Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel de Souza (éd.), Les collines dans la représentation et l’organisation du pouvoir à Rome

Bordeaux, Ausonius éditions, coll. « Scripta Antiqua », 2017, 200 p.
Benoît Vermander
p. 411-412
Référence(s) :

Manuel de Souza (éd.), Les collines dans la représentation et l’organisation du pouvoir à Rome, Bordeaux, Ausonius éditions, coll. « Scripta Antiqua », 2017, 200 p.

Texte intégral

1Comme le rappelle Manuel de Souza dès son introduction, l’expression « la ville aux sept collines » est beaucoup moins une description topologique qu’une représentation symbolique, laquelle ne sera pleinement élaborée et mise à profit à des fins politiques qu’à partir du tout début de l’ère impériale. C’est Varron qui fait de Septimontium le toponyme de Rome, et Auguste qui y trouve la base d’une construction territoriale et hiérarchique nouvelle. Après tout, durant l’époque républicaine, établir sa demeure sur la colline du Palatin, c’était encourir le risque d’être accusé d’adfectatio regni, et la vie politique se déroulait pour l’essentiel en plaine. Auguste procèdera donc avec une certaine prudence, y compris dans sa récupération du mythe romuléen, lié indissociablement au Palatin.

2Ce volume comprend neuf contributions. La première, celle de Domenico Palombi, confirme que l’organisation symbolique de l’ancienne Rome différait profondément de celle que la structuration autour des collines mettra en place. Les sacra argeorum, qui se concluaient par le jet de mannequins de jonc dans le Tibre, étaient un rite de purification, peut-être associé à d’autres rites de propitiation et d’expulsion des esprits des morts qu’on célébrait en mai. Ils conjuguaient dimensions territoriales et associatives. L’identification des parcours du rituel et des modestes sanctuaires qui en jalonnaient le parcours comme celle de la composition exacte des participants continuent de faire l’objet de débats. Plusieurs indices incitent à trouver dans les sacra argeorum les traces d’un stade très ancien de formation de l’espace urbain dont les manifestations rituelles furent intégrées dans la structure religieuse ultérieure, en même temps que les changements d’organisation territoriale modifiaient toponymie et topographie. Quoi qu’il en soit de ces changements, ne s’y discerne nulle primauté qui aurait été conférée aux montes sur les autres types de territoire.

3La contribution de Yann Berthelet concourt autrement à relativiser le rôle des collines dans le dispositif de la Rome républicaine. À l’encontre d’interprétations qui ont localisé sur les hauteurs du Capitole et du Quirinal les auspices prises avant l’inauguratio préalable aux comices tenues sur le Forum et le Champ de Mars, l’auteur rétablit l’opinion plus ancienne selon laquelle le magistrat prenait les auspices là où le peuple allait se réunir, et le faisait depuis la tribune de sa fonction, instituée pour l’occasion en templum doté d’une tente augurale. L’espace du Forum et du Champ de Mars constituait donc le cadre spatio-juridique de l’exercice de la potestas pourvue d’auspices, qu’on distinguait ainsi de celle du peuple (laquelle est dépourvue d’auspices) tout en assurant son contrôle par augures et sénateurs.

4Le mont sacré (Sacer mons) est une modeste éminence au nord de Rome. Il joue un rôle essentiel dans la première sécession de la plèbe, en 494 av. J.-C., plus difficile à définir lors de la deuxième sécession (449 av. J.-C.), un ballet compliqué (dont le récit varie selon les sources) régissant les déplacements supposés du peuple entre le mont Sacré et l’Aventin. Le nom du mont Sacré lui vient selon toute vraisemblance des événements de la première sécession, et la belle étude de Manuel de Souza montre la pertinence du toponyme : contre une conception de la religio fondée sur la valeur du serment, et d’abord du serment militaire (le sacramentum), la plèbe va imposer une approche différente fondée sur le sacrosanctum, caractère qui marque tant les « chose saintes » que sont par exemple la liberté et la pudeur que la personne des tribuns que la plèbe se donne. « La dimension insurrectionnelle […] des sécessions de la plèbe est indissociable de ses conquêtes politiques. Elle lui permet de construire, avec les mots de ses adversaires, une défense religieuse qui lui est propre, et de l’imposer à la cité […]. La plèbe, sans en avoir le droit légal, est intervenue dans des domaines qui relèvent de l’autorité de la cité, particulièrement le sacré et le saint » (p. 74-75). Le mont Sacré fait mémoire de cette histoire-là.

5Comme on le sait, l’Aventin n’est que tardivement inclus dans la liste des sept montes de Rome ; le premier témoignage en est donné par Varron, vers 47-45 av. J.-C. Pourtant, vers la même époque une inscription fait encore de l’Aventin un pagus, c’est-à-dire une unité territoriale qui diffère du mons par sa nature juridico-religieuse, le pagus n’étant pas inclus dans le territoire de l’Vrbs tel que délimité par le pomerium originel (l’unité du pagus sera supprimée par la réforme urbaine d’Auguste). La contribution de Joëlle Prim replace la question du statut de l’Aventin dans la « rivalité des mémoires spatiales » (p. 85) qui marque la fin de la République et le début du Principat. La charge mémorielle de l’Aventin amène à en neutraliser la signification en l’intégrant dans une topographie et un récit qui mettent en valeur l’antiquité des sanctuaires de la colline et le rôle de médiation qu’elle joue dans l’histoire (la charge séditieuse associée à la colline étant reportée sur le mont Sacré). Cette réécriture restera contestée comme l’attestent des conflits d’interprétation intervenus lors des règnes de Tibère et de Claude : l’Aventin est toujours associé aux auspices prises par un Rémus « plébéien » opposé à un Romulus « patricien ». C’est en fin de compte l’oubli qui finit par neutraliser le statut symbolique de l’Aventin, plus que le succès du nouveau discours construit sous Auguste.

6C’est à un mons de notoriété moindre que s’intéresse Clément Chillet : l’Esquilin fut le lieu choisi pour l’édification du complexe palatial néronien, lequel devait ainsi relier cette colline au Palatin. Insérant cette décision dans un processus de long terme, l’auteur discerne en l’Esquilin un quartier bien caractérisé, dont les affinités politiques (au moins celles des habitants influents) transitèrent du camp pompéien à celui d’Auguste. L’installation de Mécène sur la colline et la création des jardins du domaine contribuèrent encore à modifier la perception du quartier, qui devint peu à peu lieu associé au pouvoir, et lieu parfois où l’on s’y préparait.

7Le mont Pincio, jamais inclus dans la liste des sept collines, fait l’objet de l’étude de Vincent Jolivet. Partant du rapport privilégié que, dans la Rome ancienne, la colline entretenait avec le Champ de Mars, et s’intéressant notamment aux transformations affectant le temple circulaire qui la couronnait, l’auteur retrace les mutations comme les constantes urbanistiques et symboliques du lieu : « En bas, des monuments publics liés entre eux par un système d’axes complexe […], en haut, des constructions privées, du moins dans un premier temps, qui exploitent leur position dominante pour signifier la position éminente de leur propriétaire. Pourtant […], les façades [privées] se tournent presque naturellement, et indépendamment de la topographie, en direction des véritables lieux de pouvoir de leur temps » (Mausolée du fondateur de l’Empire, temple de Jupiter Capitolin, Saint Paul hors-les-murs, Saint Pierre) (p. 126).

8Le Cælius, au sud-est de la ville historique, fait partie des sept collines. En 27 apr. J.-C. le lieu fait l’objet d’un incendie, à la suite de quoi, nous informe Tacite, Tibère indemnise généreusement les victimes. D’après Olivier Devillers, le récit de Tacite insiste sur le caractère proprement impérial de l’épisode, qui n’est pas susceptible d’être relu dans le cadre de l’historiographie républicaine comme tente de le faire le Sénat au travers des remerciements qu’il adresse à Tibère. Le lien entre l’événement (l’incendie), le lieu (le mont Cælius), la figure (Tibère) se verra interprété par Tacite en fonction d’un précédent monarchique qu’il ira puiser dans les temps de Tarquin l’Ancien.

9L’élégante étude d’Yves Perrin décrit la façon dont Néron « investit » politiquement les collines entre 54 et 68. La réalité diffère quelque peu de ce que suggère une lecture au premier degré de Tacite et Suétone. Ainsi, Néron manifeste un grand respect pour les cultes célébrés au Capitole, respect en bonne partie explicable par la volonté d’associer sa famille et lui-même à Jupiter Optimus Maximus. Sur la Velia, Néron témoigne de son attachement à la domus familiale par l’aménagement de la Domus transitoria (entre Palatin et Esquilin). Il essaie de transformer le Palatin en une aire impériale couvrant toute la colline. Son usage de l’Esquilin ferait de la colline l’aile privée du même domaine. Le Caelius est réaménagé en jardins. « Soutenus par de puissants terrassements et aplanis, le Palatin, la Velia, le Caelius et l’Esquilin accueillent les morceaux de nature domestiquée et sauvage qui frappent l’imagination » (p. 146). L’ensemble néronien est parachevé par la construction du colosse qui le représente, lequel, calcule Yves Perrin, devait culminer à un minimum de 75 mètres d’altitude – la hauteur approximative du temple de Jupiter Capitolin. Néron « est littéralement au sommet de l’État et en son centre. Quant aux aires privées de l’Esquilin, elles abritent le secret du gouvernement » (p. 148).

10Enfin, Florence Garambois-Vasquez s’intéresse aux représentations de l’aduentus au ive siècle, période au cours de laquelle le terme désigne toute cérémonie impériale qui reçoit la visite du prince. Les deux récits analysés entendent illustrer le fait que le Prince est à sa vraie place lorsqu’il est à Rome – et non pas à Constantinople. En même temps, l’ignorance par le Prince de ce qui fait l’éternité de Rome souligne son illégitimité (cf. narration de l’entrée à Rome de l’Empereur oriental Constance II, en 357, par Ammien Marcellin). En contraste, le panégyrique d’Honorius par Claudien (écrit en 404) montre comment un Prince chrétien sait récupérer quelque chose de la force sacrée émanant encore du Capitole, cela alors même que les rituels politico-religieux liés au lieu sont déjà devenus obsolètes et que la référence à l’espace romain tend à se dématérialiser.

11Les contributions réunies dans ce volume se lisent avec bonheur, et les dossiers qui les accompagnent sont copieux. Elles ouvrent aussi de riches perspectives comparatistes, par exemple lorsqu’il s’agit de démêler ou d'associer les rites fondés sur la localité et ceux à fonctionnement d’abord associatif, question récurrente en contexte chinois par exemple. L’objet « Rome » est un ensemble monumental, mais non pas isolé ; il reste un lieu d’élaboration théorique privilégié, dont les aperçus restent féconds pour les religions comparées comme pour l’anthropologie historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Manuel de Souza (éd.), Les collines dans la représentation et l’organisation du pouvoir à Rome », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 411-412.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Manuel de Souza (éd.), Les collines dans la représentation et l’organisation du pouvoir à Rome », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49579

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals