Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Roy Tzohar, A Yogacara Buddhist Theory of Metaphor

New York, Oxford University Press, 2018, 279 p.
Mira Niculescu
p. 418-419
Référence(s) :

Roy Tzohar, A Yogacara Buddhist Theory of Metaphor, New York, Oxford University Press, 2018, 279 p.

Texte intégral

1Il s’agit du premier ouvrage du chercheur israélien Roy Tzohar, spécialiste de philosophie bouddhiste et indienne. Tiré de sa thèse de doctorat, cet ouvrage se penche sur le paradoxe du langage au sein de la philosophie bouddhiste, ou plutôt sur les tentatives de résolution qui en sont proposées par les penseurs de l’école Yogacara. Dans la pensée bouddhiste, nous rappelle Tzohar, le langage est considéré à la fois comme une cause d’illusion, car il se surimpose sur une réalité qu’il prétend représenter, et comme un facteur d’illumination, car il est le vecteur inévitable des enseignements qui permettront de guider l’aspirant vers l’éveil.

2En faisant appel à la philosophie du bouddhisme yogacara, une école bouddhiste indienne des iii-vie siècles présentant une approche cognitiviste focalisée sur les questions de perception et de conscience, l’auteur entend montrer comment la pensée des sages de ce courant s’emploie à résoudre la tension du langage dans la pensée, à travers une proposition : celle que tout usage de langage est métaphorique (upacara).

3Dans les deux premiers chapitres, l’auteur introduit progressivement la terminologie et les concepts qui seront discutés tout au long de l’ouvrage. Il présente notamment diverses conceptions de la notion de métaphore selon, respectivement, les écoles indiennes de Mimamsa et de Nyaya, puis l’école de l’analyse grammaticale du penseur indien du vie siècle Bhartrahri. Dans les chapitres trois et quatre, abordant le champ de la pensée bouddhiste Yogacara, il examine les théories de la métaphore telles que présentées dans plusieurs textes : des écrits Abidharama et Mahayana, ainsi que des traités anciens de Yogacara.

4Les deux derniers chapitres, cinq et six, se focalisent sur le postulat pan-figuratif de Shtiramati, un philosophe bouddhiste de la fin du ve et du début du vie siècle, dont Tzohar s’emploie à montrer l’impact, au-delà de la théorie du langage, sur la vision du monde que propose la tradition yogacara. Celui-ci déploie en effet une conception du sens qui ne se limite pas à la linguistique, mais qui, en faisant le lien structurel entre structure linguistique et expérience, touche à la théorie de la perception.

5Tout en proposant un parcours de pensée aussi détaillé que clair, l’ouvrage, en raison de la complexité et de la spécificité des concepts et de la terminologie mobilisés, sera particulièrement utile aux spécialistes de linguistique, de sémantique et aux philosophes, et peut être moins accessible à un public moins averti. L’un des apports principaux de cette étude réside en effet dans la conversation que Tzohar tisse entre la philosophie bouddhiste et la philosophie non-bouddhiste – en l’occurrence hindoue dans le contexte de l’Inde du iiie, ive et ve siècles, inscrivant l’étude de la pensée bouddhiste dans ses contextes culturels d’énonciations et rappelant qu’une pensée se construit toujours dans le contact et l’échange avec des traditions exogènes. Un autre apport est l’accent mis sur la pensée de certains penseurs phares du bouddhisme yogacara, en particulier celle de Shtiramati, explicitant des concepts parfois sophistiqués de la théorie du langage et de la philosophie de la cognition avec une précision et une pédagogie remarquables.

6On peut par ailleurs peut-être regretter que l’étude de cas finale, qui analyse différentes métaphores utilisées fréquemment dans les textes bouddhistes, figure en conclusion et non dans le corps du texte. Il reste que cette étude approfondie des théories de la métaphore selon la pensée bouddhiste Yogacara fera référence. C’est une première rédigée en anglais et dédiée à approfondir ces questions par une analyse détaillée de textes bouddhistes, mais aussi à travers un élargissement de la réflexion en prenant en compte des textes non-bouddhistes qui leur sont contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mira Niculescu, « Roy Tzohar, A Yogacara Buddhist Theory of Metaphor », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 418-419.

Référence électronique

Mira Niculescu, « Roy Tzohar, A Yogacara Buddhist Theory of Metaphor », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49615

Haut de page

Auteur

Mira Niculescu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals