Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paul Tillich, Écrits philosophiques allemands. 1923-1932

Gèneve, Labor et Fides, 2018, 547 p.
Jean Lambert
p. 417-418
Référence(s) :

Paul Tillich, Écrits philosophiques allemands. 1923-1932, Gèneve, Labor et Fides, 2018, 547 p.

Texte intégral

1Paul Tillich (1886-1965) vécut en Allemagne de sa naissance à 1933, où il dénonça le nazisme, puis vécut l’autre partie de sa vie aux États-Unis. Jeune pasteur enrôlé en 1914 comme aumônier militaire, il vit en France l’effroi de la guerre, passe son habilitation en 1916 sur la place de la théologie dans le système des sciences, retourne au front jusqu’en 1918. Privatdocent de théologie à Berlin de 1919 à 1924, il élabore une théologie de la culture. Il divorce en 1921, opte pour le socialisme, rédige le Systèmes des sciences en 1923. Puis il enseigne à Marbourg, Dresde, et Leipzig la science de la religion. Davantage perçu comme philosophe que comme théologien, il ne peut rejoindre Berlin, mais Francfort de 1929 à 1933. Congédié au printemps à l’arrivée d’Hitler pour ses écrits et engagements qui mettent sa vie en danger, il accepte l’invitation de l’Union Theological Seminary de New-York.

2Faisant suite aux Écrits théologiques allemands, publiés en 2012, sont rassemblés ici neuf textes. Le Système des sciences (334 p.) : dépassant une compréhension trop formaliste de la connaissance coupée du vivant, purement technique ou rationnelle, Tillich s’efforce de réintégrer les sciences de l’esprit (philosophie, art, métaphysique, droit, éthique, dont la théologie) dans le système des sciences de la pensée (idéelles : logique, mathématiques) et de l’être (empiriques : physiques, organiques, techniques). Le contenu créateur de la vie, parfois intuitif et sensible, parfois irrationnel, appartient à la connaissance. « La création, c’est l’Universel réalisé dans l’individuel » (p 339). La science est un acte créateur de donation de sens, et donc un acte de la vie elle-même, qui réunit connaissance et amour.

3Philosophie et destin (29 p.), Concept et essence de la philosophie (12 p.), Philosophie et religions (14 p.), La science (8 p.) : manière de connaître et de rencontrer le monde, la philosophie se distingue de la science par son caractère essentiel et radical. La religion est ainsi en relation avec elle, portant comme elle la tension radicale de l’existence. Dépassant le courant méthodologique dominant des sciences, la philosophie a toujours, dans son histoire, témoigné sur le mode mineur d’une réalité plus radicale, mystique, métaphysique.

4Kairos et Logos, sur la métaphysique de la connaissance (52 p.) : le courant scientifique dominant, méthodique et technique, marqué du Logos, met de côté le courant minoritaire, symbolique, métaphysique ou religieux. C’est une perte, car il existe dans l’histoire de la philosophie une tension entre Logos abstrait, statique et intemporel, et Kairos dynamique, essentiel et temporel. Connaître pour le sujet n’est pas qu’un modus operandi, mais la recherche de l’inconditionné qui le dépasse au cœur du conditionné. Alors le cadre de la foi chrétienne, voire protestante, est impliqué dans la réflexion philosophique.

5Logos et mythe de la technique (14 p.), La cité technique comme symbole (8 p.) : d’où une certaine modestie devant les prouesses techniques de l’homme moderne. Inspirée de la nature, la technique libératrice peut faire subir au monde une certaine violence. Elle permet une meilleure gestion du caractère étrange et menaçant de l’existence, mais elle en crée de nouveaux. L’oscillation entre la puissance et la fragilité de nos existences est perceptible dans l’époque, et en nous-mêmes.

6Le jeune Hegel et le destin de l’Allemagne (34 p.) : le jeune Hegel voit religion et politique divisées. Il propose une réconciliation, au-delà d’un christianisme séparé de la vie et de l’amour, par une dialectique de l’histoire et de l’agir humain, qui ouvre à la nation un meilleur destin. « Peut-être y a-t-il parmi nous tant d’hostilité contre le principe juif parce que nous le pressentons et le redoutons comme étant notre propre principe » (p. 520). « À travers le judaïsme et le christianisme, nous sommes devenus un peuple lié au temps. Le principe juif est devenu notre propre destin, et une secessio judaïca serait une rupture d’avec nous-mêmes » (p. 521). Peuple des oppositions, l’Allemagne de 1932 ne les surmonte pas, elle ne peut en sortir comme Abraham qu’en les supportant, convaincu que l’amour et la vie l’emporteront. « L’exigence qui s’impose aujourd’hui à l’Allemagne : briser en elle le démonisme croissant du nationalisme, s’affranchir de l’espace en faveur du temps ». C’était en 1932…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lambert, « Paul Tillich, Écrits philosophiques allemands. 1923-1932 », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 417-418.

Référence électronique

Jean Lambert, « Paul Tillich, Écrits philosophiques allemands. 1923-1932 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49609

Haut de page

Auteur

Jean Lambert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals