Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Shams de Tabriz, La quête du joyau. Paroles inouïes de Shams, maître de Jalâl al-din Rûmî

Traduction introduction et notes de Charles-Henri de Fouchécour, avec la collaboration de Seyyed Rezâ Feyz, Paris, Éditions du Cerf, 2017, 534 p.
Hocine Benkheira
p. 416-417
Référence(s) :

Shams de Tabriz, La quête du joyau. Paroles inouïes de Shams, maître de Jalâl al-din Rûmî. Traduction introduction et notes de Charles-Henri de Fouchécour, avec la collaboration de Seyyed Rezâ Feyz, Paris, Éditions du Cerf, 2017, 534 p.

Texte intégral

1Voici un recueil qui peut avoir un intérêt pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la pensée religieuse en islam sunnite et surtout au soufisme. Il se fonde sur l’édition de Téhéran (2006). Charles-Henri de Fouchécour est un persanisant renommé. Il était donc tout à fait armé pour traduire cette compilation. Il s’en est très bien tiré. Outre une introduction qui donne des indications très utiles sur la vie du shaykh ainsi que sur son époque et sur ses relations compliquées avec Jalâl al-dîn al-Rûmî, il éclaire le texte avec de nombreuses notes.

2Shams al-dîn de Ttabriz est un soufi originaire d’Azerbaïdjan, qui disparaît dans des conditions mystérieuses en 1247. À Konya, il rencontre Jalâl al-dîn al-Rûmî et son fils Soltan Valad. C’est ce dernier qui a transmis les maqâlât, c’est-à-dire les « dits », voire les doctrines de son maître. Même si le texte est en persan, le mot maqâlât est arabe et, dans la littérature islamique médiévale, ce mot servait à désigner les doctrines ou opinions (comme dans les Maqālāt al-islâmyyîn du théologien al-Ash‘arî, un ouvrage de doxographie sur les premiers théologiens musulmans). D’ailleurs, on peut noter la profusion de termes d’origine arabe.

3L’ouvrage est constitué d’anecdotes et de réflexions de Shams. Certains textes peuvent avoir un contenu technique poussé et témoignent de la profondeur de la pensée d’un soufi. Au fil de la lecture, on peut constater l’orientation sunnite de l’œuvre. Ainsi Shams cite abondamment les hadiths sunnites et, fait sans doute plus significatif, il n’hésite pas à faire l’éloge du second calife (p. 86). De plus, il défend également des points doctrinaux caractéristiques du sunnisme. Par exemple, au sujet des attributs divins et de leur relation à l’essence divine, on peut lire : « La science n’est pas distincte de l’essence (de Dieu), aucun des attributs n’est distinct de l’Essence » (p. 366). On sait que les Mu‘tazilites, principaux adversaires sur le plan théologique des sunnites, défendaient la doctrine selon laquelle les attributs sont seulement des qualificatifs. Mais cela n’empêche pas Shams de porter un jugement bienveillant sur Suhravardî, mis à mort sur l’ordre de Saladin parce que soupçonné d’être un « hérétique » (p. 367). On rencontre également une critique de la piété formaliste de celui qui se contente d’observer les prescriptions de base (p. 262). Ce dernier point éclaire la signification du soufisme : il s’agit d’un courant qui ne peut se satisfaire d’une piété commune. En ce sens, il constitue indéniablement une mystique. Shams ne craint pas non plus d’aborder des questions controversées comme celle qui a trait au samâ‘, qui désigne le recours à des séances où interviennent la danse et la musique, ce qui a soulevé la colère et l’hostilité de certains docteurs de la Loi. Il existe de nombreux textes sur le sujet. Shams défend sans ambiguïté le samâ‘ (p. 77, 80, 258, etc.). Certains propos sont obscurs : p. 233, Shams semble critiquer le jeu et le travail (!) et leur préférer les sermons. Était-il partisan de la soumission complète à la volonté divine (tawakkul) ? Cela ne semble pas être le cas, comme le montre un passage où il défend la liberté du sujet humain d’exercer un pouvoir sur lui-même afin de s’améliorer (p. 87-88). Une telle conception est issue en droite ligne de la tradition prophétique ainsi que de la casuistique juridico-morale.

4On relève dans ce travail quelques erreurs, qui n’altèrent que rarement la compréhension du texte. Par exemple, p. 393, note 1 : le serment īlāʾ n’est pas un serment de répudiation, mais seulement d’abstinence, qui peut conduire à une séparation sous condition ; quant au serment ihār, qui constitue une formule illicite, il ne peut séparer deux conjoints, mais il a des effets sur la cohabitation sexuelle et doit être expié. Les deux formules sont prononcées exclusivement par le mari et jamais par l’épouse, contrairement à ce qu’écrit le traducteur. On peut s’étonner aussi du parti pris de traduire (par ex. p. 88 ou 173) par « gnostiques » le mot ‘ârefân, terme d’origine arabe, qui désigne ceux qui possèdent la connaissance doctrinale soufie. Ce choix peut laisser croire que le soufisme est une gnose ou une religion gnostique. Il peut y avoir des ressemblances entre gnose et soufisme, mais de telles ressemblances ne doivent conduire à aucune conclusion hâtive. On peut éventuellement rendre ce terme technique par le mot « initiés ». On peut relever parfois des coquilles comme écrire ma‘kum au lieu de ma‘akum dans une citation coranique (p. 365).

5On peut également regretter qu’une telle traduction ne comporte aucun index, ni noms propres, ni notions, ni termes techniques persans. Cela aurait contribué à faciliter l’utilisation de cet ouvrage. Malgré tout, le travail accompli est considérable et mérite d’être salué comme une belle contribution à l’histoire du soufisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hocine Benkheira, « Shams de Tabriz, La quête du joyau. Paroles inouïes de Shams, maître de Jalâl al-din Rûmî », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 416-417.

Référence électronique

Hocine Benkheira, « Shams de Tabriz, La quête du joyau. Paroles inouïes de Shams, maître de Jalâl al-din Rûmî », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49597

Haut de page

Auteur

Hocine Benkheira

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals