Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Claude-Raphaël Samama, Le spirituel et la psychanalyse. Essais

Paris, L’Harmattan, coll. « Études psychanalytiques », 2015, 224 p.
Mira Niculescu
p. 404-405
Référence(s) :

Claude-Raphaël Samama, Le spirituel et la psychanalyse. Essais, Paris, L’Harmattan, coll. « Études psychanalytiques », 2015, 224 p.

Texte intégral

1Dans cette série d’essais, Claude-Raphaël Samama reprend certains thèmes qui lui sont chers, comme semblent l'attester les titres de sa bibliographie : le lien entre spiritualité et psychanalyse, le pragmatisme, la sexualité. Bien que les titres de cette série de huit essais semblent hétéroclites (« spirituel en psychanalyse », objet du titre, le « sexe et ses mystères », l’analyse des « quick therapies américaines », les « psychothérapies et nouvelles croyances » et « l’inconscient »), ceux-ci sont en réalités centrés autour d’un dénominateur commun : la défense de la psychanalyse. D’une part, l’auteur plaide pour le temps long de la thérapie et pour l’attention portée à l’inconscient, d’autre part, il s’élève contre d’autres types de « remèdes » au mal-être humain, des thérapies brèves au viagra, qui selon l’auteur « mécanicisent » les processus de fonctionnement humain les plus insaisissables (l’inconscient, le désir) et les réduisent à des logiques « logiques » qui rétréciraient les continents de l’âme humaine et de ses ressorts à une approche pragmatique considérant les comportements comme modifiables à l’envie dans le cadre de surfaces relationnelles contrôlées.

2L’auteur porte sa critique sur trois champs qui, à son sens, ont été érigés en concurrents de la psychanalyse afin de remédier aux peines et aux manques de l’être humain, esprit et corps : les thérapies brèves, les spiritualités orientales, et le viagra. Les premières selon lui, comportent trois risques : en prétendant être « rapides », elles nient le temps nécessairement long de la cure ; en se focalisant sur l’environnement factuel, elles ignorent l’environnement psychologique (le passé, la mémoire, l’inconscient) ; et ce faisant, elles rétrécissent le champ d’action du sujet à son environnement et sa capacité à la cure véritable, à travers un accès à la « vérité » que, selon lui, seule la psychanalyse permet. Les secondes, comporteraient le risque de « l’immanentisme » et de donner une illusion de toute puissance au sujet, sans compter l’inévitable décalage culturel qu’il y aurait à adopter des pratiques psychocorporelles orientales chargées de leur propre héritage religieux, dans un contexte et pour des individus imprégnés de culture occidentale. Le troisième type de cure enfin, la panoplie de médicaments et d’aides chimiques destinées à suppléer aux déficiences physiques en matière de sexualité, réduirait le désir et la rencontre sexuelle à une mécanicisation de l’être, d’une manière semblable, en somme, à l’approche des quick therapies.

3En opposant le champ des quick therapies américaines à celui de la psychanalyse continentale, ce sont deux modèles de conception non seulement de la psychologie, mais plus profondément de l’humain qu’il oppose : celui, empiriste, pragmatiste, fonctionnaliste, logique, américain, issu de l’école de Palo Alto et des travaux de Bateson notamment, mais aussi imprégné d’un ethos protestant centré sur la rationalité appliquée à l’humain et aux rapports humains ; et celui, plus philosophique, spirituel et complexe, issu des travaux sur l’inconscient et le rêve d’un Freud, dont la complexité de l’héritage juif joue sans doute un rôle dans le rapport au verbe et dans le pouvoir donné à la parole en psychanalyse.

4Le plaidoyer pour une réhabilitation de la psychanalyse, en particulier en revenant à sa source freudienne, laissant Lacan et Jung chacun d’un côté de la route, comme pratique non seulement curative mais aussi spirituelle, est le fil conducteur de tous ces essais, au point parfois d’en devenir un peu redondant.

5On peut surtout regretter que, tant qu’à parler de travail de soi sur soi pour se transformer à la lumière de la « vérité », l’auteur n’ait pas fait appel à des travaux comme ceux de Foucault dans L’herméneutique du sujet, dont c’est bien l’objet. Par ailleurs, l’opposition entre culture continentale et culture pragmatique, comme celle entre psychanalyse et thérapies comportementales, semble un peu datée, en témoigne la focalisation sur une critique en règle d’Ehrard et de sa méthode EST, qui, ayant connu un grand succès dans les années 1960, est moins répandue aujourd’hui. Il aurait été utile, dans cette perspective, de parler de deux courants thérapeutiques très populaires aujourd’hui : la positive psychology, dont l’israélien Tal Ben Shahar, « professeur bonheur » de Harvard, est l’un des plus célèbres avocats, et les techniques méditatives comme la « pleine conscience » (mindfulness), aides thérapeutiques qui constituent l’une des plus grandes transformations dans le double champ de la thérapie et de la spiritualité aujourd’hui.

6Enfin, tant qu’à critiquer les thérapies brèves et leurs méthodes proches du coaching, l’auteur, fort de sa posture d’anthropologue, aurait pu mobiliser des travaux contemporains comme l’Empire des coachs (R. Gori, P. Le Coz, 2006) et autres ouvrages proposant une approche non pas clinique, mais sociologique et anthropologique sur ce nouvel ethos du bien-être dans les sociétés occidentales. Ceux qui souhaitent renouer avec l’esprit de la psychanalyse et les théories freudiennes trouveront sans doute de l’intérêt dans cet ouvrage qui en est à la fois un plaidoyer et une déclaration d’amour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mira Niculescu, « Claude-Raphaël Samama, Le spirituel et la psychanalyse. Essais », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 404-405.

Référence électronique

Mira Niculescu, « Claude-Raphaël Samama, Le spirituel et la psychanalyse. Essais », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49525

Haut de page

Auteur

Mira Niculescu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals