Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Louis-Pierre Sardella, Regards sur la crise moderniste en France. Une Église intangible dans un monde en mouvement

Paris, Éditions Karthala, 2018, 316 p.
Pascale Gruson
p. 405-406
Référence(s) :

Louis-Pierre Sardella, Regards sur la crise moderniste en France. Une Église intangible dans un monde en mouvement, Paris, Éditions Karthala, 2018, 316 p.

Texte intégral

1De la crise moderniste au sein de l’Église catholique, on connaît bien les préalables, c’est-à-dire l’embarras de l’Église devant le livre de Renan sur la vie de Jésus, devant les progrès de l’exégèse biblique, mais aussi devant la naissance de la iiie République que Léon XIII finit pourtant par reconnaître. On connaît bien aussi le déclenchement des hostilités franches, c’est-à-dire la parution, en 1902, du petit livre du père Alfred Loisy, L’Évangile et l’Église, lequel de fait, se faisait critique de certaines inerties de l’institution, de son peu d’ouverture aux attentes du monde contemporain. Loisy, pour fonder ses critiques, prenait appui sur le livre d’Adolf von Harnack, Das Wesen des Christentums (paru en traduction française en 1900). Le grand historien (allemand) des religions y suggérait que la fidélité à l’Évangile était d’abord et essentiellement de l’ordre de l’intériorité de chacun et des engagements éthiques qui s’en suivent, l’institution ecclésiale n’ayant pas ni autorité, ni délégation particulière en la matière. Si Loisy marquait un certain désaccord avec les conclusions radicales du pamphlet, il constatait pourtant que l’Église catholique était souvent infidèle à l’Évangile et s’inquiétait d’une autorité dont la forme était de plus en plus frileuse.

2On connaît bien sûr les grandes étapes de la crise. Aux soupçons que les progrès de l’exégèse permettaient de porter quant au bien fondé d’un enseignement de l’Église trop exclusivement scolastique et non fondé sur la lecture de la Bible, Léon XIII a opposé des arguments d’autorité qui ont été relayés par des mises en garde, des mises à l’Index, des condamnations. En 1907, Pie X publiait l’encyclique Pascendi dominici gregis et prononçait en 1908 l’excommunication de Loisy et d’autres prêtres modernistes. En 1910, il a fait obligation au clergé dans son ensemble de prêter un serment anti-moderniste (laquelle n’a été levée qu’en 1967 après le Concile Vatican II) et de se prêter à des dénonciations (ce point ayant été cependant levé par Benoît XV en 1914). Diverses décisions, telle la mise à pied du père Teilhard de Chardin ou l’interdiction des prêtres-ouvriers en 1954 et bien d’autres, pourraient aussi y être rattachées.

3Si l’Église catholique paraît évidemment avoir pris une position très défensive pour préserver une autorité déjà mise à mal par les progrès de la sécularisation et la perte de son autorité politique, il ne faut sans doute pas céder à une critique trop caricaturale de l’institution. Aucun de ceux qui ont été victimes des condamnations anti-modernistes ne souhaitait quitter l’Église. Tous espéraient participer à un mouvement de réformes intérieures. Par ailleurs, beaucoup de ceux qui ont jugé que l’autorité de l’Église devait être, quoi qu’il arrive et en dernière instance, respectée, n’étaient pas du tout insensibles, tant aux progrès de l’exégèse biblique et à ses ouvertures, qu’aux transformations du monde moderne. Autrement dit, comme le suggère, arguments à l’appui, Louis-Pierre Sardella, il s’est trouvé dans le clergé et la hiérarchie, des « Érasme » (allusion au conflit entre Érasme et Luther en 1525, le premier acceptant malgré tout de rester dans l’Église de Rome), des évêques ou des prêtres qui délibérément ont pris le parti de l’institution, de son ordre, mais qui ont voulu engager le dialogue le plus loin possible. Ils pourraient bien avoir été les vecteurs d’un travail souterrain dont le Concile Vatican II serait peut-être l’un des aboutissements.

4Louis-Pierre Sardella est, dans la suite d’Émile Poulat et de Pierre Colin, l’un des spécialistes très avertis du sujet. Il s’y est plongé en rédigeant une thèse sur l’archevêque d’Albi, Mgr Mignot (1842-1918) – celui-ci ayant été un interlocuteur très amical du père Loisy ainsi que d’autres prêtres modernistes (Prosper Alfaric notamment). Et c’est ce qui lui a permis de pénétrer dans les arcanes des différentes tentatives de conciliation qui se sont fait jour dans l’Église de France, tentatives souvent très sincères, en particulier dans les diocèses de Lyon et d’Albi. Il vient de réunir divers articles s’y rapportant en un volume éclairant, même si un index des matières et personnes manque sans doute (mais la chronologie proposée est une aide à l’orientation dans cette histoire compliquée).

5Plusieurs chapitres sont relatifs à des membres du clergé qui étaient manifestement des hommes d’ouverture. En bonne place se trouve bien évidemment Mgr Mignot. Celui-ci a reçu une formation qui l’a rendu familier de l’œuvre du Cardinal Newman. Beaucoup de ses engagements semblent inspirés par cette figure qui avait su remettre au centre des débats les enseignements et les exigences de l’Église primitive. Pour Mgr Mignot, l’institution est sans doute intangible, mais à cause de l’Église primitive. La nuance n’est pas nécessairement rhétorique. Autre homme d’ouverture est l’abbé Joseph Brugerette (l’un des rares prêtres ouvertement dreyfusard). Il y a aussi l’abbé Lucien Lacroix, fondateur de la Revue du Clergé français ou ce laïc progressiste, Pierre Jay, qui tenta de publier un hebdomadaire permettant aux prêtres et aux fidèles du diocèse de Lyon d’exprimer leurs convictions libérales. L’expérience de Demain ne dura guère plus d’un an, mais elle a laissé des traces positives. Au fil des pages, on découvre bien des personnalités qui ont partagé des exigences plutôt « érasmiennes ». Certes, il y se trouvait dans cette crise des acteurs beaucoup plus conservateurs prompts aux indignations intégristes et aux dénonciations, tel le journaliste Henri Merlier qui, avec sa revue La Vigie, a joué un rôle d’inquisiteur.

6Louis-Pierre Sardella le rappelle dans l’introduction de son livre : la crise moderniste de l’Église s’est inscrite dans la longue durée, commençant au début du xixe siècle avec l’opposition entre Joseph de Maistre et Lammenais. Peut-être même était-elle un avatar de la Réforme protestante. Peut-être les problèmes qui surgissent actuellement en sont-ils une autre forme. Quoique l’Église semble capable de résister à diverses tempêtes, la question de ce qui permet cette apparente intangibilité reste ouverte. Ce qui est vraiment solide ne saurait se rapporter à l’autorité frileuse. On en revient alors aux débats nés du livre de Loisy, un moment frappant d’une histoire de longue date tourmentée…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Gruson, « Louis-Pierre Sardella, Regards sur la crise moderniste en France. Une Église intangible dans un monde en mouvement », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 405-406.

Référence électronique

Pascale Gruson, « Louis-Pierre Sardella, Regards sur la crise moderniste en France. Une Église intangible dans un monde en mouvement », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49531

Haut de page

Auteur

Pascale Gruson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals