Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maria Paiano, La preghiera e la Grande Guerra. Benedetto XV e la nazionalizzazione del culto in Italia

Pisa, Pacini, 2017, 311 p.
Giovanni Cavagnini
p. 393-394
Référence(s) :

Maria Paiano, La preghiera e la Grande Guerra. Benedetto XV e la nazionalizzazione del culto in Italia, Pisa, Pacini, 2017, 311 p.

Texte intégral

1À partir des années 1990, l’historiographie internationale de la Grande Guerre s’est intéressée de façon plus attentive à la dimension religieuse du conflit, soulignant l’apport décisif des différentes confessions et communautés religieuses à la résistance des civils et des militaires aux souffrances et aux deuils de la guerre industrielle.

2La bibliographie scientifique s’est enrichie de façon considérable pendant le long centenaire du conflit (2014-2018), qui a offert l’occasion de publier des actes de colloques, des recueils de sources et des monographies (voir à ce propos les notes bibliographiques de Xavier Boniface parues dans la Revue d’Histoire de l’Église de France). Parmi les travaux les plus originaux, il y a le beau livre que Maria Antonia Paiano – maître de conférences à l’Université de Florence et spécialiste de l’histoire du catholicisme à l’âge contemporain – a récemment consacré à un sujet jusqu’ici plutôt négligé par l’historiographie : la prière catholique pendant la guerre.

3En considération de la complexité du problème, l’auteure choisit de se focaliser sur le cas italien, analysant « la dialectique entre le Pape et les catholiques italiens concernant les formes et les contenus de la prière liée à la guerre » (p. 5). Pour ce faire, Paiano divise son travail en quatre chapitres chronologiques : le premier explicite les prémisses du discours pendant les pontificats de Léon XIII (1878-1903) et de Pie X (1903-1914) ; le deuxième chapitre analyse la première année de guerre, pendant la majeure partie de laquelle le Royaume d’Italie demeura neutre (1914-1915) ; le troisième chapitre se focalise sur la deuxième année de guerre (1915-1916) ; le quatrième chapitre, enfin, a pour objet les deux dernières années de guerre (1916-1918).

4S’appuyant sur des sources imprimées ainsi que sur des sources d’archives – notamment la très riche presse dévotionnelle et les nombreux papiers conservés aux Archives secrètes du Vatican – l’auteure dresse un tableau très précis de la situation italienne. En particulier, elle met l’accent sur l’attitude assez ambiguë du pape Benoît XV qui, quoiqu’hostile à la nationalisation de la foi, n’interdit jamais au clergé et au laïcat d’obéir aux autorités politiques et militaires ni de soutenir (de façon modérée) la cause nationale (p. 232). Les difficultés rencontrées par le Pontife, déterminé d’une part à garder le caractère universel du culte catholique et de l’autre à éviter tout risque de schisme entre Rome et les différentes Églises nationales, s’accentuèrent après la bataille de Caporetto (octobre 1917), la plus grave défaite militaire du jeune Royaume d’Italie. Les soldats autrichiens et allemands envahirent le nord-est de la péninsule jusqu’au fleuve Piave, causant un sursaut patriotique parmi tous les groupes religieux et politiques, y compris les catholiques. La nouvelle situation militaire eut des conséquences immédiates même sur le plan du culte – ce que le Saint-Siège toléra pour ne pas compromettre le but fondamental de son action diplomatique : la reprise des relations diplomatiques officielles avec le Royaume d’Italie, jugée indispensable en vue du retour de la société aux valeurs chrétiennes.

5En général, le livre de Maria Paiano apparaît comme exemplaire, en considération de la connaissance minutieuse de la bibliographie scientifique ainsi que du regard lucide porté sur les sources, dont l’auteure ne sous-estime jamais les contenus ni les implications. Compte tenu des résultats positifs, on ne peut que souhaiter la continuation de cette recherche sur la prière et la Grande Guerre, afin de mieux comprendre certains éléments qui, laissés au second plan par Paiano, mériteraient pourtant une attention spécifique : pensons par exemple à l’iconographie (images pieuses, ex-voto, etc.) ; aux cas d’autres pays où l’Église catholique jouait un rôle crucial dans la vie politique et sociale ; aux particularités de la prière des femmes et des enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Cavagnini, « Maria Paiano, La preghiera e la Grande Guerra. Benedetto XV e la nazionalizzazione del culto in Italia », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 393-394.

Référence électronique

Giovanni Cavagnini, « Maria Paiano, La preghiera e la Grande Guerra. Benedetto XV e la nazionalizzazione del culto in Italia », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49417

Haut de page

Auteur

Giovanni Cavagnini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals