Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, 380 p.
Maria Pia Donato
p. 406-408
Référence(s) :

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, 380 p.

Texte intégral

1Du tabac pour le mort s’insère de manière originale dans le vaste champ d’études sur l’histoire de la mort, thème qui a connu un regain d’intérêt au cours des dernières années, à la fois dans le champ de l’histoire des sciences et de la médecine et dans celui de l’histoire des mentalités et des représentations du corps.

2Le livre de Serdeczny, réélaboration d’une thèse, se situe dans cette deuxième tendance historiographique. Il aborde une pratique bien connue des spécialistes du sujet, qui n’avait cependant pas encore fait l’objet d’une monographie : la réanimation des noyés par insufflation anale de tabac, dont Serdeczny entreprend une histoire anthropologique visant rien moins qu’à remettre en cause notre vision des Lumières, voire de la science moderne tout entière.

3L’insufflation anale de fumée de tabac est prônée, à partir des années 1730, par des ecclésiastiques et des savants, pour réanimer les malheureuses victimes de noyade, notamment dans les fleuves et les canaux urbains et périurbains à une époque marquée par la rapide croissance des villes européennes – noyades, il convient de le préciser, qui sont très souvent suspectées d’avoir un caractère suicidaire. La pratique de l’insufflation va être relayée par des médecins et les élites citadines jusqu’à être adoptée par des sociétés de secours qui se forment, à partir des années 1770, en Europe et en Amérique du Nord.

4La première partie du livre s’interroge sur la genèse du « paradigme » de la réanimation. L’auteur n’a aucun doute : « des indices intertextuels permettent de retracer très précisément la genèse d’un discours-modèle déterminant sur la réanimation : il naît à Neuchâtel en 1733 » (p. 26), grâce notamment à Louis Bourguet, un huguenot français réfugié en Suisse, « savant éclectique » et fondateur du Mercure Suisse.

5Après avoir examiné la géographie des sociétés de secours, la deuxième partie du livre fournit quelques éléments de contextualisation intellectuelle de l’initiative de Bourguet. Serdeczny rappelle ainsi que l’air et la respiration animale avaient constitué un thème crucial des investigations des naturalistes et des médecins post-aristotéliciens. Sans entrer dans les complexités des théories physiopathologiques, il rappelle également l’influence du cartésianisme dans l’élaboration d’une nouvelle conception de la machine animale et présente rapidement quelques auteurs qui, entre la fin du xviie siècle et la fin du siècle suivant, ont traité soit de la réanimation des noyés, soit de la réanimation en général.

6Les médecins et naturalistes, cependant, ne sont que des acteurs secondaires de l’histoire de la réanimation telle que la reconstruit ce livre. L’essor du paradigme de la réanimation a souvent été attribué à la sécularisation de la mort, notamment après l’influent livre de C. Milanesi Mort apparente, mort imparfaite (1991). Pour sa part, Serdeczny suit les tendances interprétatives les plus récentes et souligne l’importance de la religion, et plus précisément de la sensibilité protestante. Si d’autres historiens (y compris l’autrice de ces lignes) ont pointé l’importance du tournant rigoriste de la théologie catholique qui, dès les années 1680, créa un contexte culturel favorable à la réorientation de l’éthique médicale en direction d’un interventionnisme accru envers les mourants, que la philosophie médicale mécaniste rendait de son côté concevable sur le plan médico-scientifique, ce qui contribua à la convergence du débat savant sur la mort par-delà les barrières confessionnelles, Serdeczny préfère attribuer le rôle moteur au seul protestantisme. Ce dernier serait en effet encore au xviiie siècle marqué par la « non-séparation de la médecine et de la religion » (p. 115), unissant les calvinistes suisses, les anglicans londoniens et les luthériens allemands dans l’activisme et le volontarisme associatif.

7La troisième partie du livre part « à la poursuite des gestes » de la réanimation des noyés et, dans une moindre mesure, des asphyxiés, suffoqués et enfants hypo-ventilés. Partant des traités des années 1740-1750 et des gestes et traitements qui y sont évoqués, tels que la pratique consistant à réchauffer le corps en le couvrant de cendres ou de fumier, ou d’une peau de bête fraîchement écorchée, l’administration d’urine chaude, ou encore la saignée, l’insufflation pulmonaire, la trachéotomie... l’auteur remonte le temps en relevant les différentes mentions éparses et constate, à juste titre, la difficulté de rassembler un corpus constituant ce qu’il définit comme des « micro-traditions » ou traditions « flottantes ». Il en conclut que « déterminer les actions exactes qui avaient cours en Europe sur les noyés au moment où se met en place le paradigme (disons largement entre 1720 et 1754) s’avère impossible » (p. 184).

8Sans doute, dans la mesure où ni la mort ni l’intervention médicale sur le mourant n’entrent véritablement dans l’horizon de la médicine hippocratico-galénique, ces gestes ne se cristallisent pas en un sujet à part entière dans la littérature médicale d’époque moderne, et il faut attendre la fin du xviie siècle pour qu’apparaisse une médecine « d’urgence » ante litteram, souvent à destination de lecteurs laïcs (quoique le corpus de sources sur les gestes thérapeutiques envers les mourants serait sensiblement plus ample si on prenait en compte les traités de médecine pratique concernant des maladies jugées mortelles dans la nosologie ancienne et médiévale, comme l’apoplexie, le marasme, la syncope, etc.). Il faut donc attendre que s’opère un changement théorique et éthico-pratique de la médecine envers la mort, pour que puisse se structurer un discours qui s’étendra progressivement à d’autres cas de figure comme la noyade. C’est – et sur ce point nous rejoignons l’auteur – « l’attention nouvelle induite par la pertinence de la réanimation au siècle des Lumières » qui « entraîna la description, la publication et la discussion des gestes » (p. 204) ; car c’est bien à cette époque que certaines de ces pratiques, pendant des siècles bien insérées dans la physiopathologie des qualités, furent re-problématisées dans le nouveau cadre théorico-pratique éclectique de la médecine mécaniste, puis fibrillaire et vitaliste, tandis que d’autres furent rejetées dans la pénombre des « croyances populaires ».

9Il s’avère finalement difficile, selon l’auteur, de saisir la réalité de l’insufflation alvine. Plusieurs traces portent à penser qu’elle jouit d’une certaine fortune dans les années 1770-1790, et encore au début du xixe siècle, et pourtant il n’en demeure pas moins difficile en mesurer l’application pratique (ch. IX).

10Une fois ces « incohérences » discursives mises au jour par une analyse qualifiée d’« internaliste », Serdeczny passe, dans la quatrième et dernière partie, à une analyse « externaliste » explorant de manière originale la composante « non-rationnelle » de l’insufflation anale de tabac, et plus généralement de la culture du corps des Lumières.

11En examinant le répertoire burlesque du xviiie siècle, ainsi qu’un ample éventail de sources littéraires, l’auteur retrace ainsi la tradition du « soufflacul ». Les similitudes entre cette tradition carnavalesque et la réanimation par insufflation alvine l’amène, en « faisant appel à la notion de mentalité », à émettre l’hypothèse selon laquelle le discours médical aurait puisé dans une « pratique de réanimation non conventionnelle, non savante » (p. 286), puisqu’en réalité les idées des médecins et savants « provenaient du carnaval » (p. 290). Le « déchiffrement anthropologique de l’insufflation alvine médicale à l’aune du carnaval » (ch. XI) le conduit à se focaliser sur le mythe, remontant à l’Antiquité, des hirondelles et des cigognes en hibernation, passeurs entre la vie et la mort : des mythes (c’est-à-dire « de[s] paroles qui agencent symboliquement le monde, en jouant sur leur capacité à créer des métaphores pleines de sens au-delà de leur signification première », p. 313) encore présents dans la culture savante des naturalistes du xviiie siècle, et qui constitueraient la véritable « couche culturelle souterraine » de la théorie de la réanimation par insufflation et, par extension, de la science moderne.

12Le développement de la réanimation serait donc, selon l’auteur, un « mythe carnavalesque remodelé en parole médicale », la « mise à contribution d’un système symbolique » (intemporel) étroitement lié au carnaval (p. 342), ce qui explique finalement pourquoi tant de savants ont prôné un système manifestement inefficace, voire irrationnel. Sur ces bases théoriques, poursuit l’auteur, il devient absurde, voire « inadmissible de classer les pratiques de réanimation en fonction de leur correspondance avec celles d’aujourd’hui » (p. 345).

13On ne peut que souscrire à l’appel de Serdeczny à historiciser les idées, les gestes du soin, les représentations du corps. C’est d’ailleurs ce que cherchent à faire, depuis longtemps déjà, l’histoire des sciences et l’histoire de la médecine, en évacuant la notion même d’irrationnel et d’incohérence et en s’efforçant de resituer les systèmes de pensée et d’action dans leurs contextes de formation et de transformation (toujours asymétrique et a-synchronique), tout en s’en tenant à une analyse juxta propria principia.

14En conclusion, le plaidoyer de Serdeczny pour un retour à une histoire des mentalités renouvelée mérite d’être pris au sérieux ; ses hypothèses interprétatives et méthodologiques ouvrent des pistes qui pourront être mises à l’épreuve dans le futur sur d’autres terrains et objets. Son livre montre à quel point il peut être fertile de croiser le regard anthropologique avec les interrogations de l’histoire des sciences, à condition, bien sûr, que les historiens prennent la mesure de l’étendue des connaissances à mobiliser pour s’aventurer dans des domaines de savoir complexes et des champs disciplinaires à forte autonomie relative, tels que la médecine et la théologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Pia Donato, « Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 406-408.

Référence électronique

Maria Pia Donato, « Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49537

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals