Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Ostenc, L’educazione in Francia (1870-1968)

Lecce, PensaMultimedia Editore, 2017, 292 p.
Frédéric Le Moal
p. 392-393
Référence(s) :

Michel Ostenc, L’educazione in Francia (1870-1968), Lecce, PensaMultimedia Editore, 2017, 292 p.

Texte intégral

1L’école est, depuis la Révolution française, l’un des champs de bataille sur lequel n’ont cessé de s’affronter les deux France, celle de la République laïque et celle du catholicisme. Sans doute leur principal champ de bataille. À moins d’être naïf ou de mauvaise foi, personne ne peut prétendre que l’éducation dispensée par un État soit neutre. Celle de la République française ne le fut jamais, et ce d’autant plus que le régime s’en servit comme du principal instrument pour réaliser une œuvre qui n’allait pas de soi : la républicanisation des Français.

2Cette réalité constitue le fil d’Ariane de l’étude de Michel Ostenc consacrée à l’histoire de l’éducation en France de 1870 à 1968. Deux dates clés, on s’en doute. La première correspondant à la fondation de la IIIe République, la seconde à la révolution culturelle qui allait transformer la société française en profondeur. Bien sûr, le véritable point de départ de l’œuvre éducative des républicains reste les lois auxquelles Jules Ferry laissa son nom. Mais ce ministre incarne au-delà de sa personne un projet idéologique, celui des républicains nourris de protestantisme, de kantisme, mais aussi des théories évolutionnistes de Spencer et de Darwin, positivistes de Comte, naturalistes de Taine et de Renan. C’est en son nom et pour sa réalisation que le combat fut lancé contre la présence forte, mais déjà non exclusive, de l’Église catholique.

3Comme l’explique fort bien Michel Ostenc, le régime républicain engagea une véritable guerre religieuse contre les congrégations religieuses d’enseignement. Rien qu’à l’époque de Ferry, 261 couvents furent fermés et 5 643 religieux expulsés. À l’intérieur de l’école « sans Dieu » comme l’appelaient les catholiques, rien ne fut laissé au hasard : instruction, éducation morale, hygiénisme, gymnastique, car il s’agissait de faire des Français des républicains. Le peuple français devait donc être à l’image de la République : un et indivisible. Ce point, très bien soulevé par l’auteur, a entraîné une répression linguistique contre les dialectes qui anéantit des pans entiers de cultures locales et régionales. L’enseignement supérieur à travers les grandes écoles – ce modèle si spécifiquement français – fournissait au régime ses élites. Certes, il entrait lui aussi en concurrence avec l’enseignement supérieur catholique. Mais ce dernier souffrait de la perte de ses statuts universitaires tandis que soufflait déjà sur lui un vent moderniste qui ne ferait que s’accentuer.

4Avec Émile Combes, l’enseignement religieux subit des attaques extrêmement violentes. Un conflit dans lequel la franc-maçonnerie apporta un concours capital. La laïcité, déjà anticatholique, prenait l’aspect d’un laïcisme militant désirant expulser le catholicisme des consciences. La guerre scolaire s’insinua jusque dans le choix des manuels et Michel Ostenc remarque avec pertinence que la géographie des heurts sur cette question correspond à celle de la querelle des inventaires. La tendance à l'apaisement politico-religieux déjà perceptible avant la Grande Guerre prit toute son ampleur dans l’entre-deux-guerres. Le conflit laissait la place à un enseignement à deux têtes. En fin de compte, écrit l’auteur, la iiie République laissa un réel héritage : un enseignement primaire de qualité et un enseignement secondaire gratuit, stimulé par sa compétition avec l’école catholique, jouant un rôle d’ascenseur social indéniable et d’unificateur national favorisant l’intégration des immigrés.

5Après 1945, les deux écoles se dressèrent de nouveau l’une contre l’autre, mais trouvèrent finalement un terrain d’entente avec les fameux accords Debré. L’enseignement public connut une profonde réforme avec la création des CES (collèges d'enseignement secondaire) en 1963 avec leurs quatre filières, dont celle des Collèges d’Enseignement Général sur lesquels Michel Ostenc porte un regard assez critique. De même, il met l’accent sur l’une des failles de l’éducation publique en France et dont on ne dira jamais assez en effet combien elle pèse encore de nos jours sur l’école : la faiblesse de l’enseignement technique alors que celui-ci aurait pu être une réponse à l’augmentation continue des effectifs scolaires. Mais déjà veillaient les grands esprits socio-pédagogiques exigeant l’enseignement général pour tous. Le pouvoir politique suivit cette tendance « pour ne pas heurter l’amour-propre des familles pleines de préjugés qui associaient une formation uniquement intellectuelle à l’affirmation sociale de leurs fils. ».

6Le livre s’achève sur une analyse de la crise de l’éducation en France dont les racines se trouveraient, selon l’auteur, dans les années 1960 et leur idéal hédoniste, dans la crise de la famille déchue de son rôle éducatif, dans l’effacement du père, dans la disparition des rites initiatiques et dans le triomphe des utopies égalitaristes.

7En fin de compte, cette étude fort bien documentée permet de bien saisir à quel point la confrontation avec l’Église catholique a été structurelle et matricielle pour le système républicain qui investit le domaine éducatif pour y faire triompher ses idéaux. L’enseignement public apporta à la République ce qui lui manquait à ses débuts : l’adhésion massive des Français. Mais ce fut au prix d’une lutte contre la liberté religieuse, d’une homogénéisation culturelle et d’une rupture avec le passé pré-républicain. On ne peut donc s’empêcher de s’interroger sur la nature non pas totalitaire bien sûr, mais totalisante de la République française qui a fait de l’école un instrument politique à son service.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Le Moal, « Michel Ostenc, L’educazione in Francia (1870-1968) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 392-393.

Référence électronique

Frédéric Le Moal, « Michel Ostenc, L’educazione in Francia (1870-1968) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49399

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals