qualifiera de « tératologie doctrinale ». Il s’investit naturellement après-guerre dans la démocratie chrétienne, au point de devenir membre du Conseil de la République (1947-1948). Sur l’échiquier académique, son appartenance au catholicisme est claire, comme en témoignent ses réseaux ; il en est un représentant « de gauche » au moment de son élection à l’Académie, en 1946. La période conciliaire (chapitre cinq) le montre très actif dans les débats internes à l’Église. Proche de Lubac, Congar, Chenu, il sera vent debout contre les réformes liturgiques – un point qu’a bien étudié F. Michel par ailleurs.

3Le chapitre trois est consacré à un aspect plus déroutant. De 1926 à 1973, Gilson s’est rendu tous les ans outre-Atlantique, sauf pendant la guerre. Invité dès l’automne 1926 pour un enseignement semestriel à Harvard (où il se lie d’amitié, malgré d’évidentes divergences intellectuelles, avec Perry et Whitehead), il se lance, en 1928, dans la création de l’Institut d’études médiévales à Toronto (où se trouvent aujourd’hui ses archives), fondé l’année suivante, devenu de droit pontifical en 1939. Anglophone et russophone (il avait appris le russe lors de sa captivité en Allemagne, de 1916 à 1918, et avait séjourné en Ukraine en 1922, pour porter secours aux victimes de la famine), il est désigné par le Gouvernement provisoire, en 1945, comme membre de la délégation française à la conférence de San Francisco, puis à celle de Londres, où est signé l’acte constitutif de l’UNESCO. « Intellectuel atlantique », il n’en est pas moins anti-atlantiste convaincu et l’exprime dans des articles du Monde qui déclenchent une campagne très violente (voir sur ce point, du même auteur, Le neutralisme au seuil de la guerre froide. Entre culture, pouvoir et relations internationales : l'affaire Gilson, Paris, Vrin, 2018). Sa demande de mise à la retraite du collège de France, en 1950, le fait accuser de trahison à la nation, au sein même de l’institution. Devenu veuf, sans doute amer, il s’installe à Toronto, où il professera jusqu’en 1973. Il terminera sa vie à Auxerre, dans sa Bourgogne natale.

4Faisant le bilan, chapitre quatre, des engagements de Gilson dans la « cité des hommes », l’auteur constate qu’il fut « un vaincu politique de l’histoire », mais ajoute que si on les avait entendus « les arguments avancés et les positions modérées défendues par Gilson, et par sa famille au sens large, auraient peut-être contribué à apaiser le siècle écoulé »… Ton discrètement engagé que l’on retrouve dans sa conclusion, doublement réflexive, puisqu’elle choisit de s’intéresser non au philosophe, mais à l’historien Gilson : réflexion sur son objet, mais aussi sur sa discipline. Ce n’est pas tant le supposé « historicisme » de son modèle qu’il retient (ou discute), que l’exemple d’« une histoire intégrée, humaniste, humble, réaliste ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « Florian Michel, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 386-387.

Référence électronique

François Trémolières, « Florian Michel, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49339

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals