Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Josaphat Moreau, Un moine dans les tranchées. Lettres de guerre (1914-1918)

Transcription, annotation et présentation par Armelle DutrucLe Coudray-Macouard, Éditions Saint-Léger, 2018, 512 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 388-389
Référence(s) :

François Josaphat Moreau, Un moine dans les tranchées. Lettres de guerre (1914-1918). Transcription, annotation et présentation par Armelle DutrucLe Coudray-Macouard, Éditions Saint-Léger, 2018, 512 p.

Texte intégral

1Un moine bénédictin, dans un monastère, Ligugé, dont la communauté est exilée en Belgique (Chevetogne) et qui se retrouve confronté à la mobilisation lors de la Première Guerre mondiale : Dom Moreau (1881-1944) n’est pas une exception, car chaque communauté, en l’occurrence bénédictine et française, connaît de nombreux exemples de ce type. Certains religieux y laisseront même la vie (dom Julien Puyade, moine de Belloc et résidant à Jérusalem, par exemple). Dom Moreau fait partie des vingt-six moines de la communauté mobilisés. Dès la fin août 1914, il occupe les fonctions d’aumônier bénévole-brancardier et, en février 1916, devient aumônier volontaire avant d’être affecté au service de santé de différentes unités de cavalerie et d’infanterie. Ce volume présente l’intégralité des lettres que le Père Moreau adresse à sa mère entre la fin du mois de juillet 1914 et le 17 août 1919, date à laquelle le religieux reste affecté au service de santé de la 10e armée stationnée en pays rhénan. Le Père Moreau, qui a obtenu un doctorat de droit canon à Rome en 1910 et a enseigné cette matière et la liturgie orientale au collège pontifical grec Saint-Athanase de Rome, a conscience, à travers ces lettres, d’écrire un journal ou un carnet de campagne. Cependant, c’est paradoxalement sa mère qui recopie l’ensemble des lettres sur des cahiers dans lesquels on trouve aussi des lettres écrites à ses frère et sœurs et des notes de guerre. Le dossier révèle donc à la fois le vécu du soldat moine, la relation avec sa mère, la volonté de transmettre une expérience douloureuse. La mère ne fait que réaliser le souhait clairement énoncé par le fils. La rupture de la guerre a de surcroît entrainé une rupture de la vie monastique en communauté, jusqu’en 1923 avant un retour dans la communauté de nouveau installée à Ligugé en 1924. Fort de son expérience militaire acquise au cœur de la guerre, il fonde avec l’accord de son supérieur, dom Gaugain, l’association « Droits du religieux ancien combattant » (DRAC). Il s’agit autant de reconnaître la place des religieux au cœur du conflit et de la défense contre d’éventuelles nouvelles expulsions. Dès lors, le Père Moreau ne semble séjourner qu’assez rarement à Ligugé, vit à Paris et consacre toute son énergie à ce projet tout en restant attaché à sa communauté et ce, jusqu’à sa mort.

2Malgré des périodes difficiles où se perçoit la tension entre la situation vécue et la vocation monastique, dom Moreau reste profondément attaché à son statut et à son identité monastique. Dès que l’occasion lui est donnée, il témoigne du maintien de relations avec d’autres religieux bénédictins de Ligugé ou de Sainte-Madeleine de Marseille (tous deux monastères de la congrégation de Solesmes), et avec son abbé, dom Gaugain, qu’il consulte à plusieurs reprises. Il affirme son attachement à l’habit monastique, à la liturgie (l’évocation du souvenir des belles cérémonies de Ligugé à l’occasion de la saint Placide, 5 octobre 1917) et à une certaine vigueur spirituelle. Il peut ainsi exprimer l’importance de Ligugé et de son saint patron Martin de Tours qu’il considère comme son père spirituel. Rester moine au cœur du conflit est parfois difficile. Il regrette « ce manque de vie surnaturelle », est heureux de pouvoir, à l’occasion d’une cure à Bourbonne-les-Bains, accomplir une véritable retraite spirituelle (septembre 1917) au terme de laquelle il espère rejoindre en convalescence Poitiers et y retrouver son abbé à l’occasion de la saint Martin, le 11 novembre. Dom Moreau est attentif à son rôle de brancardier et d’aumônier, déplorant le manque d’assistance aux offices de certains ou au contraire se réjouissant de la forte affluence à telle ou telle cérémonie. Son attention aux blessés est particulièrement vive tout comme le soin qu’il apporte à l’inhumation des morts. Sur ce point, on perçoit néanmoins une certaine « habitude » qui s’instaure au fil des mois de guerre, face à l’horreur. De la même façon, Dom Moreau, s’il critique plus ou moins clairement certains gradés, en particulier pour leur anticléricalisme, manifeste beaucoup de proximité avec d’autres militaires et avec ses confrères ecclésiastiques rencontrés sur le front. À eux, comme à de nombreux soldats, il distribue volontiers deux de ses écrits dont il suit avec attention la publication et la diffusion au cœur de la guerre, demandant à sa mère de prendre le relais si nécessaire : il s’agit de La prière du soldat français et catholique (Beauchesne, 1916) et des Forces morales du soldat chrétien (Lethielleux, 1917), ouvrages auxquels on peut ajouter le calendrier des frères d’armes qu’il distribue par centaines. De la même façon, il lui arrive, surtout dans les derniers mois de la guerre, d’aider le curé de la paroisse la plus proche, y compris en faisant le catéchisme aux enfants. Cette attention à l’humain, au cœur de la guerre, le conduit aussi à envisager la publication d’un ouvrage de méditations à partir de témoignages de soldats décédés, projet non abouti. Il aime indiquer à sa mère le nom de tel ou tel soldat dont elle pourrait connaître d’autres membres de la famille. Il se montre curieux et ouvert, en particulier à la rencontre de soldats malgaches, américains (« un peuple d’enfants, mais d’une grande générosité ») et africains (en particulier un soldat anglais d’origine guinéenne). Il relève avec plaisir et satisfaction les marques de conversion ou de piété de tel ou tel soldat, en particulier blessé. En outre, la lecture de ce corpus est facilitée par la richesse de l’annotation et la présence d’annexes bio-bibliographiques permettant de contextualiser ces quatre années dans la vie du religieux, mais aussi de relever, à défaut d’un index qui aurait été particulièrement volumineux, l’ensemble des hommes et des femmes rencontrés, civils, militaires, ecclésiastiques ou religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « François Josaphat Moreau, Un moine dans les tranchées. Lettres de guerre (1914-1918) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 388-389.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « François Josaphat Moreau, Un moine dans les tranchées. Lettres de guerre (1914-1918) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49357

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals