Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cécile Vanderpelen-Diagre, Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique

Bruxelles, Université de Bruxelles, 2017, 244 p.
Marion Maudet
p. 419-421
Référence(s) :

Cécile Vanderpelen-Diagre, Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2017, 244 p.

Texte intégral

1La Sainte Famille est un ouvrage collectif, co-dirigé par Cécile Vanderpelen-Diagre et Caroline Sägesser. Il est issu d’un colloque ayant eu lieu à l’Academia Belgica de Rome, les 19 et 20 mai 2016, et présente les premiers résultats des recherches de l’Action de Recherche Concertée Révolution sexuelle et (dé)pilarisation de 1960 à 2000 : Une spécificité belge ? Contribution à une histoire des normes de genre et de sexualité de l’Université Libre de Bruxelles.

2Prenant pour point de départ l’omniprésence de la Sainte Famille (Jésus, Marie et Joseph) dans le monde catholique à partir de la fin du xixe siècle, les contributions à l’ouvrage soulignent l’opérationnalité de ce concept polymorphe pour saisir la manière dont évoluent les discours sur la sexualité et la conjugalité au cours du temps. Les auteur-e-s, issu-e-s de disciplines diverses (histoire, sciences politiques, sociologie, sciences des religions, droit), interrogent les mécanismes qui construisent les représentations catholiques de la famille et les attentes en matière de sexualité. Un intérêt fort est porté aux structures intermédiaires de l’Église, permettant de penser l’existence d’un maillage institutionnel étroit et la diversité des interlocuteurs des autorités religieuses et des théologiens. Par exemple, la littérature sur l’éducation sexuelle catholique en Belgique entre 1945 et 1965, qui cherche à « moraliser la vie sexuelle » et à inculquer une vision différentialiste de la sexualité, est analysée par Laura Di Spurio et Valérie Piette.

3L’ouvrage est divisé en cinq parties. La première, « Lois de Dieu, lois des hommes », revient sur la place de la famille dans les discours catholiques, depuis l’époque médiévale jusqu’en 1930 (date de la publication de l’encylique de Casti Conubii). La « Sainte Famille », soit l’idéal de la famille chrétienne, est en effet une représentation mystifiée récente, apparue au cours du xixe siècle. Véronique Beaulande-Barraud propose une synthèse de la doctrine romaine sur la sexualité, le mariage et la procréation telle qu’elle est fixée au xiiie siècle et des pratiques concrètes des fidèles à partir d’archives judiciaires. Elle montre à la fois la construction sociale de la doctrine catholique, et la variété tant des pratiques maritales de la part des fidèles que des sanctions infligées en cas de non-respect de la doctrine. Monique Weis souligne quant à elle la rareté des références à la famille lors du concile de Trente (1563), sensé réaffirmer l’autorité du magistère catholique romain face à la diffusion des idées protestantes. Enfin, Lucia Pozzi montre en quoi la publication de l’encyclique Casti connubi est caractéristique de la volonté de l’Église catholique de conserver un pouvoir hégémonique dans la production d’un nouvel ordre discursif sur la sexualité. Cette encyclique constitue la première prise de parole d’un pape (Pie XI) sur la sexualité et la régulation des naissances. Elle a pour but de répondre à la prolifération des discours contemporains séculiers (psychologiques, médicaux, etc.) sur la sexualité.

4La deuxième partie, « Adapter les normes à la vie réelle et pastorale : les expériences belges », s’intéresse aux discours catholiques sur la sexualité et la conjugalité des années 1960 aux années 2000, de la part de structures intermédiaires de l’Église, comme les journaux catholiques, les manuels d’éducation à la sexualité ou encore le Centre national de pastorale familiale. Ces différents travaux cherchent à « dessiner un catholicisme plus complexe, qui ne se résume pas aux positions officielles » (p. 79). Cette complexité est notamment représentée par la trajectoire de Pierre de Locht, qui passe de représentant officiel des questions familiales et conjugales pour l’Église dans les années 1960 à persona non grata en 1973, lors de ses prises de position en faveur de la contraception artificielle puis, plus tardivement, en faveur de l’avortement sous certaines conditions (Anne-Sophie Crosetti). Les contributions soulignent, dans une perspective foucaldienne, la diversité des discours sur la sexualité, et la manière dont les catholiques sont invités à se responsabiliser, en adoptant une posture réflexive sur leurs propres pratiques (Juliette Masquelier et Cécile Vanderpelen-Diagre). Comme le soulignent Laura di Spurio et Valérie Piette, l’enseignement d’une morale sexuelle différentialiste devient un attendu central de la part des familles. Elle reste d’ailleurs confinée à un cadre normatif étroit : « le seul lieu d’épanouissement de l’amour et de la sexualité est en effet la famille, tandis que la sexualité demeure surtout une prérogative adulte » (p. 108).

5La troisième partie, « Entre le collectif et l’individuel : combiner les injonctions contradictoires », présente présente dans le détail plusieurs situations de tensions entre un positionnement catholique officiel, le rôle d’institutions collectives et les situations individuelles, dans la transmission ou la négociation des normes à l’égard de la famille et de la sexualité. Martine Sevegrand montre l’évolution des positions des médecins catholiques français à l’égard de la procréation entre les années 1920 et les années 1960 (l’encyclique Humanae Vitae, s’opposant à la contraception artificielle, est publiée en 1968). S’ils sont au départ intransigeants et condamnent l’onanisme conjugal, leurs avis évoluent et le secret du cabinet médical permet de prendre des distances avec les dogmes catholiques. Gauthier Fradois analyse, quant à lui, l’éducation affective et sexuelle dans l’enseignement catholique français dans la période contemporaine. Il montre en quoi celle-ci s’inscrit dans des stratégies de reproduction familiale favorisées par l’enseignement de l’amour, de la complémentarité des sexes et de l’exclusivité. Enfin, Céline Béraud s’intéresse au cas d’homosexuel-le-s qui sont aussi de « fervent-e-s catholiques ». Reprenant les travaux de Martine Gross sur les dissonances cognitives des homosexuels chrétiens, l’auteure montre que ses enquêté-e-s adoptent une stratégie nouvelle pour mettre en cohérence leur homosexualité et leur engagement religieux : ils se présentent comme de « parfaits catholiques ».

6La quatrième partie, « Inventer des images et des mythes pour dire et propager les normes », interroge le rôle pratique des représentations de la famille, tout particulièrement de celles des mères. Celles-ci peuvent susciter une « vocation guerrière » et faire don de leur fils à l’armée pour défendre la papauté, dans le cas des zouaves pontificaux au xixe siècle (Azzura Tafuro). La maternité sacerdotale, glorifiée dans les années 1920 pour faire face à la « crise des vocations », en appelle à un autre type de don, cette fois directement à l’Église (Frédéric Gugelot). Tine Van Osselaer, Leonardo Rossi et Andrea Graus soulignent aussi l’intrication nouvelle entre sainteté et maternité au xixe siècle, avec la canonisation de mères comme Anna Maria Taigi et Elisabetta Canori. De plus, de nombreuses femmes sont assignées par leurs contemporains à la sainteté et deviennent des « mères spirituelles ». Tandis que le foyer et la maternité deviennent le lieu d’expression de la vertu chrétienne pour les saintes officielles, les mères spirituelles sont amenées à sortir du foyer. Le rôle nouveau accordé aux mères au xixe et xxe siècle ne va donc pas de pair avec leur émancipation de celles-ci : la hiérarchie de genre se maintient au sein de l’Église et des familles.

7La cinquième partie, « Les mobilisations contemporaines », revient enfin sur les discours et stratégies de l’Église dans la période contemporaine. Mary Anne Case souligne le patriarcalisme du pape François, qui malgré une ouverture à l’égard des divorcés-remariés réaffirme « une vision patriarcale […] dans laquelle les femmes encourent le risque d’être vues comme subordonnées à la direction masculine » (p. 193). Elle s’appuie en particulier sur une analyse de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia. David Paternotte montre en quoi le projet de nouvelle évangélisation s’appuie sur les discours anti-genre et la défense de la famille traditionnelle.

8Pour conclure, ce riche ouvrage propose un état des lieux sur le temps long des représentations et discours catholiques sur la famille, en Belgique et en France. Il renouvelle les approches de la conjugalité et de la sexualité dans l’Église catholique en soulignant la malléabilité des normes et des discours, mais aussi en insistant sur le rôle des structures intermédiaires dans la diffusion et la négociation des injonctions religieuses. Les analyses proposées croisent avec précision les normes officielles avec les discours individuels et collectifs qu'elles suscitent. Les discussions mettent au jour un catholicisme historicisé, multiforme et complexe, qui reste toutefois caractérisé par une asymétrie et une hiérarchisation des rôles de genre. L’approche de la famille et de la sexualité par les normes est de ce fait particulièrement heuristique. Elle laisse toutefois en partie dans l’ombre la réalité des conduites conjugales et sexuelles des fidèles et les liens qu’ils entretiennent avec la morale sexuelle catholique, selon les ressources qui leur sont propres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Maudet, « Cécile Vanderpelen-Diagre, Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 419-421.

Référence électronique

Marion Maudet, « Cécile Vanderpelen-Diagre, Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49627

Haut de page

Auteur

Marion Maudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals