Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élisabeth Parmentier, Pierrette Daviau, Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes

Genève, Labor et Fides, 2018, 287 p.
Valérie Nicolet
p. 394-396
Référence(s) :

Élisabeth Parmentier, Pierrette Daviau, Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes, Genève, Labor et Fides, 2018, 287 p.

Texte intégral

1Dans le monde académique francophone, il était temps de donner une visibilité aux femmes qui commentent la Bible. Souvent, les femmes restent minorisées au sein de conférences ou d’anthologies, dominées par les hommes. Une Bible des femmes rend audible les voix de théologiennes et d’exégètes francophones, et cette prise de parole est nécessaire et salutaire aujourd’hui. Ce projet témoigne également d’un beau travail communautaire et collaboratif, une initiative encore trop rare dans le monde universitaire contemporain.

2Une Bible des femmes se présente comme un commentaire au féminin des textes sacrés. L’entreprise réunit vingt théologiennes catholiques et protestantes francophones venues d’Europe, d’Afrique et du Québec. Elle vise notamment à croiser les récits bibliques avec « la vie quotidienne et les soucis existentiels des femmes au xxie siècle » (p. 9). Néanmoins, ce genre hybride peut déstabiliser la lectrice ou le lecteur, qui fait face à des perspectives sur le texte biblique se réclamant de statuts différents. Cette diversité reflète les nombreuses manières d’interpréter les textes bibliques, mais elle montre également la difficulté qu’il y a à tenir de front les différentes interprétations.

3L’ouvrage est divisé en treize chapitres. Dans le premier chapitre, Pierrette Daviau et Diane R. Marleau s’intéressent aux « Visages féminins de Dieu » et proposent de s’arrêter sur le vocabulaire féminin rattaché à Dieu dans la Bible hébraïque, ce qui va de pair avec l’exploration de certains textes sapientiaux. Elles complètent ce chapitre par un retour sur la façon dont plusieurs femmes mystiques ont prié Dieu au féminin, ce qui fournit un rappel important qu’il existe une autre généalogie de la théologie que celle, masculine, reconstruite habituellement.

4Le deuxième chapitre, celui de Hanna Woodhead (« Cachez ce corps que je ne saurais voir »), revient sur deux textes problématiques : 1 Tim 2,8-10 et 1 P 3,1-4. Woodhead analyse ces textes en se concentrant sur la corporéité féminine, dont elle souligne le pouvoir. Dans une des contributions les plus novatrices et stimulantes du volume, la théologienne revient sur la pudeur et souligne combien elle a été utilisée pour faire disparaître le corps des femmes. Pourtant, elle montre également comment les femmes, dans les textes du Nouveau Testament, utilisent le potentiel de résistance qui s’inscrit dans le corps. À partir de là, la pudeur peut être retravaillée comme un outil subversif, qui permet d’affirmer le contrôle de son propre corps, face au regard de l’autre. Woodhead conclut en affirmant la valeur théologique retrouvée du vêtement et lit 1 Tim et 1 P de façon queer.

5Catherine Vialle, dans le troisième chapitre, s’intéresse aux femmes fatales qui peuplent la Bible. Si Vialle démonte bien les mécanismes de la construction de cette figure, il reste qu’elle établit une distinction problématique entre les femmes fatales qui agissent pour leur propre plaisir (en particulier la femme de Potiphar, que Vialle condamne explicitement [p. 67]) et celles, comme Judith et Yaël, qui agissent « pour le salut d’Israël » (p. 69). Cette distinction ne prend pas au sérieux le fait que les femmes fatales des écrits bibliques sont des personnages littéraires créés par des hommes pour des hommes, et qu’elles remplissent premièrement un rôle narratif et rhétorique. Si la femme de Potiphar, et Salomé également, sont diffamées par les textes bibliques, c’est d’abord parce qu’elles représentent l’Autre. En les condamnant d’emblée, nous normalisons les jugements que les auteurs mâles cherchent à produire. Il aurait été utile, comme c’est d’ailleurs esquissé pour Dalila (p. 69), d’analyser comment ces personnages de « méchantes » auraient été évalués dans d’autres contextes.

6Dans « Marthes débordées et Maries silencieuses », Élisabeth Parmentier et Sabine Schober reviennent sur l’interaction de Marthe et Marie dans Lc 10, 38-42. Elles proposent une lecture apologétique du passage pour indiquer que Jésus, loin de condamner Marthe, place les « deux femmes en situation de vraie responsabilité » (p. 81) et leur propose un choix. Les deux peuvent être des disciples à part entière. L’analyse de Chen Bergot et de Lauriane Savoy offre un prolongement de l’exploration de femmes « médiatrices entre divins et humains ». Dans leur chapitre, les auteures montrent avec finesse comment certaines femmes (Débora, Houlda, Marie de Magdala) sont présentées avec l’autorité de prophétiser ou d’enseigner. Leur analyse valorise des personnages féminins souvent négligés par la recherche. Elles sont particulièrement attentives à montrer la continuité entre l’Ancien et le Nouveau Testament quand il s’agit d’analyser l’autorité des femmes, et évitent l’écueil (sur lequel je reviendrai) qui consiste à opposer l’attitude soi-disant positive de Jésus vis-à-vis des femmes et la soi-disant misogynie de l’Ancien Testament.

7Isabelle Lemelin, dans le chapitre intitulé « Le courage des femmes », présente la mère des martyres mentionnée dans le 2ème livre des Maccabées, et analyse sa virilité, qui construit une notion de courage non pas concentrée sur la colère destructrice, mais sur une colère qui permet la prise de contrôle. Les deux chapitres suivants, celui de Pierrette Daviau et de Lauren Michelle Levesque, d’une part, et celui de Priscille Djomhoué, se focalisent sur des processus d’exclusion et d’inclusion. Daviau et Levesque proposent de reprendre les trois femmes étrangères de la descendance de Jésus (Tamar, Rahab et Ruth) pour éclairer les situations contemporaines de femmes immigrantes au Canada aujourd’hui. La lecture des histoires des trois femmes reflète certains présupposés éthiques qu’il aurait été utile d’expliciter, en particulier concernant la moralité des personnages. Par exemple, Rahab est présentée comme modèle de foi, bien qu’elle soit une prostituée (p. 144). Il aurait pu être intéressant de ne pas associer prostitution et sensualité avec des actions moralement répréhensibles, et de lire les textes sans y insérer un jugement de valeur implicite. Djomhoué revient sur la violence contenue dans les mises à l’écart, en utilisant le récit de la femme hémorroïsse dans Mc 5, 25-34 et la façon dont la transgression de Jésus permet une libération.

8Bettina Schaller revient sur les codes domestiques d’Éphésiens (5, 21-33) et insiste sur l’importance de lire les rapports inégalitaires à la lumière de la notion de subordination mutuelle. Elle milite pour une prise de conscience de la différence sans jugement de valeur. Fidèle Houssou Gandonou et Joan Charras-Sancho partent des mots-clics liés au mouvement #metoo pour réfléchir à leur activité de femmes missionnaires dans des contextes où les femmes pasteures ne sont pas toujours bien accueillies. « La beauté des femmes bibliques », le chapitre de Anne Létourneau, revient sur la mention de la beauté de certains personnages bibliques féminins pour montrer comment elle peut fonctionner comme privilège, mais aussi comme risque. Elle invite à trouver également des espaces de résistance dans la beauté.

9Dans « Une stérilité féconde », quatre auteures abordent la question des procédés médicaux de lutte contre l’infertilité (la PMA et la GPA). Sans condamner explicitement les mesures médicales contre l’infertilité, elles invitent à donner d’abord un sens à la vie à travers l’incarnation qui permet « d’habiter pleinement son propre corps » (p. 247). Le dernier chapitre, celui de Anne-Cathy Graber et de Blandine Lagrut, donne une voix à Marie, la mère de Jésus, et offre un parcours interprétatif de la maternité.

10On voit dans ce parcours toute la richesse d’un volume divers. Mais l’ouvrage présente cependant deux difficultés majeures. D’une part, son orientation délibérément apologétique : il s’agit de montrer comment les textes bibliques, et la figure de Jésus en particulier, restent des ressources pour le combat féministe et présentent des points de vue libérateurs. Une telle orientation conduit à minimiser certains aspects problématiques : dans l’analyse du récit de Bethsabée par exemple (p. 65), David est présenté comme « séducteur » alors qu’il viole probablement Bethsabée et il est indiqué que l’enfant de Bethsabée meurt, alors que c’est Dieu qui décide de sa mort. Il me semblerait nécessaire d’au moins envisager la possibilité que la Bible fonctionne comme un outil du patriarcat et puisse ne pas être sauvée.

11D’autre part, cette orientation apologétique va souvent de pair avec une reconstruction de la figure de Jésus comme norme positive, inconsciemment opposée à l’Ancien Testament, qui serait misogyne. C’est d’autant plus dommage que Bergot et Savoy remettent en question la distinction entre un judaïsme patriarcal et un christianisme libérateur (p. 114). Cette opposition est cependant réinscrite par Daviau et Levesque (p. 147 : « Dans l’Ancien Testament, Israël… Jésus va plus loin »), mais aussi dans le chapitre sur la stérilité (p. 229 : « Avec Jésus, un nouvel horizon » par exemple).

12Néanmoins, le volume est bienvenu et digne d’intérêt sous plusieurs aspects. Il s’inscrit dans le contexte d’une critique d’un système patriarcal, néfaste pour les femmes et pour les hommes, et livre une traduction française de notions clés de la critique féministe anglophone (mansplaining, empowerment). Il présente un exemple réussi d’un ouvrage qui fait l’effort du langage inclusif et montre qu’il n’est pas difficile d’écrire en français d’une manière qui fasse une part plus large aux femmes. Finalement, il propose des éclairages nouveaux sur certains textes bibliques (par exemple la lecture de 1 Tim 2, 15 par Graber et Lagrut).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Nicolet, « Élisabeth Parmentier, Pierrette Daviau, Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 394-396.

Référence électronique

Valérie Nicolet, « Élisabeth Parmentier, Pierrette Daviau, Lauriane Savoy (dir.), Une Bible des femmes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49429

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals