Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Monika Salzbrunn (dir.), L’islam (in)visible en ville. Appartenances et engagements dans l’espace urbain

Genève, Labor et Fides, 2019, 280 p.
Diletta Guidi
p. 402-404
Référence(s) :

Monika Salzbrunn (dir.), L’islam (in)visible en ville. Appartenances et engagements dans l’espace urbain, Genève, Labor et Fides, 2019, 280 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Monika Salzbrunn (anthropologue, Université de Lausanne) est le résultat d’un projet de recherche homonyme qu’elle a elle-même piloté entre 2013 et 2017 sur le territoire de la métropole lémanique (un espace transfrontalier entre la Suisse et la France, comprenant les villes de Lausanne, Genève et Évian). Doctorants, post-doctorants, professeurs et acteurs de terrain (conservateurs de musée, journalistes, etc.), spécialistes des migrations, de science politique, d’anthropologie, de science des religions ou d’ethnomusicologie, les profils académiques et disciplinaires des auteurs de cet ouvrage, ayant ou pas pris part à l’enquête, sont très hétérogènes.

2Le propos de cette étude, comme l’indique son titre, est de s’intéresser aussi bien à ce qui est mis en scène de l’islam, visible, qu’à ce qui est placé entre parenthèses, invisible. Les auteurs traitent en même temps de la « survisibilisation publique » (p. 95) des musulmans, de la publicité et des injonctions politiques et sociales dont ils font l’objet en Suisse et en France, que de leurs silences, des stratégies qu’ils mettent en œuvre pour se faire discrets, passer inaperçus ou au contraire « se montrer autrement » pour intégrer les sociétés d’accueil. En plus des discours sur l’islam, le propre de cet ouvrage est de donner la parole aux musulman-e-s en les observant au quotidien, que ce soit dans l’espace privé ou dans le cadre de manifestations publiques. Près d’un tiers de l’ouvrage est consacré à l’analyse d’évènements culturels festifs, artistiques et surtout musicaux. Cette entrée par l’évènement permet de montrer la « superdiversité » (p. 206) de l’islam anticipée par la deuxième partie de l’intitulé, dans lequel il est précisé que le collectif s’intéresse aux « appartenances » et aux « engagements », au pluriel, des personnes de culture musulmane. Enfin, c’est sur une géographie urbaine, avec ses extensions locales (la région, la métropole, la ville, le quartier, le voisinage, les cafés, etc.) et ses frontières internes (la division entre espace public et espace privé, lui-même pouvant être clôt, domestique, ou relatif à l’intime, personnel) que cette variété de formes prises par l’islam est analysée.

3Le collectif prolonge les études sur les politiques de visibilité de l’islam en Europe (F. Dassetto, « Visibilisation de l’islam dans l’espace public », in F. Dassetto, A. Basternier, Immigrations et nouveaux pluralismes : une confrontation de sociétés, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1990, p. 179-208 1990 ; V. Amiraux, G. Jonker, (dir.), Politics of Visibilities. Young Muslims in European Public Spaces, Bielefeld, Transcript Verlag, 2006 ; N. Göle, « La visibilité disruptive de l’Islam dans l’espace public européen : enjeux politiques, questions théoriques », Cahiers Sens public, vol. 15-16, 2013, p. 165-184) et celles sur leurs dérives (T. Deltombe, L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005, Paris, La Découverte, 2007 ; A. Hajjat, M. Mohammed, Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013). De même, il s’inscrit dans la lignée des choix épistémologiques des travaux sur l’islam « au quotidien » (N. Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam, Paris, La Découverte, 2015), en particulier ceux sur les musulmans en France et en Suisse (M. Schneuwly Purdie, M. Gianni, M. Jenny, Musulmans d’aujourd’hui, Identités plurielles en Suisse, Genève, Éditions Labor et Fides, 2009 ; C. Monnot, La Suisse des mosquées. Derrière le voile de l’unité musulmane, Genève, Éditions Labor et Fides, 2013 ; V. Amiraux, « Visibilité, transparence et commérage : de quelques conditions de possibilité de l’islamophobie... et de la citoyenneté », Sociologie, 5, 1, 2014, p. 81-95 2014). Le recueil combine d’ailleurs ces deux perspectives d’étude et associe ce qui se passe au niveau des institutions et la réalité du terrain en faisant émerger des décalages qu’il ne se limite pas à soulever, mais auxquels il suggère des solutions. Certains auteurs (Gianni, p. 83-97 et Gisel, p. 369-379), proposent en effet des alternatives à l’actuelle régulation publique de l’islam.

4La première partie de l’ouvrage est théorique. Olivier Voirol (sociologue, UNIL) y propose une réflexion sur les activités de monstration. Par le biais d’une synthèse des théories sur la visibilité, il insiste sur l’importance sociale d’être vu autant que sur le « droit à l’invisibilité » (p. 57), en particulier pour les minorités marginalisées pour lesquelles il est parfois difficile de déconstruire les imaginaires auxquels ils sont réduits. Ainsi, le droit à l’invisibilité devient tout aussi important pour exister que celui d’être vu, car la lutte pour l’indifférence se transforme d’emblée en combat pour une reconnaissance alternative, en « quête d’une autre visibilité » (p. 56).

5Les enjeux philosophiques soulevés par Olivier Voirol trouvent une illustration pratique dans le chapitre suivant, coécrit par les sociologues Eva Marzi (UNIL), Christophe Monnot (Université de Strasbourg), et Alexandre Piettre (GSRL). Ces chercheurs présentent en effet trois cas de femmes voilées, parmi lesquels celui de Teresa, pour qui le port du voile est un « acte de revendication d’un droit à l’indifférence » (p. 72). Son projet à long terme est de neutraliser le caractère dérangeant du voile en habituant la société à sa présence, l’objectif étant par extension que celles qui le portent passent inaperçues. Dans ces cas, comme dans les autres décrits ici, le port du voile apparaît donc comme un phénomène allant « au-delà de la piété » (p. 65), qui nécessite d’être appréhendé dans toute sa complexité : comme un acte politique, social, diplomatique, voire esthétique.

6Le second volet du recueil est davantage consacré à des analyses politiques sur l’exclusion des musulmans du processus démocratique. Dans un premier temps, Matteo Gianni (politologue, Université de Genève) montre qu’en présentant sans cesse l’islam comme un danger à neutraliser, certains médias et discours politiques suisses participent à dépolitiser les individus concernés. Pris comme des menaces, les musulmans sont d’après lui « privés de leur agentivité politique » (p. 95), exclus de la dynamique démocratique et donc de toute possibilité de devenir citoyens, ce qu’on leur demande pourtant. Après avoir posé le paradoxe de cette double injonction – à disparaître et à se montrer – Gianni invite les politiques publiques à repenser l’intégration de l’islam qu’il suggère d’appréhender de manière « processuelle », c’est-à-dire comme un « processus intersubjectif et inclusif de (re)définition des normes collectives » (p. 97), car l’intégration « est un processus en soi » ajoute-t-il (ibid.).

7La thématique de l’exclusion est approfondie par la contribution de Barbara Delwoo (sociologue des migrations, UNIL), qui invite à remettre la classe sociale au cœur de l’analyse, pour paraphraser le titre de son chapitre. Dans une société désormais néolibérale, reposant essentiellement sur le succès économique et valorisant la liberté, elle explique que le musulman, présenté d’une part comme conservateur au niveau des mœurs et associé de l’autre à la migration, à la précarité, voire à la pauvreté, devient donc le sujet anti-libéral par excellence. D’après la chercheuse, l’aporophobie (i.e. la peur du pauvre) ne contribue pas seulement à faire du musulman un individu indésirable, elle est centrale dans cette dynamique de domination.

8Alors que Delwoo insiste sur la variable économique, Salima Amari (sociologue, Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris) propose une réflexion sur le genre. Sa contribution porte en effet sur les problématiques de réputation et de respectabilité auxquelles sont confrontées les femmes lesbiennes d’origine maghrébine en France. Ce chapitre montre qu’elles sont prises dans une multiplicité de contraintes, non seulement familiales et communautaires, mais aussi éthiques et affectives. Le quotidien des femmes présentées est scandé par une série de négociations entre des identités (religieuse, sexuelle, etc.) qu’elles arrivent (ou pas) à concilier via la mise en place de stratégies d’in-visibilisation sélectives : les amitiés de façade, la vie en colocation entre amies et non en cohabitation lesbienne, la fréquentation d’établissements gay friendly et non de bars gay, l’usage du cyberespace comme lieu d’expression de soi, etc.

9Ce phénomène se retrouve dans l’enquête sur les sans-papiers tunisiens menée par Simon Mastrangelo (sociologue, Université de Berne). En suivant le parcours de l'un d’entre eux, le chercheur constate en effet la manière dont il investit la mosquée comme espace d’expression identitaire. Pour des individus qui doivent rester invisibles et silencieux pour survivre, la mosquée devient un espace de « désinvisibilisation » (p. 165) et de parole, leur permettant donc d’exister à nouveau. L’espace cultuel, et par extension l’identité religieuse, deviennent ainsi une soupape, une sécurité pour ces sans-papiers, du moins le temps d’une prière, de partager un repas, ou d’écouter un prêche.

10Un prêche à la mosquée est au centre du chapitre suivant, rédigé par Denis Laborde (ethnomusicologue, EHESS) et consacré aux controverses générées par le discours d’un imam français sur la prétendue interdiction de la musique par l’islam. Ce texte vise moins à savoir si la musique est ou pas « un péché pour les musulmans », comme le soutient l’imam en question, qu’aux polémiques générées par cette déclaration dont Laborde déroule le fil. Le chercheur souligne les reprises (tardives) et les amalgames générés par la publicité (à la fois partielle et excessive) relative aux propos de l’imam en remarquant surtout le déséquilibre entre la visibilité médiatique accordée à ce discours et la quasi-absence d’intérêt public pour sa dénonciation par d’autres imams. Une ambiguïté de la médiatisation de l’islam que relève aussi Philippe Gonzalez (sociologue, UNIL) dans sa contribution sur l’inauguration d’une mosquée à Genève.

11Entre ces deux chapitres consacrés à l’étude d’évènements culturels, on trouve le texte de Monika Salzbrunn, qui s’intéresse en particulier aux fêtes musicales comme moyen de comprendre l’islam. Via une anthropologie de trois performances, la chercheuse révèle en effet l’extrême diversité des musulmans en Suisse, qui se mettent à chaque fois en scène différemment et pour des raisons également différenciées : de dialogue interne, intercommunautaire, ou encore de diplomatie externe avec les non-musulmans. Pour cela, l’exemple de la fête musulmane d’al-Isrâ’ wa-l-Mi’raj, qui célèbre le voyage et l’ascension nocturne du prophète Muhammad, est particulièrement saisissant. Organisée à la mosquée de Lausanne, cette manifestation s’ouvre avec une réinterprétation de l’Ode à la Joie de Beethoven, chantée en français et ponctuée de youyous pour être comprise et appréciée par la majorité de l’auditoire, musulmans et non-musulmans. Le fait que cette mélodie, réinterprétée en clé helvétique, avec des références aux montagnes enneigées, soit aussi l’hymne européen répond à un triple objectif : rassembler les musulmans au-delà de leurs appartenances linguistiques et/ou religieuses, intégrer l’islam en Suisse et l’inscrire dans l’espace européen. L’importance de l’art comme outil d’intégration est aussi soulevée par Talia Bachir-Loopuyt (ethnomusicologue, Université de Tours) dans le dernier chapitre de cet ouvrage. La chercheuse, qui a enquêté sur la présence des musulmans à Annemasse, regrette l’absence d’espaces culturels permanents pouvant d’après elle faciliter les échanges entre les communautés dans cette ville frontalière très mixte.

12Le rôle clé de l’art dans l’intégration de l’islam est également souligné par les professionnels de la culture (artistes, conservateurs, etc.) dans la partie finale du recueil, qui propose la retranscription de deux tables rondes sur l’islam en Europe.

13L’ensemble se clôt par un appel, celui de Pierre Gisel (professeur honoraire de théologie et de science des religions à l’UNIL) qui prône une régulation publique des cultes au cas par cas, qu’il estime davantage cohérente avec la diversité des communautés religieuses, y compris celle de l’islam, dont cet ouvrage représente lui-même un important témoignage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diletta Guidi, « Monika Salzbrunn (dir.), L’islam (in)visible en ville. Appartenances et engagements dans l’espace urbain », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 402-404.

Référence électronique

Diletta Guidi, « Monika Salzbrunn (dir.), L’islam (in)visible en ville. Appartenances et engagements dans l’espace urbain », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49507

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals