Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Yves Moy (dir.), Aumônier à Verdun. Journal de guerre et lettres du père Anizan

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 195 p.
Benjamin Fabre
p. 391-392
Référence(s) :

Jean-Yves Moy (dir.), Aumônier à Verdun. Journal de guerre et lettres du père Anizan. Préface de Pierre Tritz, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 195 p.

Texte intégral

1En consacrant un ouvrage aux lettres et au journal de guerre de l’aumônier militaire Émile Anizan, Jean-Yves Moy effectue une démarche doublement édifiante, en ceci d’abord que l’activité de ce prêtre à Verdun en 1914 est un bel exemple de dévouement et même de civisme ; mais aussi ironiquement édifiante en ce que ces documents témoignent du courant pénitentiel et un peu archaïque qui pouvait alors traverser une conscience catholique.

2L’abbé Anizan est né dans le Loiret en 1853. Remarqué par Mgr Dupanloup, il est envoyé étudier au séminaire de Saint-Sulpice ; il rejoint en 1886 les Frères de Saint-Vincent-de-Paul, il y développe « une large action missionnaire en direction des pauvres et des ouvriers », nous dit J.-Y. Moy. Il remplit dans sa congrégation d’importantes fonctions, remplaçant fréquemment le supérieur général de santé fragile, élu finalement lui-même supérieur en 1907. Sa participation au mouvement ouvrier catholique le met en conflit avec les tendances intégristes de son institution, et il est destitué en 1914 par un décret du pape Pie X. Vivement blessé par cette décision, l’abbé Anizan devient en août 1914 aumônier militaire dans le camp de Verdun. Il souhaite « remplir au milieu de tant de fatigues, de souffrances et de peines, soit auprès de nos soldats, soit auprès des populations en deuil, le rôle de la Charité qui est ma vocation ». Évidemment, les nombreuses difficultés qui rendaient sa situation « intenable » sont à l’arrière-plan de cette nouvelle orientation.

3« Ma vie, écrit-il, se passe alors dans les cantonnements, les forts, et aux avant-postes. Je prêche, je cause, je confesse, je remonte, je marche, je prie, je passe sous les obus, j’administre, j’enterre, je tâche en un mot de faire l’Œuvre de charité au milieu des œuvres de haine et de sang. » Très proche des soldats, il vit avec eux, partage leurs peines, « assis sur l’herbe », il en confesse beaucoup : la confession semble être pour lui un souci constant. L’abbé ne rencontre pas d’hostilité, mais il se heurte souvent à de l’indifférence. « Quand le danger est proche, bon nombre de soldats se rapprochent, mais quand le danger diminue, on sent vite le fléchissement. Qu’il faut prier ! »

4Le père Anizan, qui a vécu de près les combats de l’Église et de l’État autour de la laïcité, est fermement convaincu d’une chose : la France a mérité les épreuves qu’elle traverse. « Hélas, écrit-il le 3 octobre 1914, notre pauvre France méritait un châtiment, elle se montre depuis plus de trente ans si infidèle à sa mission ! Quelle expiation que tout ce sang versé, ces angoisses universelles, ces incendies et ces ruines ! Mais je crois que Dieu nous relèvera en raison du bien qu’elle renferme encore. » Comme les villes de l’Ancien Testament, les justes, et parmi eux les courageux soldats qui l’entourent, sauveront finalement le pays… Mais il arrive au père Anizan d’en douter : « Je suis moins convaincu que la France profitera de l’épreuve pour réparer le mal qui a été fait en elle. La masse comprendra-t-elle ? [...] La guerre ne suffira certainement pas à remettre sur pied le moral de la France. Elle prépare le terrain certainement, mais il faudra autre chose, une intervention divine que nous ne connaissons pas. » Les alliés de la France ne l’aideront pas : « Je ne peux m’empêcher de trembler en pensant aux expiations que mérite aussi l’Italie qui se lève près de nous. » L’abbé cherche à procurer aux soldats des livres utiles, propres à redresser leurs esprits faussés par le laïcisme ambiant. Il demande qu’on lui envoie des ouvrages recommandés par l’abbé Bethléem, ce redoutable censeur catholique. Il voudrait recevoir un livre de Paul Acker, qui relate « la conversion d’un soldat socialiste et antimilitariste. Ce serait très bon pour quelques-uns d’ici ». « Comment tant de mal se changera-t-il en bien ? » Ce thème de l’épreuve condense au mieux la pensée de l’abbé. La guerre est une épreuve, il y a quelque chose de providentiel dans le mal même. On pourrait penser que l’épreuve infligée à cette France impie serait encore plus probante si elle était suivie d’une défaite bien méritée… L’abbé ne va pas jusque-là. Patriote, il souhaite la victoire de ce pays qui est le sien. Mais, cependant, la fin de la guerre, qu’il souhaite, est envisagée par lui comme la fin des malheurs qu’elle engendre plutôt que comme une victoire qu’il n’évoque pas souvent. La guerre, pour lui, se terminera cependant sans aucune illusion : « Avons-nous à attendre quelque chose de la fin de la guerre ? Je ne vois pas en quoi elle changera les idées », écrit-il en janvier 1916. Au moins faut-il en attendant témoigner de quelques vertus : « Il est certain que plus tard on se souviendra de la guerre et on ne manquera pas de dire que les prêtres étaient de bons vivants : ils se sont trop montrés semblables aux officiers. D’autant que ceux-ci vivent vraiment bien », remarque critique assez étonnante chez cet homme plutôt respectueux. Respectueux aussi de l’ennemi qu’il ne traite jamais de « boche », mais trouve cependant féroce comme un tigre…

5Le père Anizan devait, en 1916, revenir à Paris y reprendre son apostolat, dans un climat un peu amélioré grâce à Benoît XV et au cardinal Amette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Fabre, « Jean-Yves Moy (dir.), Aumônier à Verdun. Journal de guerre et lettres du père Anizan », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 391-392.

Référence électronique

Benjamin Fabre, « Jean-Yves Moy (dir.), Aumônier à Verdun. Journal de guerre et lettres du père Anizan », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49387

Haut de page

Auteur

Benjamin Fabre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals