Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier du Roy, Moines aujourd’hui ? Retour sur un projet interrompu de réforme monastique

Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire de vie et formation », 2018, 135 p.
Alain Rauwel
p. 400-401
Référence(s) :

Olivier du Roy, Moines aujourd’hui ? Retour sur un projet interrompu de réforme monastique, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire de vie et formation », 2018, 135 p.

Texte intégral

1Ce petit livre discret pourrait passer inaperçu, et pourtant il est de toute première importance pour documenter les crises contemporaines du catholicisme. Le laïc marié, père et grand-père, qui le signe fut en effet, dans une vie antérieure, l’abbé de l’impressionnant monastère belge de Maredsous, l’une de ces « citadelles de Chrétienté » dont ne fut pas avare le xixe siècle néo-monastique. Débarqué par les autorités de son ordre en 1972, il revient aujourd’hui, presque cinquante ans après, sur le très audacieux projet de réforme, ou pour mieux dire de révolution interne, qui lui valut l’éviction. L’affaire est moins connue en France que celle de Boquen, mais elle est probablement plus significative, tant Olivier du Roy et ses soutiens sont allés droit au cœur des ambiguïtés du monachisme catholique, sans ménagements ni excessif respect humain.

2Le livre d’Olivier du Roy ne constitue pas du tout des mémoires. Il s’agit bien plutôt d’un dossier, en grande partie composé de textes (articles, prises de parole, notes personnelles) qui remontent au moment même de la crise de Maredsous. Cela explique et justifie les répétitions que l’on peut rencontrer d’un chapitre à l’autre. À vrai dire, l’ouvrage étant court, on regrette qu’il n’ait pas été complété par la réédition du Moines aujourd’hui (sans point d’interrogation) de 1972. Ce recueil qui décrivait très précisément la tentative de « détotalisation » de la vie régulière alors en cours est introuvable depuis longtemps, alors même qu’il est la clef de lecture des pages de 2018. Il faut espérer qu’Olivier du Roy le redonnera à lire, avec les explications qui s’imposent. Pour l’heure, Moines d’aujourd’hui ? (avec point d’interrogation) est le résultat d’une relecture collective des événements post-conciliaires, menée par un groupe d’anciens acteurs, dont certains sont partis et d’autres restés, sous le regard de spécialistes en sciences sociales du religieux, dont Danièle Hervieu-Léger, qui signe la belle et riche préface.

3Olivier du Roy semblait destiné à assurer la pérennité du modèle maredsolien classique : fils de cette noblesse belge qui, depuis un siècle, fondait et peuplait le monastère, il suit ses études à l’école abbatiale et entre à 18 ans au noviciat. Brillant, efficace, diplômé, il devient très jeune prieur, puis abbé : belle « carrière d’Église », en apparence. C’est sans compter l’influence profonde exercée par des religieux que le psittacisme dévot ne satisfait pas, et qui donnent à l’adolescent et au jeune homme les moyens de penser par lui-même et d’évaluer un modèle ecclésial dont Vatican II lui fait mesurer l’obsolescence. C’est à ce moment précis, au cœur d’une crise générale des repères et de l’autorité, qu’il accède aux responsabilités – pas isolé, toutefois : le livre comporte la liste des personnalités invitées à Maredsous pour les conférences de « recyclage » post-conciliaire et on repère, là comme dans des groupes plus informels, le nom de Michel de Certeau.

4Le lecteur du xxie siècle, habitué à la fadeur onctueuse de la prose ecclésiastique, est saisi par l’alacrité des analyses et des exposés des années 1968-1972. Il y eut bel et bien là, en climat toujours rude, certes, et sous les bourrasques de multiples vents contraires, un bref moment de dégel des esprits et des langues, devenu presque inimaginable après la longue glaciation wojtylienne. Olivier du Roy diagnostique dans le monachisme classique ce qu’il n’hésite pas à appeler une « illusion païenne, jamais entièrement christianisée ». La cause en est selon lui un dualisme structurel, isolant la « masse des chrétiens », « déchargés du sérieux des exigences évangéliques » par l’existence même d’une petite élite de « spécialistes en religion », prenant sur eux la ritualisation de ces exigences. Le système est socialement gratifiant, justifiant dans le siècle tous les accommodements et nourrissant dans le cloître tous les narcissismes. C’est pourquoi sa mise en crise de l’intérieur suscite la colère de la « clientèle », comme dit l’abbé d’alors, furieuse de perdre ces « jalons symboliques qui consacrent l’idéalisme des chrétiens ». Du Roy observe très justement que, dans un tel système, les marqueurs comptent plus que les discours : après avoir abandonné tous les insignes prélatices de l’abbatiat, lui et d’autres frères quittent au quotidien l’habit traditionnel ; il note alors que ses propos, naguère comme assourdis par le froc et le scapulaire, « sonnent » tout autrement, même à contenu identique, d’être proférés sans la « sainte livrée ».

5Cette sensibilité de l’auteur au dualisme le conduit pourtant à quelques apories. Le récusant comme un paganisme anti-évangélique, il le recrée immédiatement dans ses analyses, en proposant à ses frères en religion, en un rare exercice de sociologie abbatiale, une lecture duale de la communauté, notamment en matière liturgique. Il y a, dit-il, ceux pour qui l’Office est avant tout un devoir théocentré d’adoration et d’intercession et ceux qui font primer l’adéquation des mots lus ou chantés avec une certaine vérité existentielle et une conformité pratique aux rudes obligations de la charité universelle : tendance verticale contre tendance horizontale, en somme. Du Roy a certainement raison de formaliser les choses ainsi à chaud, car la scission communautaire est alors un fait d’expérience. Mais en l’intellectualisant, il rend incompatibles deux modèles qui, en droit, sont parfaitement compossibles et dont on pourrait même penser qu’ils s’appellent l’un l’autre : bel exemple de frottement entre référence théologique et gestion pragmatique.

6Il est particulièrement révélateur que la démission imposée du jour au lendemain à l’abbé réformateur, alors même qu’un plan aussi ambitieux que novateur était lancé depuis des mois, s’explique par sa mise en question de l’obligation du célibat. Il est deux choses, d’ailleurs liées, que l’institution ecclésiastique, étonnamment souple sur d’autres terrains, ne tolère jamais : la remise en cause du régime des biens d’Église et celle de la structure masculine et célibataire du corps des virtuoses. Tous les jeux secrets sont possibles, mais la moindre discussion publique tombe sous le coup du tabou. S’y ajoute la facilité à déconsidérer les sortants en attribuant leur « échec » à la seule et bien connue faiblesse de la chair. Pour Olivier du Roy, il y allait assurément de tout autre chose, dont il donne ici un témoignage, un peu laconique, sans doute, mais extrêmement suggestif et précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Olivier du Roy, Moines aujourd’hui ? Retour sur un projet interrompu de réforme monastique », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 400-401.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Olivier du Roy, Moines aujourd’hui ? Retour sur un projet interrompu de réforme monastique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49495

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals