Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Harold D. Morales, Latino and Muslim in America. Race, Religion and the Making of a New Minority

New York, Oxford University Press, 2018, 272 p.
Sylvie Taussig
p. 387-388
Référence(s) :

Harold D. Morales, Latino and Muslim in America. Race, Religion and the Making of a New Minority, New York, Oxford University Press, 2018, 272 p.

Texte intégral

1Il existe peu d’études consacrées aux musulmans latinos aux États-Unis, et pourtant H. Morales identifie déjà trois vagues d’islamisation les concernant, dont la dernière nous met au plus près de l’actualité. Le livre est à la fois un récit historique de ces vagues et un travail anthropologique sur la conversion et ses raisons. Sur la question de la conversion, il épouse le point de vue des convertis issu d’une idéologie récente proche des Frères musulmans, à savoir que le terme est impropre et qu’il faut lui préférer celui de reversion (retour). Le premier chapitre s’interroge sur la première vague, soit les musulmans éventuellement arrivés avec les Européens au xvie siècle ; il rappelle les persécutions dont ils ont été les victimes, et suppose que leur islam ne s’est pas conservé ; il y a un « fossé » entre l’Espagne et l’islam contemporain (l’auteur ne travaille pas particulièrement le fait que « notre Amérique » ne se compose pas exclusivement de descendants d’Espagnols). La première vague remonte donc au xxe siècle et connaît plusieurs visages, celui de l’Asie du sud-est avec les Ahmadiya à un moment où les latinos, au lendemain des guerres entre les États-Unis et le Mexique, étaient particulièrement discriminés. Puis l’histoire des latinos musulmans américains se confond relativement avec celle des musulmans américains en général : travail de prédication des tabligh, Nation of Islam, diffusion de l’islam en prison et identification du djihad au double aspect de lutte morale et d’activisme social. Avec la création de Allianza Islamica, le premier travail de dawah est conçu pour démontrer que l’islam présente des caractères familiers et qu’il n’y a pas d’opposition entre islam et latinité. La deuxième période est marquée par la création de grandes structures, qui vont être examinées dans le détail : PIEDAD, LALMA, LADO, dont le travail est essentiellement de formation sur l’islam. Alors que la première vague se caractérisait par l’engagement dans la lutte pour les droits civiques, nous assistons maintenant à une « sunnification » (mais il semble qu’auparavant les musulmans étaient déjà sunnites) et à un déploiement grâce à l’internet. L’auteur souligne les liens avec l’ICNA (sans définir cette association) et, pour le LALMA, le financement par Why islam (sans précision) et les liens avec la Junta islamica espagnole.

2Le chapitre 3 est consacré à la reversion – et je dirais conversion ici, pour des raisons méthodologiques, et à l’explosion des récits de conversion que l’auteur interprète comme une sorte de formation identitaire postcoloniale ; des récits sont donnés in extenso, rappelant le volume édité par Juan Galvan, chef de la LADO, et les analyses complètent ce qui a été dit au début sur les raisons pour lesquelles les latinos quittent le catholicisme dans un pays où le marché religieux est fluide. Les chapitres 4 et 5 avec des pondérations différentes montrent les préjudices et triple binds dont souffrent les musulmans latinos, qui multiplient les marginalités et sont mal perçus par les médias. Parfois même les médias exaspèrent le conflit, notamment dans le cas d’un terroriste latino monté en épingle. Le dernier chapitre envisage la troisième vague, actuelle, avec des leaders (qui ne sont cependant pas religieux, l’auteur ne dit pas grand-chose du magistère) qui travaillent à l’unification et à la transmission, idéalement IslamInSpanish qui a eu très récemment son premier congrès de musulmans latinos.

3Le livre a l’immense intérêt de présenter un sujet méconnu, pourtant important. Il le fait cependant d’une manière un peu limitée, dans la mesure où il omet de traiter d'autres courants de l'islam, tels les Ahmadiya qui sont cités pour les années 1920 mais perdurent jusqu'aujourdhui, ou les différentes formes de soufisme et de conversions à l'islam chiite. Les courants qu'il étudie, et qu'il ne définit pas théologiquement, ni du point des autorités religieuses ou de leur financement, apparaissent ainsi à tort comme le tout de l'islam. Le livre permet cependant de connaître précisément l’autoreprésentation de ce groupe, et dans ce sens il est précieux. La focalisation sur le thème de l’identité, sans toutefois que ce soit abordée la question de savoir s’il y a une spécificité latino de l’islam, ne permet pas d’aborder les circulations transnationales des personnes et des biens symboliques. Sans doute n’était-ce pas le sujet, reste que l’on comprend mal pourquoi les latinos choisissent une religion (ou une identité ?) qui renforcerait leur stigmate et quels sont les mécanismes d’identification mis en œuvre. Une étude de quelques latinos sortis de l’islam permettrait de mettre en perspective les récits qui sont livrés ici sans analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Taussig, « Harold D. Morales, Latino and Muslim in America. Race, Religion and the Making of a New Minority », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 387-388.

Référence électronique

Sylvie Taussig, « Harold D. Morales, Latino and Muslim in America. Race, Religion and the Making of a New Minority », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49345

Haut de page

Auteur

Sylvie Taussig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals