Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernadette Rigal-Cellard, Les Douze Tribus. La communauté messianique de Sus en France

Louvain-La-Neuve, EME, 2019, 125 p.
Régis Dericquebourg
p. 399-400
Référence(s) :

Bernadette Rigal-Cellard, Les Douze Tribus. La communauté messianique de Sus en France, Louvain-La-Neuve, EME, 2019, 125 p.

Texte intégral

1Bernadette Rigal-Cellard dont nous avons déjà recensé le livre sur l’Église des Saints des Derniers jours (La religion des Mormons, Paris, 2012) dans les Archives de sciences sociales des religions, livre cette fois une présentation de la communauté des Douze Tribus à travers une observation participante dans plusieurs communautés, dont celle de Sus (département des Pyrénées-Atlantique). Ce groupe religieux minoritaire est peu connu. Seuls quelques articles de presse lui ont été consacrés à cause d’une suspicion de châtiments corporels infligés par les membres à leurs enfants conformément à une interprétation biblique qu’ils revendiquent.

2Dans son livre, l’autrice adopte le plan des encyclopédies en ligne : histoire, principes théologiques, rites et cérémonies, organisation sociale, rapport avec la société environnante (marqué par des problèmes juridiques). Elle y ajoute un rapport d’enquête par entretiens réalisé dans les communautés de Sus, d’Irun, de Klosterzimmer (Bavière) et de Savannah dans l’Etat de Géorgie. D’une manière générale, le livre est émaillé de constatations issues d’une observation participante faite entre 2014 et 2019, alors que les contacts de l’auteur avec les Douze tribus ont duré dix ans. L’autrice n’a pas rencontré d’apostats.

3Dans le livre, les Douze Tribus apparaissent comme une différenciation du christianisme de type chrétien fondamentaliste née dans la mouvance Jesus people de la culture hippie des années 1960-1970, notamment des « communes » dont les communautés actuelles sont les héritières. Il s’agit d’un mouvement millénariste fondé par Elbert Eugen Spriggs (qui a pris le pseudonyme de Yoneq) qui pratique un retrait relatif du monde dans des communautés utopiques pour adoucir les conditions de vie de la fin des temps. Les fidèles prétendent retourner aux sources du judaïsme (comme les Karaïtes qui rejettent la loi orale et les interprétation rabbiniques pour s’en tenir à la Thora pure : la mikra) et au christianisme primitif. Ce « retour aux sources » marque une volonté de revenir à une spiritualité qui n’aurait pas été déformée par les Églises institutionnelles. Ainsi, ils se divisent en tribus qui prennent les noms des tribus hébraïques (Gad, Asher, Judah, Naphtali…) et l’autrice rappelle aussi, en se référant à Maffesoli (Le temps des tribus, Paris, 2000), qu’il s’agit d’un mode de sociabilité en vogue dans la société dite « post-moderne ».

4La tribu française s’est installée à Sus en 1983 à la suite d’une rencontre. La propriétaire espagnole d’un hôtel où des membres de la communauté avaient travaillé durant le périple qui les avait conduits en Espagne possédait un château à Sus. Elle le leur a prêté et ils s’y sont installés, l’ont rénové et ont cultivé des terres attenantes. Sus étant sur le chemin de Compostelle, la communauté est visitée par des pèlerins qui viennent s’y ravitailler. Ainsi, certains membres de la communauté sont des pèlerins convertis à la suite de cette rencontre. Les Douze Tribus ont eu plusieurs noms : the Lighthouse, The North East Kingdom community. Aux États-Unis, le mouvement est enregistré sous le nom de THE Apostolic Order (THE = Therapeutic Healing Environment). En France, il a été nommé Tabitah’s place, du nom du château où s’est installée la communauté.

5L’autrice décrit le calendrier festif de la communauté. Il est fortement inspiré par l’Ancien Testament. Les fidèles sont sabbatistes. Comme les Témoins de Jéhovah, ils alignent la date de la Pâque sur le calendrier hébraïque (le 14 du mois de Nizan). Ils célèbrent la fête des pains sans levain, la fête des trompettes (Yom Terruah). Ils commémorent Yom Kippour, la fête des huiles, Souccot (fête des cabanes) ainsi que les fêtes du calendrier chrétien protestant : la cène et la Pentecôte. Ils célèbrent les mariages religieux et la dédicace des nouveau-nés (présentation au temple) dans laquelle les parents dévoilent le prénom (hébreu) de l’enfant et son sens (Proverbe 22 : 6). Les garçons sont circoncis à leur huitième jour. Les jeunes gens sont baptisés par immersion complète dans le gave d’Oloron, à la Bar Mitsva et à la Bat Mitsva entre 13 et 16 ans, s’ils le veulent. Le rite funéraire est en cours d’élaboration. La vie religieuse quotidienne consiste en deux services. Le matin et le soir, les fidèles sont appelés par un coup de shofar à une réunion de partage (mincha) et de prière collective. Pendant le sabbat, il y a des chants et des danses d’inspiration israélienne.

6Du point de vue idéologique, les membres des Douze Tribus peuvent être considérés comme conservateurs. Ils condamnent l’homosexualité (considérée comme une perversion), ils sont favorables à la peine de mort (aux États-Unis, puisqu’elle est abolie en Europe). Ils acceptent les châtiments corporels pour les enfants en se basant sur Samuel 7 : 14 et Proverbes 28 : 18. Ils respectent l’autorité publique. Toutefois, ils affirment l’égalité entre les hommes et les femmes.

7Le financement de la communauté est assuré par la vente de produits qu’ils cultivent et de pains d’épeautre sur les marchés environnants et à la ferme sur le modèle de l’artisanat monastique. D’ailleurs, ils ont adopté le statut de congrégation monastique depuis 2013. Ils fabriquent des meubles de jardin et ils posent des panneaux solaires, mais leur mode de vie est surtout agraire. Conformément aux prescriptions bibliques, ils laissent leurs terrains en jachère un an tous les sept ans.

8La vie de la communauté a été marquée par de longs conflits juridiques et par la descente de deux cents gendarmes dans le cadre de l’enquête parlementaire sur les sectes. Après une visite de la communauté, le politicien conservateur Georges Fenech a regretté que les enfants ne connaissent pas le chanteur de variété Johnny Halliday, qui lui-même, en retour, ne devait sûrement pas connaître les Douze Tribus. La communauté a subi de lourds redressements fiscaux dans lesquels certains ont vu l’usage de l’arme fiscale contre les non-conformismes religieux. De fait, les sanctions corporelles infligées aux enfants demeurent un point de litige avec la société.

9Les enfants sont instruits dans la communauté pour le niveau primaire (la loi actuelle sur l’instruction n’autorise pas l’instruction secondaire à domicile). Les jeunes gens peuvent quitter la communauté à l’âge de 16 ans s’ils le souhaitent.

10En ce qui concerne la vie communautaire, les familles se répartissent en maisonnées (appartements privés) pour établir un équilibre entre vie privée et vie collective sur le modèle des béguinages flamands et des phalanstères de Godin. On pense aussi aux communautés amish, où chaque famille a sa maison. Bernadette Rigal-Cellard complète sa présentation par les résultats d’une enquête de type « récit de vie » réalisée auprès de membres de la communauté. Elle a demandé à 15 fidèles de raconter leur parcours avant et pendant la vie communautaire et de répondre à quelques questions. Se dessine ainsi un portrait des fidèles. Nous renvoyons à la lecture du livre pour le découvrir.

11Notre recension donne un aperçu de ce non-conformisme religieux que l’auteur compare aux Mormons pour la référence aux tribus d’Israël et aux Amish pour la révélation du vrai nom de Dieu (mais on sait aussi que les Témoins de Jéhovah pensent avoir découvert le vrai nom de dieu). Le livre est bien écrit, pédagogique, il fera partie d’une bibliothèque sur les religions. Il intéressera aussi les chercheurs sur les différenciations du christianisme et sur les modes de vie alternatifs. Nous saluons les éditions E.M.E. d’avoir publié un livre objectif sur un mouvement controversé par les autorités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Dericquebourg, « Bernadette Rigal-Cellard, Les Douze Tribus. La communauté messianique de Sus en France », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 399-400.

Référence électronique

Régis Dericquebourg, « Bernadette Rigal-Cellard, Les Douze Tribus. La communauté messianique de Sus en France », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49489

Haut de page

Auteur

Régis Dericquebourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals